Bactérie "tueuse d'oliviers" : la situation est-elle sous-estimée en France ?

Planète

BACTÉRIE TUEUSE - Pour la première fois en France, la bactérie Xylella fastidiosa, fatale pour les végétaux, a été détectée sur deux oliviers à Menton et à Antibes. Les oléiculteurs corses, qui ont vu une dizaine de milliers d’arbres arriver sur l’île depuis le continent, s’alarment de la situation, qu’ils jugent totalement sous-estimée.

Après la découverte d’une bactérie tueuse sur deux oliviers à Menton et à Antibes, dans le sud de la France, les oléiculteurs corses sont inquiets. "La responsabilité de la propagation de la bactérie sur l’île (…) vous incombe", a déclaré Sandrine Marfisi, présidente du syndicat interprofessionnel des oléiculteurs de Corse (Sidoc), dans une lettre écrite à l'intention des autorités. 

Des craintes qui s’expliquent par le fait que 10.000 oliviers ont été importés sur l'île depuis le continent, dans le cadre d’une dérogation accordée par la préfecture début 2019. En avril 2018, des oliviers présents sur l’île avaient été testés positif à la bactérie tueuse, mais d’autres résultats avaient contredit les premières analyses. 

Lire aussi

Bien que le ministère de l’Agriculture ait annoncé la destruction des arbres porteurs de la bactérie Xylella fastidiosa et établi un périmètre de surveillance des végétaux dans un rayon de 5 kilomètres, les oléiculteurs corses ne décolèrent pas car ils estiment que la propagation de cette bactérie tueuse d’oliviers est largement sous-estimée par les autorités. Il est "illusoire et délirant de vouloir faire croire que seuls deux arbres sont touchés". 

En Italie, plus d'un million d'oliviers ravagés

Identifiée dans les Pouilles (Italie) en 2013 et détectée pour la première fois sur des végétaux en Corse et dans le sud de la France en 2015, la bactérie Xylella fastidiosa a déjà ravagé plus d’un million d’oliviers italiens. La justice européenne a d’ailleurs reconnu un manquement de la part de l’Italie dans la prévention et la gestion de la crise. S’attaquant à plus de 200 espèces, Xylella fastidiosa est considérée comme l’une des bactéries les plus dangereuses pour les végétaux. En Europe, elle a déjà été repérée en France et en Italie donc, mais aussi en Espagne et en Allemagne. 

Or, selon la botaniste Anne Breuil, interrogée par 20 Minutes, il n’existe pas aujourd'hui de moyen direct de lutte contre cette bactérie, mais seulement contre les insectes porteurs de celle-ci, les cicadelles. En France, les antibiotiques permettant de tuer ces cicadelles sont interdits à la vente. De plus, lorsqu'un végétal est contaminé,  il ne présente pas toujours de symptômes visibles à l’œil nu. C’est donc une "course contre la montre" qui se joue, a avancé Sandrine Marfisi au micro d’Europe 1

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter