Venise inondée : qu'est-ce que la "tropicalisation" de la météo évoquée par le ministre de l'Environnement italien ?

Venise inondée : qu'est-ce que la "tropicalisation" de la météo évoquée par le ministre de l'Environnement italien ?
Planète

ZOOM - Une marée haute d'une ampleur sans précédent touche Venise depuis mardi, causant d'importants dégâts. Pour le ministre italien de l'Environnement, la fragilité de la cité des Doges s'est accrue en raison de la "tropicalisation" de la météo. Nous avons demandé à une climatologue de quoi il s'agissait.

Trois jours après les inondations record qui ont submergé la ville, Venise est à nouveau victime d'un pic de marée haute. Ce vendredi à la mi-journée, l'"acqua alta" avait atteint 1,54 mètre, conduisant le gouvernement italien à décréter l'état d'urgence pour catastrophe naturelle. En s'engouffrant dans la cité des Doges, l'eau est entrée dans les églises, les musées, les commerces et les hôtels, causant des dégâts estimés à plusieurs centaines de millions d'euros. Pour éviter "tout risque sanitaire", le maire a également ordonné la fermeture de la place Saint-Marc.

 Pour le ministre de l'Environnement italien Sergio Costa, il ne fait aucun doute que la fragilité de Venise s'est accrue en raison de la "tropicalisation" de la météo. Nous avons demandé à Françoise Vimeux, climatologue à l'Institut de recherche pour le développement (IRD) et spécialiste de la variabilité du climat tropical, de quoi il s'agissait.

Qu'est-ce que le phénomène de "tropicalisation" de la météo ?

Françoise Vimeux : "Il y a pas mal de personnes qui utilisent ce terme pour faire référence au fait que, dans le contexte du changement climatique, des régions voient leur climat modifié et en particulier leur atmosphère se réchauffer. Or, à chaque degré supplémentaire, l'atmosphère gagne environ 7% de vapeur d'eau en plus, ce qui peut potentiellement donner lieu à des pluies plus importantes. Pour autant, la "tropicalisation" n'est pas d'un terme scientifique. Il s'agit seulement d'une façon de dire que le changement climatique a un impact sur la région considérée. Venise en est un bon exemple."

Lire aussi

Ce phénomène est-il vraiment responsable de la situation dans laquelle se trouve Venise ?

Françoise Vimeux : "Si le changement climatique est un phénomène global qui entraîne l'augmentation des températures, je n'aurais pas forcément utilisé le terme de "tropicalisation" pour Venise, car il s'agit là d'une combinaison de trois éléments différents : une grande marée qui se combine à de fortes pluies - dont l'intensité peut effectivement être accrue en raison d'un climat plus chaud que ce que l'on aurait connu au début du XXe siècle - et une augmentation du niveau de la mer. Or, le terme de "tropicalisation" n'inclut pas la notion du niveau de la mer qui augmente, un phénomène pourtant important dans le cas de Venise notamment, puisqu'il induit des submersions marines accrues, surtout lors des grandes marées. Depuis les années 1900, le niveau de la mer a grimpé de 20 cm et son élévation va s'accélérer d'année en année."

Les pluies intenses sont actuellement 20 à 30% plus importantes en termes de volume qu'auparavant."- François Vimeux

D'autres pays sont-ils (ou seront-ils) victimes de cette "tropicalisation" ?

Françoise Vimeux : "Le réchauffement de l'atmosphère, et donc son humidification, est un phénomène global. Mais dire que ces conditions vont concerner absolument tous les pays est difficile à dire, car chaque région a tout de même un climat qui lui est propre. Il y a encore beaucoup de recherches en cours pour améliorer notre connaissance sur l’évolution des pluies à venir dans les différentes régions du monde. En région méditerranéenne, et en particulier dans le sud de la France et sur les côtes italiennes, on observe cependant que les pluies intenses sont actuellement 20 à 30% plus importantes en termes de volume qu'auparavant."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter