COP25 : ce qu'il faut retenir de cette onzième journée

COP25 : ce qu'il faut retenir de cette onzième journée
Planète

EN BREF - La COP25 s'est lancée lundi 2 décembre à Madrid, en Espagne. Pendant deux semaines, les signataires de l'Accord de Paris y sont réunis afin de discuter des enjeux climatiques. Si vous avez raté l'actu du jour, en voici un résumé.

Deux semaines, tel est le délai imparti aux pays signataires de l'Accord de Paris pour discuter des enjeux climatiques et préparer la prochaine COP, où ils devront revoir à la hausse leurs ambitions. Si vous n'avez rien suivi à la COP25 de Madrid depuis son ouverture, voici les informations du jour à retenir.

L'info du jour

30% d’aires protégées d’ici 2030 : cette proposition du Costa Rica, défendue ce jeudi à la COP25, vise à "limiter le réchauffement climatique", selon son ministre de l’Environnement qui a plaidé pour la conservation des écosystèmes naturels, comme "les forêts, les récifs, les zones humides, les mangroves, en Russie ou au Costa Rica". Une vingtaine de pays ont déjà rejoint la coalition, qui sera peut-être à l’étude lors de la 15e Conférence de l’ONU sur la biodiversité en novembre 2020. Les Etats membres doivent y fixer de nouveaux objectifs pour protéger les écosystèmes dans les dix prochaines années. 

Lire aussi

La phrase du jour

"Aux travailleurs des industries d’énergies fossiles, j’ai un message clair. Ceux d’entre-nous qui mènent l’action climatique ne sont pas des ennemis." Au pupitre ce jeudi 12 décembre, Antonio Guterres a joué la carte de la sérénité. Par ces mots, le secrétaire générale de l’ONU a souhaité ainsi fédérer autour de l’ambition de la COP de façonner "un monde plus propre et plus sain".  

L'info en plus

Des militants pour le climat ont été expulsés mercredi 11 décembre de l’Ifema, centre de conférence où se tient la COP25, pour avoir organisé une manifestation surprise devant une salle où étaient réunies des délégations du monde entier. 

Lire aussi

"Aujourd’hui, nos voix ont été réduites au silence, mais nous n’accepterons pas cela", a dénoncé Youth for Climate France dans un communiqué. En réaction, le mouvement a appelé ses membres à la grève demain vendredi 13 décembre.  

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent