Jean Dujardin, Omar Sy, José Garcia... Les étonnants caprices des stars du cinéma français

Jean Dujardin, Omar Sy, José Garcia... Les étonnants caprices des stars du cinéma français
People

EXIGEANTS - Les caprices de stars ont toujours existé dans le monde du septième art, y compris dans le cinéma français. Dans son numéro du mois de mai, le magazine Capital s’est procuré des documents du Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) faisant état des caprices de plusieurs stars du grand écran, comme Jean Dujardin, Franck Dubosc ou encore Omar Sy.

C’est bien connu, les plus grandes stars de cinéma sont connues pour leurs caprices, et nos stars françaises n’échappent pas à la règle. Dans son numéro du mois de mai, le magazine Capital s’est procuré des documents du Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) faisant état des caprices de plusieurs têtes d’affiche du 7e art made in France, comme Jean Dujardin, Franck Dubosc, Omar Sy ou encore Dany Boon. Des accords avec les équipes de production négociées par les agents d’Adéquat, Artmedia, AS Talents ou encore Ubba.

Selon les informations glanées par Capital, Jean Dujardin disposait d'argent de poche pendant toute la durée du tournage de "Un homme à la hauteur", de l’ordre de 50 euros par jour tourné et 80 euros par jour chômé. Sans compter les autres avantages que peuvent être les chambres d’hôtel luxueuses ou encore les belles berlines. Pour l’affiche du film, le nom de Dujardin occupe la première position, devant sa partenaire Virginie Efira. Une directive stipulée dans son contrat, et quelque peu paradoxale quand on sait que l’acteur joue dans le film le rôle d'un homme complexé par sa petite taille.

Un chauffeur attitré pour Franck Dubosc

Concernant Franck Dubosc, rien n’a été laissé au hasard pour le tournage de Camping 3. L’humoriste disposait en effet de son propre chauffeur pour faire la navette entre les studios de tournage et son hôtel, le tout dans un véhicule scrupuleusement choisi : une berline haut de gamme type Mercedes ou Audi, et surtout pas BMW ! Pour le film Chocolat, Omar Sy a visiblement mis le nez dans les moindres détails de l’accord. La star d’Intouchable a ainsi corrigé "à la main" selon le magazine, le palier de recettes à atteindre pour débloquer ses bonus. Une stratégie qui n’a pas payé puisque le film n’a pas connu le succès espéré.

Pour Virginie Efira, la famille, c’est sacré. Ainsi, sur le tournage de "Un homme à la hauteur", la comédienne belge, anciennement animatrice télé, a exigé la présence de sa nounou, pour prendre soin de sa progéniture. "Le producteur prendra également en charge l’hébergement de la nounou engagée par Mademoiselle Virginie Efira, dans le même hôtel que cette dernière", est-il précisé.

José Garcia, le meilleur ou rien

Parmi toutes ces exigences, les heures supplémentaires ne sont évidemment pas oubliées. Pour Dany Boon, un seul jour de tournage supplémentaire pour sa comédie "Radin !" octroyait 45.000 euros brut supplémentaires pour l’acteur. Pour Daniel Auteuil, dans "Les Naufragés", c’était 15.000 euros. Ce dernier n’a également voyagé qu’en première classe pour se rendre en Thaïlande, lieu du tournage, le tout avec le luxe de bénéficier de deux accompagnants. Mais ce n’est pas tout, son maquilleur et son coiffeur attitrés ont été embauchés par la production.

Pour José Garcia, pas question d’être lésé. Ainsi, son agence, Artmedia, a créé une "clause de l’acteur le plus favorisé." Pour le film «A fond», l’ancien trublion de Nulle Part Ailleurs a obtenu un hôtel avec salle de gym et la meilleure caravane du tournage. Dans son contrat, ceci est ainsi stipulé : "Tout avantage quelconque accordé à quiconque en matière d’hébergement, de transports, de défraiement, etc., et dont ne bénéficierait pas l’artiste lui sera ipso facto attribué." Cela a au moins le mérite d’être clair.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent