En 2019, la déforestation de l’Amazonie a presque doublé au Brésil

En 2019, la déforestation de l’Amazonie a presque doublé au Brésil
Planète

Toute L'info sur

La forêt amazonienne touchée par des incendies ravageurs

AMAZONIE - En 2019, la forêt amazonienne a perdu 9.166 km2 de surface au Brésil à cause de la déforestation, presque le double de 2018. Le bilan dressé par l’INPE, l'institut chargé de surveiller l’état de la forêt tropicale, correspond à l’arrivée au pouvoir de Jair Bolsonaro, climato-sceptique notoire.

La déforestation de l’Amazonie au Brésil a presque doublé en 2019, perdant 9.166 km2 de sa surface, d’après les données préliminaires publiées par l’Institut national de recherche spatiale brésilien (INPE). Une hausse très exactement de 85 % par rapport à l’année 2018, où 4.946 km2 de forêt avaient été déboisés. C’est à partir d’une surveillance par satellite que l’INPE peut recenser l’état de la déforestation à l'échelle du pays chaque année, mais aussi tous les mois. Ces chiffres présentés ici sont en réalité une compilation des données mensuelles, moins précises que les données annuelles.

Pour autant, ce premier bilan de l'année inscrit une tendance qui est loin d'être surprenante. Depuis le mois de juin, période de saison sèche au Brésil, la déforestation n’a cessé d’augmenter, et ce de manière significative. La forêt tropicale a été au cours de l’été ravagée par des incendies multiples, conséquences de la déforestation sauvage. Au total, 9 762 km2 sur les neufs Etat brésiliens couvrant l’Amazonie ont été déboisés sur cette période. 

Pour obtenir des terrains vierges adaptés à l’élevage de bovins ou à la culture de soja, les agriculteurs défrichent leurs champs par le feu –ce qu’on appelle la culture sur brûlis- et provoquent des départs d’incendies. Une pratique censée être interdite en Amazonie depuis le mois de septembre, mais largement restée impunie au Brésil.

Lire aussi

Un premier bilan annuel pour Bolsonaro

Ces chiffres annuels étaient donc prévisibles mais c’est la première fois qu’un bilan de l’état de la déforestation en Amazonie est dressé après un an de gouvernance du pays par Jair Bolsonaro. Pour sa gestion catastrophique des feux estivaux, le président brésilien a subi d’importantes critiques de la part des ONG et de la communauté internationale.

Mais ce dernier, élu après une campagne très polémique, est aussi connu pour nier l’impact du changement climatique et pour mener une politique visant à faire de l’Amazonie un terrain dédié au développement de l’industrie agro-alimentaire sous toutes ses formes. "Au-delà de sa politique, ces chiffres sont également la conséquence du discours anti-environnement, pro-agrobusiness et climato-sceptique du président brésilien", commente auprès de LCI Cécile Leuba, chargée de campagne Forêts pour Greenpeace France.

Il fut un temps où le chef de l’Etat promettait de combattre la déforestation illégale. En pratique, le nombre de sanctions (amendes, saisies et destruction du matériel) a baissé de 20 % durant les six premiers mois de l’année 2019, d’après le New York Times

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent