Sur les traces de "Babacar", le héros de la chanson de France Gall

Sur les traces de "Babacar", le héros de la chanson de France Gall

DANS LE RÉTRO - Vous vous souvenez sans doute de cette chanson de France Gall qui a eu un énorme succès en 1987, "Babacar". L'histoire d'un petit garçon qui a bouleversé la chanteuse lors d'un voyage au Sénégal. 33 ans plus tard, nous avons retrouvé Babacar chez lui au Sénégal, un pays que France Gall aimait profondément...

C'était en 1987. La chanson "Babacar" du duo France Gall et Michel Berger caracolait dans les hit-parades français, suisses et allemands. Une mélodie qui reste encore, des années après, un immense classique de la chanson française. L'histoire de Babacar est une histoire vraie. Celle de la rencontre entre la chanteuse et la famille de ce petit garçon d'alors. Trente-trois ans après la sortie de la chanson, nous sommes allés sur les traces de France Gall au Sénégal et retrouver celui qui a donné son nom, à la chanson. 

Toute l'info sur

Le 13h

Lire aussi

La rencontre entre France Gall et la maman de Babacar

Pour aller à la rencontre de Babacar et dans les pas de France Gall, il faut suivre les routes arides du Sénégal, à l'ouest du pays de cœur de la chanteuse. A l'époque, la grand-mère de Babacar tenait un restaurant au bord de la route principale. France Gall s'y était arrêtée pour déjeuner alors qu'elle était dans le pays pour une mission humanitaire. La suite de l'histoire, c'est encore Babacar Sall qui la raconte le mieux. 

"Comme ma mère était la meilleure cuisinière à l'époque, tous les grands commerçants et autres se regroupaient au restaurant. C'est comme ça qu'elles se sont connues", raconte le jeune homme, qui vit aujourd'hui dans un village du Sénégal. La star Française craque pour le nourrisson, alors âgé de quelques mois, et restera en contact avec la mère de Babacar pendant plusieurs années. France Gall et Michel Berger décideront de ne pas adopter l'enfant mais d'aider financièrement la mère et son fils. "Ça me fait rire vraiment, ça me fait rire, si on me dit que la France se demande "qui est Babacar?" Je suis ici dans mon village (…) On mène simplement notre vie", poursuit le jeune homme.

L'île de N'Gor : son refuge

Les pas de France Gall nous mènent aussi, sur l'île de N'Gor, à trois minutes de pirogue de Dakar, la capitale. C'est sur cette petite île, surnommée "N'Gor la belle", que France Gall résidait, plusieurs mois par an, à l'abri des regards, dans cet îlot de tranquillité. Monsieur Kossa a côtoyé France Gall pendant près de 40 ans, sur l'île. "Quand elle venait, le restaurant où elle mangeait c'est là, ce qu'on aperçoit avec le ponton, les parasols bleus. Elle se mettait là, face aux vagues, face à la vue de tout le monde. C'était fantastique", se souvient-il. 

Elle venait avec quelques instruments et quand tout le monde était parti. Elle se mettait sur la plage et jouait de la musique- Abdoulaye Diallo, un artiste-peintre, ami de la chanteuse

Ibrahima Seck, propriétaire du restaurant Sunu Makane Chez Seck, lui aussi se souvient. Il évoque un quotidien calme, paisible, où la chanteuse pouvait vivre dans une certaine tranquillité. "Quand elle venait le soir du Jour de l'an, pour venir manger, pour mettre l'ambiance elle disait : allez, on y va ! Elle était à l'aise, elle s'asseyait sur la plage avec les gens qui discutaient avec elle. Mais quand les gens venaient et  commençaient à prendre des photos, ça l'énervait. Ça se comprend", raconte ce restaurateur. 

Sur cette île, des amitiés fortes se sont nouées entre la chanteuse disparue et les habitants. Ici, chacun se souvient d'une amie discrète, loin de la superstar qu'elle est devenue en France. Un quartier France Gall a même été créé. "Vous pensez qu'elle serait contente aujourd'hui de voir ça ? A mon avis, elle serait très, très heureuse, paix à son âme. Elle est l'âme de cette île là et nous le lui devons", explique Abdoulaye Diallo, un artiste peintre de l'île et ami de l'artiste. 

Et de se souvenir lui aussi : "Elle venait avec quelques instruments et quand tout le monde était parti. Elle se mettait sur la plage et jouait de la musique. Elle repartait tranquillement chez elle sans jamais être inquiétée. Elle adorait cela". En contournant l'île de N'Gor, on peut apercevoir les murs rouges de cette maison que France Gall aimait tant, petit bout de paradis en terre sénégalaise.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

93 médicaments commercialisés en France seraient dangereux, selon une revue médicale

Producteur tabassé par des policiers à Paris : que s'est-il passé ?

Ce qu'il sera possible (ou non) de pratiquer dans les stations de ski pendant les vacances de Noël

EN DIRECT - Le nombre de patients en réanimation repasse sous la barre des 4000

"Un chagrin presque insupportable" : Meghan Markle évoque sa fausse couche dans une poignante tribune

Lire et commenter