Consommer après la date de péremption, une piste pour lutter contre le gaspillage

Planète

TOUJOURS BON - Une application pour aider à s'y retrouver dans les dates de péremption et ainsi consommer en évitant de gaspiller, c'est l'idée de "Too good to go". Ajouter "et après" à la suite du traditionnel "A consommer de préférence avant le..." permettrait d'éviter des tonnes de gâchis.

Et si l'on dépassait la date de péremption des aliments pour lutter contre le gaspillage ? C'est la proposition d'une association d'une application, Too Good to Go, et d'une association écologiste, France nature environnement. Leur "livre blanc" intitulé "Les dates de péremption, une idée dépassée ?" a été rédigé notamment grâce à des informations recueillies lors d'une table ronde en présence de représentants du secteur de la grande distribution comme Carrefour, et de l'industrie agroalimentaire comme Coca-Cola, mais aussi une association de consommateurs. 

Lire aussi

Lundi la loi anti-gaspillage alimentaire, qui oblige notamment les grandes surfaces à donner leurs invendus, aura trois ans comme le rappelle le Parisien, l'occasion de faire le point sur les différents indicateurs de dates de consommation. Car entre la date de durabilité minimum (DDM), qui est un indicateur de qualité et après laquelle le produit peut perdre certaines qualités mais ne présente pas de risque pour la santé, et la date limite de consommation (DLC) après laquelle le produit peut présenter des risques pour le consommateur, il n'est pas forcément facile de s'y retrouver. Selon Le Parisien ils seraient même 53% à ne pas comprendre la différence entre les deux sigles. 

Cette incompréhension peut avoir un fort impact sur le gaspillage. Le quotidien évoque même le chiffre de 25% de personnes qui affirment ne jamais consommer leurs produits une fois la date de durabilité minimum dépassée. "Ajouter un jour de vie supplémentaire sur les produits permettrait de réduire le gaspillage alimentaire de 170.000 kg par an !" estime Lucie Basch, ex-ingénieur agronome qui a fondé l'appli Too good to go.

La Norvège, un exemple à suivre?

Le livre blanc préconise donc d'inscrire "Et après" a la suite du traditionnel "A consommer de préférence avant le...", afin que le consommateur s'y retrouve. C'est d'ailleurs ce qui a été instauré en Norvège en 2017 sous l'impulsion d'une association d'entreprises et du ministre de l'Ecologie . "Plusieurs centaines de milliers de personnes ont signé la pétition et le patron de la plus grosse compagnie de produits laitiers en Norvège, Q-Meieri, était le troisième sur la liste", explique Too good to go sur son site. 

L'entreprise rappelle également que depuis 2015 l'article 103 de la loi sur la transition énergétique pour la croissance verte de 2015 interdit d'imposer des dates de péremption sur certains produits comme le sucre, le sel ou encore le vinaigre. Et ajoute "Carrefour a déjà augmenté la date de péremption de 500 de ses produits sans en changer nullement la composition. Comme quoi."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter