Le Haut Conseil pour le climat plaide pour une relance "verte" en sortie de crise

February 13, 2020, Lavau-sur-Loire, ruines d'une usine à charbon
Planète

RECOMMANDATIONS - Dans un rapport spécial, le Haut Conseil pour le climat formule 18 recommandations pour une sortie de crise, à la lumière de la transition bas-carbone.

"Accélérer la transition juste pour renforcer notre résilience aux risques sanitaires et climatiques." Dans un rapport d'une vingtaine de pages, le Haut Conseil pour le climat (HCC) s'est prononcé mardi soir sur les leçons à tirer pour le "monde d'après", une formule régulièrement employée, ou du moins sur la préparation d'une sortie de crise à la lumière de la transition écologique. 

Le HCC s'est auto-saisi tout spécialement pour formuler 18 recommandations ambitieuses à suivre en sortie de crise. Créée en 2018, cette institution indépendante a pour mission d'évaluer la politique conduite en matière climatique. Concrètement, elle est chargée de rendre un rapport annuel sur le respect de la trajectoire de baisse des émissions de gaz à effet de serre, ainsi qu'un avis tous les 5 ans sur les projets de stratégie nationale bas-carbone. 

Lire aussi

Crise sanitaire et climatique, même combat

Les experts partent du postulat que l'épidémie et le changement climatique sont deux phénomènes étroitement liés et constituent des "menaces majeures pour l'ensemble de l'humanité". Prévenant d'emblée que la diminution des émissions de CO2 observée en France "reste marginale et transitoire", comme a pu l'observer François Gemenne, chercheur spécialiste du climat, le HCC appuie sur la nécessité de mettre en oeuvre une relance économique "verte", fondée sur une réduction des émissions et par conséquent sur une baisse des subventions des énergies fossiles. 

La "dépression prolongée du prix du baril" doit être l'occasion, jugent les experts, pour "enlever les exonérations fiscales" dans les secteurs routier et aérien et ainsi "réduire le plus rapidement possible notre dépendance au gaz et au pétrole".

Des aides vers le bas-carbone

Selon le HCC, la transition bas-carbone doit être une priorité pour le gouvernement au sortir de la crise et elle "doit être accélérée pour que la France parvienne enfin au rythme de ses engagements". Pour rappel, la France s'est engagée à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 40 % entre 1990 et 2030 et vise la neutralité carbone d'ici à 2050. 

De son côté, l'Assemblée nationale a voté le projet de loi de finances rectificatives qui prévoit d'accorder 20 milliards d'euros d'aides aux entreprises en difficulté. Selon les experts, les investissements publics doivent aller dans le sens du bas-carbone dans les secteurs de l'industrie, du logement, de l'énergie, des transports, mais aussi dans celui de l'industrie automobile, où "toute aide devra s'inscrire dans le cadre de reconversion des chaînes de production vers des véhicules à propulsion décarbonée", c'est à dire électriques ou hydrogènes. 

Les aides alloués au secteur de l'aviation, qui reste l'un plus émetteurs de gaz à effet de serre, doivent servir à tendre vers la neutralité carbone, à "transformer plutôt que sauvegarder à tout prix et à n'importe quel coût" l'ancien modèle. 

Des appels à une sortie de crise écologique

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

La progression du Covid-19 dans le mondeCes indicateurs qui incitent à l'optimisme en France

Récemment, les appels à l'intention de l'exécutif à engager une véritable transition écologique au moment de la relance économique se sont faits de plus en plus nombreux. Parmi eux, des chercheurs, des politiques mais aussi les 150 citoyens de la Convention pour le climat, tirés au sort à l'automne dernier. "Il ne faudrait pas, avec les mesures qui seront prises pour sortir de la situation sanitaire actuelle, que nous accélérions le dérèglement climatique", ont-ils prévenu dans un rapport remis au gouvernement. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent