COP25 : ce qu'il faut retenir de cette huitième journée

COP25 : ce qu'il faut retenir de cette huitième journée

EN BREF - La COP25 s'est lancée lundi 2 décembre à Madrid, en Espagne. Pendant deux semaines, les signataires de l'Accord de Paris y sont réunis afin de discuter des enjeux climatiques. Si vous avez raté l'actu du jour, en voici un résumé.

Deux semaines. Tel est le délai imparti aux pays signataires de l'Accord de Paris pour discuter des enjeux climatiques et préparer la prochaine COP, où ils devront revoir à la hausse leurs ambitions. Si vous n'avez rien suivi à la COP25 de Madrid depuis son ouverture, voici les informations du jour à retenir.

L'info du jour

Selon un rapport d'experts présenté ce lundi à la COP25 par America's Pledge, une initiative financée par le milliardaire Michael Bloomberg, les Etats-Unis pourraient réduire de moitié leurs émissions de gaz à effet de serre d'ici 2030 par rapport à 2005 si un démocrate partisan d'un "new deal" vert battait Donald Trump en 2020. "Cela exige des changements révolutionnaires, mais ce changement est déjà en train de se produire. Nous disposons des deux tiers de la boîte à outils", a indiqué Carl Pope, vice-président d'America's Pledge, en présentant le rapport à des journalistes à Washington. Ce redressement permettrait de remettre le pays sur les rails d'une possible neutralité carbone d'ici le milieu du siècle, ce que les scientifiques estiment nécessaire pour contenir le réchauffement de la planète à 1,5 ou 2°C par rapport à la fin du XIXe siècle. Michael Bloomberg, qui vient de se lancer dans la course à l'investiture démocrate à l'élection présidentielle américaine, est attendu mardi à la COP25 à Madrid pour plaider la cause de la lutte contre le réchauffement climatique.

La phrase du jour

"Ce que vous voyez à travers le monde avec les émeutes sociales devra être pris en compte", a affirmé ce lundi Axel von Trotsenburg en amont de la réunion, ce lundi, d'une cinquantaine de ministres des Finances à la COP25. Le directeur des opérations de la Banque mondiale estime que la réduction des émissions de gaz à effet de serre doit se faire en prenant en compte l'impact des mesures sur les populations les plus fragiles. "Agir à froid peut affecter de manière disproportionnée les personnes vulnérables et créer des résistances, ce qui est compréhensible", a-t-il poursuivi.

Lire aussi

L'info en plus

Arrivée à Madrid vendredi, après avoir traversé l'Atlantique à bord d'un voilier, Greta Thunberg attire depuis toutes les attentions. Lors d'une conférence de presse ce lundi matin, l'adolescente n'a cependant pas voulu s'exprimer une nouvelle fois. "Nous avons estimé qu'il était de notre devoir d'utiliser cette attention pour donner la parole à ceux qui ont besoin de raconter leur histoire", a-t-elle déclaré aux côtés de Luisa Neubauer, militante allemande du mouvement Fridays For Future. "Luisa et moi n'allons pas parler aujourd'hui", a précisé la jeune activiste. "Nous allons laisser d'autres le faire." Plusieurs jeunes du monde entier ont ensuite pris la parole pour livrer leurs témoignages au sujet des effets des changements climatiques sur leur quotidien.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : l'Italie annonce les premiers vols "Covid-free" entre Europe et États-Unis

CARTE - Covid-19 : à quel stade en est l'épidémie, département par département ?

EN DIRECT - Election US : Trump appelle ses partisans à "inverser" le résultat, Biden lui répond

"Papy et mamie dans la cuisine" à Noël : torrent d'indignation après le conseil du Pr Salomon

"Un chagrin presque insupportable" : Meghan Markle évoque sa fausse couche dans une poignante tribune

Lire et commenter