"Décrocheurs de portrait" : une justice trop militante ?

"Décrocheurs de portrait" : une justice trop militante ?

DÉCRYPTAGE - Dans sa chronique "Les indispensables", Fabien Crombé s'est intéressé ce mercredi 18 septembre 2019 à la décision d'un juge de relaxer deux "décrocheurs de portrait" en invoquant "l'état de nécessité".

Deux militants écologistes, qui avaient dérobé un portrait du président de la République dans une mairie de Lyon en février, ont été relaxés par le tribunal correctionnel ce lundi. Le juge a reconnu le vol, mais il a invoqué "l'état de nécessité" pour légitimer l'action des prévenus. Mais cet article du code pénal avait-il lieu d'être dans ce cas présent ?

Ce mercredi 18 septembre 2019, Fabien Crombé, dans sa chronique "Les indispensables", nous parle de cette décision de justice qui crée la polémique. Cette chronique a été diffusée dans 24h Pujadas du 18/09/2019 présentée par David Pujadas sur LCI. Du lundi au vendredi, à partir de 18h, David Pujadas apporte toute son expertise pour analyser l'actualité du jour avec pédagogie.

Toute l'info sur

24H Pujadas

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "Danse avec les stars" la finale : c'est Tayc qui l'emporte face à Bilal Hassani !

Variant "Omicron" : "S'il y a un cas en Belgique, il y en a déjà en France"

EN DIRECT - Covid-19 : au Royaume-Uni, deux cas du variant Omicron détectés

En évoquant "l'autonomie" de la Guadeloupe, Sébastien Lecornu fait des vagues

Pass sanitaire : la validité des tests PCR réduite à 24 heures

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.