Des bus publicitaires Winamax roulent-ils illégalement dans Paris ?

Planète

Toute L'info sur

À la loupe

À LA LOUPE – Des autobus vides recouverts de publicité roulent-ils dans Paris afin de faire de la publicité pour la société de paris en ligne Winamax ? C'est en tout cas ce qu'affirment plusieurs internautes. Explications.

A l'heure où les Parisiens sont invités à réduire l'utilisation de leur voiture afin de lutter contre la pollution, il est des publicités dont la capitale se passerait bien. D'après plusieurs photos partagées sur les réseaux sociaux, d'immenses autocars entièrement recouverts de publicité pour la société de paris sportifs et de poker en ligne Winamax circuleraient dans les rues de la ville.

Lire aussi

Tout débute le 14 octobre. Fabien, un Parisien à l’œil observateur, partage sur son compte Twitter des photos d'un bus blanc, entièrement recouvert d'une publicité Winamax qui circulerait en boucle dans les quartiers de l'Opéra et de Saint-Lazare.

Les mêmes autocars publicitaires Winamax ont également été aperçus dans d'autres villes, notamment à Bordeaux et Toulouse.

Des autocars circulent-ils vides à des fins publicitaires ?

Intrigués, nous avons posé la question à Winamax, initiateur de cette étonnante campagne publicitaire. L'entreprise nous dit être surprise par les autocars employés et nous explique qu'Alternacom*, régie publicitaire en charge de cette opération, devait normalement utiliser des véhicules électriques. "Nous avons demandé la fin de cette campagne et Alternacom devra nous indiquer combien ces bus ont transporté de personnes durant la durée de l'opération." 

Au total, quatre autocars circulaient dans Paris et trois autres en France : Lyon, Bordeaux et Toulouse. 

En revanche, petite étrangeté : Winamax nous assure que l'opération était prévue pour durer dix jours. Or, les premières photos datent du 14 octobre. Dans le même temps, l'entreprise nous assure que la campagne a cessé grâce "à notre vigilance" le lundi 28 octobre, donc quatorze jours après.

La circulation de ces bus est tout à fait illégale- Mairie de Paris

La réponse de la ville de Paris

Contactée par LCI, la mairie de Paris nous assure que cette campagne publicitaire carbonée n'a fait l'objet d'aucune demande d'autorisation de circulation et que, dans tous les cas, une telle demande n'aurait jamais été accordée. "La Ville est actuellement en train de se renseigner afin de voir quels instruments juridiques peuvent être mobilisés pour mettre fin à ce genre de comportement contraire au règlement de la publicité et des enseignes," nous assure-t-on. "La circulation de ces bus est tout à fait illégale", affirme-t-on encore.

Selon la municipalité, la campagne de publicité de Winamax ne pose pas seulement un problème juridique :"Elle est polluante car elle fait circuler inutilement des véhicules lourds." Future ville hôte des Jeux olympiques, l'hôtel de Ville considère également que le slogan diffusé - "Ma devise dans le foot c’est l’argent" - est "contraire aux valeurs du sport que l'on souhaite partager". 

Sur Twitter, Emmanuel Grégoire, premier adjoint en charge du Budget annonce le 29 octobre que la mairie de Paris a l'intention de déposer une plainte pour "violation du règlement local de publicité". De son côté, Christophe Najdovski, adjoint aux Transports et à la Gestion de l'espace public, se dit n'être "pas du tout amusé par (cette) campagne publicitaire polluante irresponsable."

D'après la mairie de Paris, la circulation de ces autocars publicitaires Winamax serait contraire au Règlement local de la publicité, des enseignes et de préenseignes. L'article P.5.1 dispose que "la publicité apposée sur les véhicules terrestres équipés ou utilisés à des fins essentiellement publicitaires est interdite." Egalement, "la surface totale de la publicité ne peut excéder une surface de 16 m² pour les véhicules de transport public" et "le recouvrement des vitres des véhicules par un film adhésif est interdit." 

Les autocars étaient-ils vides ?

Winamax nous renvoie vers Alternacom* Régie publicitaire, l'entreprise qui a assuré cette campagne. Cette dernière explique à LCI qu'il s'agit d' "un malentendu qui sera vite dissipé, c'est une non-affaire". La régie nous l'assure, "il s'agit uniquement d'autocars destinés au transport de touristes en visite à Paris d'un site à un autre." Alors pourquoi ces images de bus entièrement vides ? Selon l'entreprise, ils peuvent être vides lorsqu'ils rallient deux endroits ou dans l'attente de leurs passagers. 

Malgré les photographies partagées sur les réseaux sociaux, Alternacom Régie publicitaire nie donc les accusations de tours en ville effectués en boucle et sans aucun passager à bord. Concernant le modèle des bus et contrairement à ce que soutient Winamax à LCI, Alternacom nous assure que rien ne prévoyait qu'ils soient électriques, mais qu'il s'agissait d'autocars de "dernières génération" et "peu polluants". 

Des précédents

Winamax s'est déjà fait remarquer récemment pour des affichages publicitaires sauvages. Le 23 octobre, des Parisiens vigilants avaient directement interpellé la municipalité via Twitter. 

D'après nos informations, ce sont en tout deux constats de recouvrement d’affiches qui ont été effectuées par les agents de la Direction de la prévention, de la sécurité et de la protection à l’encontre de Winamax. La première dans la rue des Boulangers (5e arrondissement) et la seconde au 37 Boulevard de la Chapelle (18e arrondissement). Quant à cette troisième affiche aperçue rue Papillon (9e arrondissement), elle a été décollée depuis, assure la mairie, qui nous dit "condamner ce genre de pratiques anti-écologiques." 

*Il existe deux entreprises homonymes Alternacom : la régie publicitaire mentionnée dans cet article, ainsi qu'une agence de communication événementielle qui n'a aucun lien avec la campagne Winamax. Nous avons donc remplacé les termes "société de communication" par "régie publicitaire" afin d'éviter toute confusion entre ces entreprises.  

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse alaloupe@tf1.fr 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter