VIDÉO - Florence Foresti retrouve le Palmashow dans une hilarante parodie de "The Handmaid's Tale"

People

BLESSED BE THE FRUIT - La vidéo est arrivée un peu par surprise dimanche 3 mars sur les réseaux sociaux de l'humoriste qui se glisse dans la peau de June, le personnage incarné par Elisabeth Moss dans la série à succès.

On doutait de pouvoir rire un jour de l'univers sombre de "The Handmaid's Tale". C'est désormais chose faite grâce à Florence Foresti, qui a apporté son grain de folie à la société dystopique, totalitaire et profondément sexiste créée par Margaret Atwood et portée à l'écran par la chaîne HBO.

A quelques semaines de l'arrivée de la saison 3, attendue en juin, l'humoriste a proposé sa version "Made in France" dans une vidéo de près de 7 minutes qu'elle a partagée sur ses réseaux sociaux dimanche 3 mars. "Pour les fans de The Handmaid's Tale... et pour les autres !" écrit-elle sur YouTube.

Leila Behkti et Géraldine Nakache au casting

Les costumes et les décors ressemblent en tous points à ceux de la série de HBO. Seuls les dialogues, écrits par Florence Foresti, détonnent. L'humoriste y campe une June, l'héroïne incarnée par Elisabeth Moss, décomplexée qui n'hésite pas à répondre au commandant Waterford au moment de la scène tragique du viol mensuel de la servante par l'homme de la maison, destiné à offrir un héritier à la maisonnée. Elle s'amuse avec les phrases prononcées en permanence par les personnages pour se saluer, de "blessed be the fruit" (béni soit le fruit) ou "under His eye" (sous son le regard de Dieu), sans jamais les traduire.

Voir aussi

Pour parfaire sa parodie, Florence Foresti s'est entourée des spécialistes du genre. David Marsais et Grégoire Ludig du Palmashow - pour qui elle s'était transformée en Laitière lors de leur premier prime sur TF1 - jouent Nick et le commandant Waterford. Leila Bekhti et Géraldine Nakache sont elles d'autres servantes dans cette parodie au message caché. "Cette vidéo est dédiée à tous les aidants de l'association Women Safe", peut-on lire en toute fin de générique. Une manière détournée de sensibiliser aux violences faites aux femmes et aux enfants.

Sur le même sujet

Lire et commenter