Désastres écologiques : une perte économique de 44 milliards de dollars au 1er semestre

Planète

CHIFFRES - Les désastres écologiques -catastrophes naturelles ou accidents industriels- ont engendré 44 milliards de dollars de pertes économiques au premier semestre 2019. Au moins 4 milliards de ces pertes sont à imputer aux désastres provoqués par l'Homme.

Les désastres écologiques causés par l'Homme ne sont pas seulement mauvais pour la planète mais aussi pour lui-même... et pour l'économie mondiale. Rien que sur les six derniers mois, les catastrophes naturelles ont ainsi généré des pertes économiques 44 milliards de dollars - soit 39,7 milliards d'euros. 

Selon l'étude du Swiss Re Institute, 4 milliards de ces pertes correspondent aux désastres engendrés par l'activité humaine, tels que les accidents industriels, marées noires, explosions d'oléoduc et incendies dans les mines. Dernier en date : l'accident nucléaire en Russie, le 8 août, dû à l'explosion d'un missile expérimental.

Un peu moins que les années précédentes

Les catastrophes naturelles ont donc représenté l'essentiel des pertes au premier semestre 2019, soit 40 milliards de dollars. Un chiffre cohérent puisque l'ONG Christian Aid estimait que les dix événements les plus dramatiques liés au changement climatique avaient coûté jusqu'à 93 milliards de dollars en 2018. Ces événements - tornades, séismes ou inondations - ne sont pas directement imputables à l'Homme. Mais les experts rappellent que le réchauffement planétaire dû à l'augmentation de CO2 rejeté par l'activité humaine est susceptible de provoquer de plus en plus de catastrophes naturelles.

Seule bonne nouvelle, les 44 milliards de dollars de pertes économiques répertoriés au premier semestre 2019 sont bien en deçà des coûts enregistrés les années précédentes. En moyenne sur cette même période, les catastrophes naturelles ont coûté 109 milliards de dollars ces dix dernières années. Rien que sur le premier semestre de l'an dernier, 51 milliards de dollars de pertes avaient été constatées.

Lire aussi

5 000 morts ou disparus à déplorer ces six derniers mois

Ces désastres écologiques, naturels ou provoqués par l'industrie humaine, ont causé la disparition de 5.000 personnes ces six derniers mois. A l'inverse des pertes économiques, en baisse, le nombre de victimes humaines a augmenté en 2019. Swiss Re, qui procède à ces estimations depuis plus de 50 ans, faisait état de 3.900 morts ou disparus au premier semestre 2018 et de plus de 13.500 personnes sur l'ensemble de l'année dernière.

En vidéo

Catastrophes naturelles : des indemnisations compliquées

Selon le rapport du réassureur, l'essentiel des pertes humaines est dû aux orages et inondations ayant sévi dans différentes parties du globe. Le cyclone Idai, responsable de gros dommages au Mozambique, au Malawi, au Zimbabwe et à Madagascar, a été la catastrophe naturelle la plus meurtrière de la période avec plus de 1.000 victimes.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter