Aude : après les inondations, la vallée de l'Orbiel polluée à l'arsenic

Aude : après les inondations, la vallée de l'Orbiel polluée à l'arsenic

Planète
DirectLCI
POLLUTION - Après les inondations meurtrières dans l'Aude, de nombreux habitants redoutaient une pollution à l'arsenic, causée par la présence d'une ancienne mine d'or à Salsigne. Selon un chimiste sollicité par La Dépêche du Midi, la concentration d'arsenic par litre est plus de dix fois supérieure à la norme pour l'eau potable.

C'était la plus grande mine d'or d'Europe, avant sa fermeture en 2004. Située dans la vallée de l'Orbiel, la mine de Salsigne a alimenté pendant plus d'un siècle la France en métal jaune, mais aussi en argent ou en cuivre. Ancienne source de richesse pour le pays et la région, la mine est désormais considérée comme le site le plus pollué de France, à cause des centaines de milliers de tonnes de déchets toxiques laissées sur place. Et les récentes inondations dans l'Aude ont diffusé cette pollution dans toute la vallée.


La Dépêche du Midi révèle ce mercredi les conclusions d'un chimiste qu'elle a sollicité pour mesurer la pollution à l'arsenic à plusieurs endroits de la vallée de l'Orbiel. Les résultats confirment les craintes de nombreux habitants de la zone : alors que la norme de taux d'arsenic pour l'eau potable est fixée à 10 microgrammes par litre, l'eau retenue dans un bassin à moins de 10 km du village de Conques-sur-Orbiel affiche une concentration de 470 microgrammes d'arsenic par litre. 

Deux collines bourrées d'arsenic

"Dans la rivière Orbiel, on a mesuré jusqu'à 27 microgrammes, alors que la norme pour l'eau potable est fixée à 10 microgrammes par litre. A Conques-sur Orbiel, on retrouve 100 microgrammes d'arsenic par litre d'eau au domaine viticole de Saint-Angel, 65 microgrammes dans le Beal de Conques, un cours d'eau qui passe sous les fenêtres des riverains du village, avant de se jeter dans l'Orbiel. Quant au Grésillou, en aval de Nartau, les analyses ont conclu à une concentration de 87 microgrammes d'arsenic par litre d'eau", indique le quotidien régional. Le seuil légal pour l'eau d'irrigation est de 100 microgrammes d'arsenic par litre.


Le 13 novembre,  soit un mois après les inondations meurtrières qui ont touché la région, le préfet de l'Aude indiquait dans un communiqué que "les concentrations en arsenic sont dans les moyennes observées lors des années précédentes". De quoi rappeler une controverse datant de 2013, au moment où le béal du Sindilla - un canal creusé à des fins d'irrigation et qui se jette dans l'Orbiel en aval - s'est retrouvé orange, signe de la présence d'arsenic. La préfecture avait alors avancé le chiffre de 30 à 45 microgrammes d'arsenic par litre dans l'Orbiel, mais le Canard enchaîné avait ensuite publié les résultats du prélèvement effectué dans le béal par l'Office national de l’eau et des milieux aquatiques (Onema) : 4.469 microgrammes par litre, soit 450 fois la norme pour de l'eau potable. Le préfet avait alors démissionné.


D'où vient tout cet arsenic ? Des deux collines qui bordent les deux rives de l'Orbiel, à côté de la mine : l'Artus et Montredon. La première contient 10 millions de tonnes de poudres, dont environ 2 % d’arsenic, et la seconde 2 millions de tonnes de déchets, dont 5 % à 15 % d’arsenic, rapporte Le Monde. Lors de la fermeture de la mine, les autorités avaient recouvert ces deux immenses tas d'une membrane sur Montredon et de plusieurs mètres d'argile sur l'Artus. Les deux collines sont visibles en rouge foncé sur le schéma ci-dessous, puis en photographie satellite.

La colline de Montredon, à gauche sur les images ci-dessus, fait l’objet de travaux de réfection décidés en 2017, après que le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) a détecté des fuites d'arsenic. Mais les deux sites ont ensuite été légèrement endommagés par les précipitations d'octobre 2018. La direction régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (Dreal) et le BRGM ont constaté les dégâts et le responsable de la Dreal a annoncé en novembre des travaux de réparation, tout en précisant qu'" aucun risque important n’a été identifié". Après ces travaux, la réfection de Montredon reprendra.

En vidéo

Inondations dans l'Aude : la reconstruction se fait au compte-gouttes

En attendant, dans cette zone soumise à un risque permanent de crues quinquennales et centennales, comme l'était celle de 2018, plusieurs tonnes d'arsenic continuent à se déverser annuellement dans l'Orbiel, dont 90% d'origine humaine, selon une thèse réalisée en 2013.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter