Climat : après l'UE, l'administration américaine confirme que juillet est bien le mois le plus chaud jamais enregistré

Planète

CHAUD DEVANT - L'Agence atmosphérique américaine, un organisme dépendant du gouvernement américain, a confirmé ce jeudi les observations émises par l'Union européenne établissant le mois de juillet 2019 comme le plus chaud jamais mesuré sur Terre.

Le mois de juillet 2019 a été le plus chaud jamais mesuré dans le monde, a indiqué jeudi l'Agence océanique et atmosphérique américaine NOAA, confirmant des observations émises par l'Union européenne il y a quelques jours.  

"La majeure partie de la planète a connu une chaleur sans précédent en juillet, les températures ayant atteint de nouveaux sommets au cours du mois le plus chaud jamais enregistré", a commenté l'agence publique américaine (elle dépend du ministère du Commerce). Elle a précisé que la chaleur record avait également "réduit la banquise dans l'Arctique et l'Antarctique à des niveaux historiquement bas".

Voir aussi

Records de température pour l'Alaska, l'Afrique et plusieurs pays d'Europe

Selon la NOAA, la température moyenne de la planète en juillet était 0,95 degré Celsius au-dessus de la moyenne du 20e siècle, (15,8 degrés Celsius), ce qui en fait le mois le plus chaud jamais enregistré, pour des mesures remontant à 1880. Le mois le plus chaud précédemment enregistré était juillet 2016. "Neuf des dix mois de juillet les plus chauds ont eu lieu depuis 2005, les cinq dernières années ayant été les cinq plus chaudes", souligne l'agence. L’Alaska a notamment connu son mois de juillet le plus chaud depuis qu'elle a commencé à y prendre des mesures en 2005. Plusieurs pays d'Europe ont aussi enregistré de nouveaux records de température et ce fut aussi le mois le plus chaud jamais enregistré dans toute l'Afrique.

En moyenne, la banquise de l'Arctique a atteint son niveau le plus bas en juillet, 19,8% sous la moyenne, encore plus bas que le record historique de juillet 2012, selon des données de la NOAA et la Nasa. La banquise de l'Antarctique était quant à elle 4,3 % inférieure à la moyenne relevée entre 1981 et 2010.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter