Violences conjugales : ces stars qui ont brisé le silence

People

FLÉAU - Les violences conjugales, contre lesquelles le gouvernement a lancé ce mardi 3 septembre un "Grenelle", touchent toutes les femmes sans distinction d'âge, d'origine ou de catégorie socio-professionnelle. Ces dernières années, de nombreuses célébrités ont osé prendre la parole pour partager leur expérience douloureuse.

Depuis le début de l'année, une centaine de femmes ont été tuées par leur conjoint ou ex-conjoint. Un fléau qui n'épargne personne : plusieurs célébrités ont raconté ces dernières années en avoir été victimes. Alors que le gouvernement a lancé mardi un "Grenelle des violences conjugales" qui doit durer jusqu'au 25 novembre, retour sur ces prises de parole qui ont contribué à mettre à mal ce tabou.

Halle Berry, de mère en fille

L'actrice américaine Halle Berry avait profité de la réception en 2015 d'un prix lors du gala "Unité 4 Humanity", cérémonie récompensant l'engagement de célébrités envers des actions caritatives, pour se livrer sur son statut de victime collatérale de la violence domestique. "Je n'étais pas mariée à un homme qui me battait, mais ma mère l'était", avait-elle alors révélé. "La voir se faire battre jour après jour, la voir se faire pousser dans les escaliers, l'entendre pleurer et être malheureuse (...) tout cela me fendait le cœur". Témoin de la souffrance maternelle, l'actrice phare du film "A l'ombre de la haine" avait également avoué avoir elle-même été attirée par des compagnons brutaux.

Rihanna, l'amour destructeur

Face à une Oprah Winfrey maternelle, en 2012, la chanteuse de R'N'B s'était sentie à l'aise pour revenir sur la nuit de février 2009 au cours de laquelle son petit ami de l'époque, Chris Brown, l'a violemment frappée, la laissant le visage tuméfié par une avalanche de coups de poings. "Même si je me sentais en colère, blessée et trahie, je me disais qu'il avait commis cette erreur parce qu'il avait besoin d'aide", avait déclaré la jeune Barbadienne face à l'animatrice, exprimant en pleurs une forme de protection affectueuse de son agresseur. "J'ai perdu mon meilleur ami", avait-elle déploré, avant d'ajouter : "Tout ce que je connaissais a disparu ce soir-là."

Flavie Flament, l'écriture comme thérapie

L'animatrice a révélé en 2015, dans les pages de Paris Match, avoir subi des violences conjugales comme l'héroïne de son premier ouvrage "Chardons", écrit en 2011. "Cela m'est arrivé, comme à beaucoup de femmes", avait-elle expliqué  à l'hebdomadaire.

Lio, du rêve au cauchemar

La chanteuse solaire Lio a vécu des années sombres sous les coups d'un compagnon, comme elle l'a évoqué en 2014 auprès d''Amnesty International. Son "cauchemar", comme elle désigne cette période, a pris fin en 1999. Aidée par sa petite sœur Helena Noguerra, elle a eu le courage de quitter son bourreau.

Loana, la violence en héritage

La gagnante de l'émission de télé-réalité "Loft Story" s'est livrée en mars 2017, lors d'une interview accordée à VSD, sur la violente agression d'un ex qui, au cours d'une dispute, lui a "défoncé l'orbite". "J'ai failli perdre la vue", avait-elle raconté, expliquant avoir développé un trouble oculaire, la diplopie ou le fait de "voir double", suite aux coups reçus. La violence, Loana a par ailleurs confié l'avoir connue depuis l'enfance avec un père alcoolique et violent.

Valérie Damidot, de femme battue à célébrité engagée

L'animatrice pêchue de M6 a témoigné publiquement à plusieurs reprises de son expérience de femme battue. Dans sa dernière prise de parole accordée à Brut, le 8 mars 2019, dans le cadre de la Journée mondiale des droits des femmes, celle qui est connue pour son franc-parler a exhorté les femmes victimes de violences conjugales à prendre la fuite : "Un mec qui t'a défigurée une fois te refrappera une autre fois. Casse toi!"

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter