VIDÉO - Trois femmes portent plainte pour violences et séquestration contre le rappeur Moha La Squale

Description du sujet digitial
People

JUSTICE - Trois femmes, âgées de 23 à 28 ans, ont porté plainte lundi à Paris contre le rappeur Moha La Squale pour des faits de violences et séquestration. D'après leur avocat, les faits se seraient déroulés entre il y a quelques mois, et plus de deux ans.

Moha La Squale encore dans la tourmente. Depuis samedi, le rappeur de 25 ans, de son vrai nom Mohamed Bellahmed, est accusé de violences sexuelles, séquestrations, coups et menaces dans plusieurs témoignages publiés sur les réseaux sociaux par des jeunes femmes.  

Ce lundi, nos confrères du Point révèlent que trois jeunes femmes, âgées de 23 à 28 ans, ont déposé plainte pour violences et séquestration contre l’artiste lundi soir, dans un commissariat du IXe arrondissement de Paris. Le parquet de Paris a saisi le 1er district de police judiciaire pour enquêter sur ces accusations.

Ces jeunes femmes se sont senties soutenues en découvrant les témoignages sur les réseaux sociaux. Elles ont vu qu’elles n’étaient pas les seules- Me Stumm, l'avocat des plaignantes

Des informations confirmées auprès de LCI.fr par leur avocat, Me Thibault Stumm, qui précise que les faits qui sont reprochés à Moha La Squale remontent pour certains à plus de deux ans, et pour d’autres à seulement quelques mois. Il nous précise par ailleurs que ces victimes présumées ne seraient pas les mêmes que celles qui ont témoigné sur les réseaux sociaux ce week-end. 

"Porter plainte contre une personnalité publique n’est jamais simple et ces jeunes femmes se sont senties soutenues en découvrant les témoignages sur les réseaux sociaux. Elles ont vu qu’elles n’étaient pas les seules", explique l’avocat, qui n’exclut pas que d’autres femmes portent plainte dans les prochaines heures. 

Contactée par LCI.fr, l’avocate de Moha La Squale n’a pas donné suite pour le moment. 

Lire aussi

Moha La Squale est actuellement sous contrôle judiciaire, dans l’attente d’un procès pour refus d’obtempérer, outrage et rébellion envers les forces de l’ordre pour des faits qui se sont déroulés en mai dernier à Paris. Les images de son arrestation, filmées par les passants, avaient à l’époque fait le tour des réseaux sociaux.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent