VIDEO - Ironique, Nicolas Bedos invite les électeurs à voter pour Marine Le Pen

HUMOUR – Invité ce mardi matin sur Europe 1, Nicolas Bedos a donné son sentiment sur la prochaine élection présidentielle. Et dévoilé son choix, assez surprenant, pour le premier tour…

Non, Nicolas Bedos n’a pas soudain changé de bord. Invité ce mardi de la matinale d’Europe 1, l’acteur et humoriste venait présenter Monsieur et Madame Adelman, son premier film derrière la caméra, en salles le 8 mars prochain. Interrogé par Thomas Sotto sur son vote à la prochaine élection présidentielle, le fils de Guy Bedos a ironisé sur l’impact de l’avis des peoples sur les électeurs. 


"Je pense que si je disais ce que je vais voter, ça ferait beaucoup de bien aux autres candidats", a-t-il commencé, un brin ironique. "L'élection de Trump a achevé de prouver à tout le monde que l’avis des bobos, des artistes, des auteurs dont on s'imagine, pas à tort, qu'ils sont relativement bien lotis dans un petit appartement parisien, ça énerve plus que tout, donc je suis pour Marine Le Pen", a-t-il alors lancé.


"Le meilleur moyen de lutter contre elle, c’est de dire 'Votez Marine Le Pen !'. Je suis pour Marine Le Pen !", a renchéri Nicolas Bedos, goguenard. Une déclaration plutôt savoureuse lorsqu’on connaît son "passif" avec la candidate du Front National. En 2012, en effet, celle-ci avait poursuivi l’hebdomadaire Marianne et l’humoriste pour complicité suite à une chronique plutôt acerbe à son encontre.

En 2012, elle le poursuivait pour injure

Evoquant les expulsions qui avaient eu lieu lorsque Claude Guéant était ministre de l’Intérieur, Nicolas Bedos écrivait : "La droite entend ainsi lutter contre la montée de l'extrême droite. (…) Ne laissons pas le terrain à Marine, la VRAIE méchante. (…) Personne n'empêchera quelques idéalistes rigides de penser qu'à force de singer la salope fascisante celle-ci est déjà au pouvoir (…) on l'appelle Claude Guéant."


En mai 2014, au terme de près de deux ans de procédure, la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris avait relaxé l’auteur, estimant qu’il était" parfaitement clair pour tout lecteur que la chronique de Nicolas Bedos dans Marianne se situait dans un registre aux accents délibérément provocateurs et outranciers, revendiqué comme tel". 


Ce n'est pas la première fois que Nicolas Bedos donne son avis sur la patronne du FN, loin de là. "Marine Le Pen ? J'ai déjà fumé des clopes sur des plateaux de télé avec elle", expliquait-il sur le plateau de "C à vous" sur France 5, en novembre dernier. "Elle est sympathique. Ce n'est pas le problème. Le problème, c'est qu'elle est dangereuse et qu'elle dit des choses qui sont graves. Auxquelles il faut répondre sur le fond."

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Marine Le Pen perd la présidentielle

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter