VIDÉO - Quel rang pour le fils de Meghan et Harry ? Voici l'ordre de succession des 20 héritiers d'Elizabeth II

People

Toute L'info sur

Louis, le Royal baby n°3

GAME OF THRONES - Alors que le "royal baby" de Meghan Markle et du prince Harry est né ce lundi, le trône britannique ne risque pas de manquer d'héritiers... Vingt descendants figurent dans la lignée directe de la reine Elizabeth II. Mais quelles sont les règles de succession ? LCI fait le point.

Elizabeth II avait battu en 2015 le record du plus long règne de la monarchie britannique, surpassant son arrière-arrière-grand-mère la reine Victoria. Qui, au sein de la maison de Windsor, succédera à la reine du Royaume-Uni et du Commonwealth, aujourd'hui âgée de 93 ans ? 

Si la couronne britannique autorise l'accès au trône à une femme, elle était régie jusqu'en 2015 par la préférence masculine. La succession était donc déterminée par l'ascendance, le sexe, la légitimité et la religion. En d'autres termes, en vertu de la "Common Law", le trône revient à l'enfant du souverain et si celui-ci n'a pas d'héritier légitime, au membre de sa famille le plus proche. La ligne de succession se déplace alors sur les descendants du premier enfant de ce nouveau souverain. Mais dans une même fratrie, les hommes étaient toujours prioritaires sur leurs sœurs.

Lire aussi

Depuis 2015, si la succession continue d'être régie par la stricte primogéniture, elle est maintenant sans préférence masculine. Ainsi, l'enfant le plus âgé du souverain hérite du trône qu'il soit de sexe masculin ou féminin. À titre d'exemple, James, vicomte de Severn, fils cadet du prince Edward, comte de Wessex, né en 2007 et donc avant 2015, est 12e dans l'ordre de succession tandis que sa sœur Louise, dame de Windsor, de 4 ans son aînée, n'est qu'à la 13e place. A contrario pour les deuxième et troisième enfants du prince William et de Kate Middleton, la princesse Charlotte, née après la mise en place de la réforme, garde sa 4e place dans la succession au trône même après la naissance de son petit frère Louis, prince de Cambridge. 

Le royal baby de Meghan et Harry ne régnera jamais

D'autres règles ont changé depuis quatre ans : une personne mariée à une personne de confession catholique n'est plus exclue de l'ordre de succession, et par ailleurs, le consentement du souverain à un mariage n'est requis que pour les six premières personnes dans l'ordre de succession. Rappelons qu'Édouard VIII provoqua une crise constitutionnelle en demandant en mariage la mondaine américaine Wallis Simpson, qui avait divorcé de son premier époux et était en instance de divorce d'avec le second. Le souverain abdiqua et le trône revint à son frère, George VI, père de l'actuelle reine. 

Selon tous ces commandements, c'est donc sans contestation le Prince Charles, fils aîné de la reine Elizabeth II et du prince Philip, duc d'Édimbourg, qui est le premier héritier du trône. Il est suivi par son fils aîné William, duc de Cambridge, et son petit fils George. Le bébé du prince Harry et de Meghan Markle, lui, n'a aucune chance de monter un jour sur le trône puisque que l'enfant n'est que septième dans l'ordre d'accession au trône. D'autant que les enfants de Kate et William sont à leur tour susceptibles d'avoir des enfants, ce qui ferait reculer leur cousin encore plus loin dans l'ordre de succession. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter