VIDEO - Kevin Spacey accusé de harcèlement sexuel à Londres : la police britannique ouvre une enquête

REACTION – Frappé par de nouvelles accusations de harcèlement sexuel, notamment à Londres où il a dirigé un théâtre local pendant dans les années 2000, l’acteur américain Kevin Spacey a décidé d’entamer une thérapie. Ce vendredi, la police britannique a décidé d'ouvrir une enquête sur des faits qui seraient survenus durant cette période.

Kevin Spacey parviendra-t-il à se relever des multiples accusations portées contre lui ? Dans un communiqué publié ce mercredi, Staci Wolfe, la représentante de la star, affirme que son client  "va prendre le temps nécessaire pour obtenir une évaluation et un traitement."  Va-t-il entamer une thérapie à l’instar du producteur Harvey Weinstein ? Cherche-t-il à rassurer Netflix qui vient d’annoncer avoir suspendu jusqu’à nouvel ordre la production de la saison 6 de  la série House of Cards ? Toujours est-il que l’un des comédiens les plus appréciés – et récompensés – de sa génération est à un tournant de se carrière.


Rappel des faits. Dans une interview accordée à BuzzFeed, le week-end dernier, l’acteur Anthony Rapp affirmait avoir été convié à une fête, durant les années 1980, au cours de laquelle Kevin Spacey lui aurait fait des avances sexuelles sur un lit. Le premier avait 14 ans, le second 26 ans. Des révélations qui ont poussé la star à révéler son homosexualité tout en présentant ses excuses à l'intéressé pour "un comportement inapproprié sous l’emprise de l’alcool." Un mea culpa mal perçu par la communauté LGBT, à l’image de l’activiste Ashlee Marie Preston qui, dans une interview au site Mashable, reproche au comédien de renforcer "l’idée reçue selon laquelle les gays sont des prédateurs sexuels."

Depuis ce premier scandale, le comédien, aujourd’hui âgé de 58 ans, fait l’objet de nouvelles accusations. Mardi 31 octobre, le réalisateur de documentaire Tony Montana révélait à RadarOnline que l'acteur oscarisé pour son rôle dans American Beauty lui avait  "attrapé tout le paquet" lors d’une soirée dans un bar de Los Angeles en 2003, avant de le suivre aux toilettes après qu’il se soit dégagé. C'est l'intervention d'un ami du comédien qui mettra un terme à ses agissements. "J'ai souf­fert de stress post-trau­ma­tique pendant six mois", affirme Tony Montana.


Ce récit fait écho à celui de Daniel Beal, un barman britannique qui affirmait le même jour au tabloïd The Sun que le comédien lui aurait montré son entrejambe alors qu’il fumait une cigarette à l’extérieur de l’hôtel où il travaillait, en 2010. "Elle est grosse, n’est-ce pas ?", lui aurait dit Kevin Spacey. Le jeune homme âgé de 19 ans refusant ses avances, la vedette de Usual Suspects lui aurait proposé sa coûteuse montre suisse en échange de son silence.

C’est encore de Grande-Bretagne que le "scandale Spacey" semble devoir prendre de l’ampleur. Ce mercredi, le quotidien britannique The Guardian révélait en effet qu’un "certain nombre de personnes" ont contacté sa rédaction pour dénoncer des comportements inappropriés de la part de Kevin Spacey durant les 10 années au cours desquelles il a dirigé le célèbre théâtre Old Vic, à Londres, à partir de 2003. Dans un message publié sur Facebook, le comédien mexicain Robert Cavazos  affirme ainsi que la star américaine avait coutume de faire des avances aux jeunes acteurs de sa troupe.

Roberto Cavazos, qui affirme avoir lui-même fait l’objet de comportements "à la limite de ce qu’on pourrait considérer comme une agression", raconte que Kevin Spacey avait l’habitude d’inviter les nouvelles recrues pour discuter de leur carrière, lors d’un apéro champagne improvisé sur scène, où dans des bars. "Ceux d’entre nous qui l’ont connu à Londres lorsqu’il dirigeait le théâtre Old  Vic savent qu’il y aura de nombreuses victimes prêtes à raconter leur histoire dans les prochains jours. "Je ne serais pas surpris si leur nombre était similaire à celui des victimes de Weinstein."


D’après le média britannique, qui cite plusieurs sources concordantes, la direction du Old Vic aurait été informée des agissements de Kevin Spacey. "C’était même un gag en interne", affirme Rebecca Gooden, une ancienne stagiaire au sein de l’établissement. "On m’a dit que les beaux jeunes hommes n’étaient plus autorisés à travailler dans l’administration du théâtre suite à un incident. Et on m’a dit que je n’étais pas autorisée à en parler à l’extérieur." 

Dans un communiqué, la direction actuelle du Old Vic se dit "consternée" par les accusations dont fait l’objet Kevin Spacey et affirme "ne pas être en position de commenter des événements qui ont pu avoir lieu dans le passé." Visiblement soucieuse de faire taire les critiques, elle indique par ailleurs avoir mis en place une adresse e-mail sur laquelle des employés qui auraient été victimes de comportement inappropriés par le passé, et n'auraient pas osé s'exprimer, peuvent désormais venir témoigner.


Ce vendredi, The Guardian révèle que Scotland Yard a décidé de se pencher sur le témoignage d'un Britannique de 32 ans qui affirme avoir été la victime de Kevin Spacey, en 2008. Après avoir bu un verre au domicile de l'acteur, avec lequel il souhaitait parler de sa carrière, le jeune aurait perdu connaissance. A son réveil, il aurait découvert la star de Usual Suspects en train d'absuser de lui. Lorsqu'il lui a demandé d'arrêter, l'acteur l'aurait mis en garde et lui aurait intimé l'ordre de se taire.


A Hollywood, en tout cas, les révélations de ces derniers jours ont déjà des conséquences pour la carrière de Kevin Spacey. Outre la suspension du tournage de la saison 6 de House of Cards par Netflix, la chaîne NBC a décidé de couper un dialogue faisant référence à l'acteur dans un épisode de la série This is us, diffusé ce lundi. Le même jour, l'International Academy of Television Arts & Sciences a elle décidé d'annuler l'hommage qu'elle devait lui rendre lors de sa prochaine cérémonie.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Kevin Spacey, un autre scandale sexuel à Hollywood

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter