Allergies précoces, insectes ravageurs en avance.. La douceur record détraque la nature

Planète
DirectLCI
CAUSE A EFFET - Les températures, exceptionnellement douces pour la saison, de ces derniers jours ne sont pas sans effets sur la nature, quelque peu déboussolée. Tandis que des oiseaux annonciateurs du printemps survolent le territoire, certains végétaux sortent prématurément de dormance et les arbres allergènes pollinisent.

C'est le pendant, moins réjouissant, de ce pic de douceur en plein hiver.  Si les températures, exceptionnellement douces pour la saison, donnent le sourire à ceux qui depuis quelques jours prennent d'assaut parcs, terrasses et bords de plage, elles ne sont pourtant pas sans conséquences sur la faune et la flore... et même sur notre santé.

Arbres qui bourgeonnent

Les températures inhabituelles de cette fin de février, et leur impact direct sur les sols superficiels, réveillent le cycle des végétaux. En témoignent, les récits de jardiniers et d'horticulteurs qui se multiplient ces derniers jours dans la presse locale, du Cher, au Béarn, en passant par l'Indre. 


Tous dressent un même constat : l'herbe pousse plus vite, la sève remonte, les bourgeons apparaissent. Or, le niveau de luminosité, lui, demeure celui d'un mois de février avec des journées encore courtes et des températures fraîches la nuit. Dans ce contexte, la principale crainte en arboriculture est celle du retour des gelées qui, si elles sont marquées, risquent de mettre à mal bourgeons et autres plantations.

Insectes et nuisibles en avance

Cette parenthèse printanière a également un effet sur les insectes qui se réveillent en même temps que les jardins. Ici et là, on aperçoit ainsi déjà de premières coccinelles, réputées pour être d'excellents prédateurs de pucerons, investir les jardins, et plus étonnant encore des abeilles. 


Et tandis que les parasites pullulent, les cochenilles, que l'on retrouve normalement à la fin du printemps, commencent elles aussi à se rassasier. "L'hiver a été doux, ils n'ont pas subi de froid, donc ils n'ont pas été détruits, ils se développent plus intensément", explique à France Info Catherine Nesa, responsable de la collection bonsaïs du département des Hauts-de-Seine. 

Grues cendrées déjà de passage

En vidéo

Landes : les grues cendrées remontent vers le Nord

En avance comme la douceur des températures, les  grues cendrées ont commencé à survoler le territoire. Symboles des grandes migrations, les grands oiseaux annonciateurs du printemps entament leur retour vers le Nord après avoir passé l'hiver en Espagne. Ces derniers jours, les premières escadrilles en formation V  ont notamment été aperçues dans les Landes, le Limousin ou le Loiret. 

Allergies précoces

Alors que certains végétaux sortent prématurément de dormance, les arbres allergènes eux pollinisent plus tôt que d'ordinaire, selon les prévisions du Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA). Ce lundi, 11 départements, des Pyrénées-Orientales aux Alpes-Maritimes, étaient en vigilance rouge, pour les pollens de cyprès. 


Après eux, les noisetiers et les aulnes déjà en fleurs, devraient à leur tour embarrasser les personnes allergiques suivis des pollens de frêne et de peuplier. Quant aux graminées, qui arrivent en général au cœur du printemps, eux aussi ont déjà commencé à se développer dans certains départements du sud-ouest, nécessitant une vigilance précoce. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter