Oscars 2018 : trois accusatrices de Weinstein sur scène pour défendre #MeToo, Time's Up et la diversité à Hollywood

People
ÇA SUFFIT - Ashley Judd, Annabella Sciorra et Salma Hayek-Pinault ont pris la parole lors de la 90e cérémonie des Oscars, dimanche 5 mars, pour introduire une vidéo honorant la diversité à Hollywood. "Beaucoup ont raconté leur vérité et le chemin est encore long mais doucement, un nouveau chemin émerge", a notamment Annabella Sciorra dans une séquence pleine d'émotion.

Ava DuVernay avait prévenu, évoquant un "moment" consacré à Time's Up lors des Oscars 2018. Ce moment n'était pas sur le tapis rouge, plus traditionnel et moins engagé que ceux des cérémonies précédentes. "Nous ne sommes pas un groupe de protestation spécial cérémonies. Donc cette fois, nous nous mettons en retrait. C'est très important que vous sachiez que Time's Up ne concerne pas que le tapis rouge. Et ces femmes que vous avez vues sur le tapis rouge et qui représentaient Time's Up aux Golden Globes sont maintenant loin du tapis rouge, en train de se battre en tant qu'activistes", avait expliqué cette semaine à CNN la réalisatrice.

C'est donc sur la scène de la 90e cérémonie des Oscars que le vaste mouvement d'émancipation de la femme à Hollywood et ailleurs est venu dire "ça suffit", à travers la voix de trois ambassadrices de choc. Les actrices Ashley Judd, Annabella Sciorra et Salma Hayek-Pinault, trois des femmes qui ont publiquement accusé le producteur Harvey Weinstein d'agression sexuelle, ont été accueillies par de vifs applaudissements.

"Bonsoir à tous, cela fait plaisir de vous voir tous ici, ça fait un bail", a lancé Annabella Sciorra, ajoutant que "cette année, beaucoup ont raconté leur vérité et le chemin est encore long mais doucement, un nouveau chemin émerge". ""Les changements auxquels nous assistons sont guidés par le bruit puissant de nouvelles voix, de différentes voix, de nos voix, se rassemblant au sein d'un choeur puissant  pour dire : "ça suffit"", a poursuivi Ashley Judd, venue à la cérémonie en compagnie de Mira Sorvino, elle aussi parmi les accusatrices de Weinstein.

Et Frances McDormand invita l'ensemble des nommées à se lever

"Donc nous saluons ces esprits inarrêtables qui ont tout déchiré et ont été au-delà des préjugés sur leur genre et leur origine ethnique pour raconter leurs histoires", a encore dit Salma Hayek-Pinault, introduisant un magneto venant consacrer la diversité à Hollywood cette année, de Greta Gerwig à Jordan Peele, en passant par Kumail Nanjiani.

L'autre message fort de la soirée ? Sans conteste celui de Frances McDormand qui, tout juste auréolée de l'Oscar de la meilleure actrice pour "Three Billboards : les panneaux de la vengeance", a invité l'ensemble des femmes nommées lors de cette cérémonie à se lever. Et être applaudies comme il se doit.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Hollywood : le scandale Harvey Weinstein

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter