Violée par le médecin qui l'a avortée : Brigitte Fontaine se confie sur le drame qu'elle a vécu

People
Dans une interview accordée à "Télérama", la chanteuse Brigitte Fontaine dévoile qu'elle a été violée par le médecin qui l'a faite avorter. Elle n'a jamais pu porter plainte contre lui car à l'époque, l'avortement était illégal en France.

Elle s'est toujours battue contre les violences faites aux femmes. Et pour cause. Interviewée dans "Télérama" à l'occasion de sa participation au documentaire "Haut les filles !" de François Armanet, Brigitte Fontaine s'est confiée sur un épisode dramatique de sa vie. La chanteuse raconte sans filtre les avortements clandestins et les violences sexuelles dont elle a été victime, dont un viol de la part du médecin qui l'a faite avorter illégalement.


"À Paris, où je suis venue après le bac pour faire du théâtre, je suis tombée enceinte plusieurs fois. J'ai subi des avortements dans des conditions si lamentables que j'ai failli mourir de septicémie. Pour le dernier, le travail était impeccable... Mais le médecin m'a violée. Atroce. Pendant au moins deux mois, j'en ai perdu le sommeil. Dès que je m'endormais, une décharge électrique me traversait le corps et me réveillait", confie l'interprète de "Prohibition". 

Elle n'a jamais pu porter plainte contre son agresseur

Une épreuve d'autant plus éprouvante qu'elle n'a jamais pu porter plainte contre son agresseur, l'avortement étant illégal à l'époque. Il faudra attendre le 17 janvier 1975 pour que cette pratique soit légalisée en France grâce à la loi Veil. Brigitte Fontaine a néanmoins fait entendre sa voix en 1971 en signant le Manifeste des 343 pour le droit à l'avortement. Rédigé par Simone de Beauvoir, ce texte a été signé par des femmes qui ont eu le courage de clamer haut et fort qu'elles avaient eu recours à une IVG. On retrouve des anonymes mais aussi des personnalités publiques comme Catherine Deneuve, Agnès Varda, Jeanne Moreau ou encore Marguerite Duras. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter