COP25 : ce qu'il faut retenir de cette troisième journée

COP25 : ce qu'il faut retenir de cette troisième journée
Planète

EN BREF - La COP25 s'est lancée lundi 2 décembre à Madrid, en Espagne. Pendant deux semaines, les signataires de l'Accord de Paris y sont réunis afin de discuter des enjeux climatiques. Si vous avez raté l'actu du jour, en voici un résumé.

Deux semaines. Tel est le délai imparti aux pays signataires de l'Accord de Paris pour discuter des enjeux climatiques et préparer la prochaine COP, où ils devront revoir à la hausse leurs ambitions. Si vous n'avez rien suivi à la COP25 de Madrid depuis son ouverture, voici les informations du jour à retenir.

L'info du jour

La ministre de l'Environnement chilienne Carolina Schmidt s'est exprimée au troisième jour des discussions sur le climat. Celle qui préside la COP au nom du Chili, malgré sa délocalisation en Espagne, a exposé les trois piliers qui devaient guider ces deux semaines de sommet : adaptation, atténuation et moyens de mise en œuvre. "Nous ne sommes pas là où nous devons être pour nous assurer que la température ne va pas continuer à augmenter", a martelé la ministre alors que le service européen Corpenicus a annoncé aujourd'hui que novembre 2019 s'inscrivait parmi les trois mois de novembre les plus chauds jamais enregistrés dans le monde. En signant l'Accord de Paris en 2015, les pays se sont engagés à contenir la hausse de la température à 1,5°C d'ici la fin du siècle. 

Lire aussi

La phrase du jour

"Nous méritons un avenir." C'est un cri du cœur, lancé par Jinhyun Park, une jeune étudiante d'origine sud-coréenne venue exprimer sa colère  à Madrid avec une douzaine de militants du monde entier. Alors que la COP25 a fait de "Time for action" son slogan, des membres de "Fridays for future", mouvement lancé par la Suédoise Greta Thunberg, ont tenu une conférence de presse en ce troisième jour de réunion sur le climat. Ces derniers ont notamment demandé aux pays signataires de l'Accord de Paris d'agir "comme de vrais leaders".

L'info en plus

L'Union européenne n'atteindra pas ses objectifs environnementaux en 2020. C'est ce que dresse l'Agence européenne de l'environnement (EEA) dans son rapport quinquennal remis ce jour en marge de la COP25. Mauvais signe pour l'Europe qui souhaite se placer en première ligne de cette COP. Le continent a encore des efforts à fournir s'il veut remplir ses ambitions de 2050, à savoir la neutralité carbone tant promise par la nouvelle présidente de la Commission Ursula von der Leyen. En attendant, le constat de l'EEA est sans appel : l'Union européenne doit agir "urgemment". 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter