Avec les phoques moines de Méditerranée, une espèce "en danger" depuis 1986

Chassés par les pêcheurs, poussés loin des plages par une activité humaine de plus en plus intense, le phoque moine de Méditerranée est actuellement une espèce en danger. Nos journalistes ont approché ce champion d'apnée en Grèce.
Planète

PROTECTION ANIMALE - En Méditerranée, du côté de la Grèce, on tente d'étudier et de sauver les phoques moines qui peuplent parfois les grottes du littoral. Chassée par les pêcheurs, l'espèce est actuellement en danger.

Tandis qu'il ondule dans la Méditerranée, non loin des côtes grecques, on dit de lui qu'il est craintif et solitaire. En tout cas, il reste un mystère. Le phoque moine de Méditerranée, est une espèce endémique de cette partie du globe et figure sur la liste des espèces menacées. La Fondation Octopus, une organisation suisse, tente "d’évaluer plus précisément la répartition géographique et le nombre de phoques moines présents sur l’ensemble du bassin méditerranéen". Selon elle, ils figurent depuis 1986 sur la liste rouge des espèces en danger établie par Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). 

Il ne resterait en effet que quelques centaines d’individus en Méditerranée, répartis entre la Grèce et la Turquie. Nous avons embarqué avec eux, dans le reportage de TF1 en tête d'article. 

De surprenantes découvertes

Alors direction la Grèce, l'un des derniers endroits où vivent ces colonies de phoques moines. La fondation installe des caméras sous-marines pour mieux connaître cette espèce, observer sa façon de vivre et, parfois même, aller à l'encontre des idées reçues. "Quand on a commencé à travailler sur les phoques moines, on nous a dit que c'était un animal solitaire qui ne se mélangeait pas vraiment à ses congénères et là on a des images de quatre à cinq phoques qui grimpent les uns sur les autres, c'est extrêmement intéressant", raconte un chercheur de la Fondation Octopus.

S'ils sont aussi curieux d'en savoir plus à propos de cette espèce, c'est qu'elle est actuellement menacée par l'activité humaine et a besoin de calme pour se reproduire. En effet, les femmes ne donnent naissance qu'à un seul petit, chaque année. Elles ont donc besoin de se sentir en sécurité pour mettre bas. "Le danger, c'est qu'on est à la limite de basculer dans quelque chose où les groupes sont trop petits pour se maintenir et se reproduire", précise un membre de la Fondation.

Lire aussi

Ils sont parfois chassés par les pêcheurs

En voie de disparition, les phoques moines sont extrêmement surveillés par les autorités grecques : une clinique dédiée a même été créée au milieu du parc zoologique d'Athènes. Elle recueille les animaux blessés ou en danger de mort. Car beaucoup d'entre eux sont tués de manière intentionnelle, selon les spécialistes de ce parc.

Toute l'info sur

Le 20h

Se nourrissant de poissons, de poulpes et de langoustes, ils font sérieusement concurrence aux pêcheurs locaux. "Les phoques détruisent les filets avec leurs dents en voulant attraper des poissons et ils font beaucoup de dégâts sur les équipements des pêcheurs", explique ce spécialiste. 

Mais chassés par les pêcheurs et repoussés loin des côtes par l'activité humaine, ces phoques moines de Méditerranée sont actuellement une espèce en danger. En 2014, il ne restait que 600 phoques moines dans le monde dont la moitié en Grèce, quelque 250 en Mauritanie et le reste en Turquie. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent