Woody Allen accusé d'agression sexuelle : "Mia Farrow a manipulé notre fille Dylan"

Woody Allen accusé d'agression sexuelle : "Mia Farrow a manipulé notre fille Dylan"

People
DirectLCI
MISE AU POINT - Une semaine après les accusations de sa fille adoptive Dylan Farrow, qui a de nouveau affirmé qu’il l’avait agressée sexuellement en 1992, Woody Allen a décidé de ne pas se laisser faire. Il a présenté sa version pour la toute dernière fois dans les colonnes du New York Times.

"Bien sûr, je n’ai pas agressé Dylan". Suites aux accusations d’agressions sexuelles proférées par sa fille adoptive, à travers une lettre ouverte publiée dans le New York Times, Woody Allen a décidé de se servir du même quotidien américain pour se défendre, et aller plus loin que le communiqué qu'il avait publié . Il a d’ailleurs annoncé que ce serait la dernière fois qu’il s’exprimerait sur le sujet, estimant avoir dit tout ce qu’il avait à dire.

Et comme la meilleure des défenses est souvent l’attaque, le réalisateur a décidé de s’en prendre à son ex-épouse Mia Farrow, responsable selon lui des allégations de leur fille : il estime en effet que Dylan a été "privée d’un père aimant et exploitée par une mère plus intéressée par sa propre colère que par le bien-être de sa fille".

Dylan Farrow, victime d’une manipulation ?
Selon lui, "depuis ses 7 ans, Mia a appris à une enfant vulnérable que son père était un monstre qui a abusé d’elle", et affirme ne pas douter que les affirmations de l’actrice ont fini par faire réellement croire à Dylan Farrow qu’elle avait véritablement été agressée sexuellement.

Woody Allen va même plus loin dans sa démarche, mettant en cause l’intégrité de l’actrice. Notamment vis-à-vis de l’autorisation qu’elle avait donnée aux Golden Globes d’utiliser des photos d’elle pour une rétrospective en hommage à son ex-mari : "Une mère qui croirait que sa fille de 7 ans a été abusée sexuellement par un agresseur donnerait-elle son accord pour que des images d’elle soient utilisées pour honorer l’agresseur en question ?".

Le réalisateur rappelle par ailleurs avoir passé avec succès un interrogatoire au détecteur de mensonges, qui prouve selon-lui qu’il dit la vérité. Et termine par des mots d’amour à l’intention de sa fille : "Je l’aimais, et espère qu’un jour elle le comprendra".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter