Chili : les eaux les plus pures de la planète souillées par une marée noire

Planète
POLLUTION - Après un incident survenu samedi au large du Chili, dans les îles de Patagonie, 40.000 litres d'hydrocarbures se sont déversés dans les eaux limpides, présentant un grave danger pour le riche écosystème marin de cette région.

 C'est "une terrible nouvelle pour la Patagonie", a déploré le directeur de Greenpeace au Chili. Des dizaines de milliers de litres de pétrole se propagent actuellement dans les eaux les plus pures de la planète. Samedi 27 juillet, au large du Chili, un incident a eu lieu sur le terminal d'une compagnie minière situé sur une île en Patagonie. Quelque 40.000 litres hydrocarbures se sont alors déversés dans une zone réputée pour son riche écosystème marin. 


Des baleines, des orques, des dauphins, des otaries et de nombreuses espèces d'oiseaux vivent dans cette région, grâce à des eaux parmi les plus préservées des activités humaines, jusqu'à maintenant.

Une vaste opération de nettoyage engagée

D'après les informations de la marine militaire chilienne, l'incident s'est produit lors d'une opération de la compagnie CAP - l'un des principaux groupes miniers et sidérurgiques du Chili - sur le terminal de l'île de Guarello, à 250 kilomètres au nord-ouest de Puerto Natales, dans l'extrême sud du pays. Les autorités locales ont ordonné l'ouverture d'une enquête pour déterminer les raisons de l'incident et définir les responsabilités.

La marée noire a affecté "une zone du littoral" où "des vents violents, de plus de 100 km/h, ont contribué à la rétention (du pétrole, ndlr) dans le secteur sud de la baie", a rapporté la marine militaire chilienne dans un communiqué. Face à l'urgence, un navire et une patrouille maritime avaient rapidement été dépêchés sur le site, avec une équipe spécialisée dans la lutte contre la pollution des milieux marins. Ce lundi, les autorités locales indiquent que la vaste opération de nettoyage a permis de récupérer près d'un tiers de l'eau souillée.

Un patrouilleur a rejoint l'opération dimanche soir, et le matériel spécialisé dont il est équipé devait être déployé lundi matin. Par ailleurs, un autre bâtiment doté de matériel et avec des biologistes à bord - affrété par la société à l'origine du déversement - doit également renforcer lundi les unités déjà su place.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter