ÉCOLOGIE, LE LIVE - Mont-Blanc : situation "en légère amélioration" au glacier italien du Planpincieux

ÉCOLOGIE, LE LIVE - Mont-Blanc : situation "en légère amélioration" au glacier italien du Planpincieux
Planète

ENVIRONNEMENT - Incontournable, urgente : la question environnementale devient fondamentale, sinon dans les décisions politiques, au moins dans les discours. Etudes, polémiques, manifestations... Retrouvez ici toutes les informations sur cet enjeu majeur.

Live

UNE FONTE QUI INQUIÈTE


La situation du glacier de Planpincieux, dont un gros bloc menace de s'effondrer sur une zone habitée du versant italien du massif du Mont Blanc, était "en légère amélioration" samedi matin, a déclaré à l'AFP le maire de Courmayeur, dans cette région du Nord-Ouest de l'Italie, frontalière des Alpes françaises.


"Nous sommes dans une phase de légère amélioration, la situation est un peu meilleure", a assuré à l'AFP Stefano Miserocchi. "Nous ne sommes cependant pas encore de retour à la situation d'avant la fermeture. C'est un peu positif, mais ce n'est pas un retour à la normale".


"Les mesures d'urgence restent les mêmes: évacuation des habitants, et fermeture de la route du Val Ferret", a souligné l'édile.


>> Pour savoir de quoi il s'agit, c'est par ici

SÉCHERESSE

Faute de pluie, le niveau du Doubs baisse constamment depuis plusieurs mois.

Sécheresse : opération de sauvetage des poissons menacés dans le Doubs

INSECTICIDES

Le retour des néonicotinoïdes, autorisé par le gouvernement hier en soutien à la filière de la betterave sucrière, a mis en colère le secrétaire national d'EELV Julien Bayou : "Tous écologistes, c'était il n'y a pas deux semaines. Depuis, le gouvernement tergiverse sur l'arrêt de la cruelle chasse à la glu", a critiqué l'écologiste dans un tweet, en référence à la tribune du Premier ministre censée convaincre de son engagement environnemental.


Le patron du parti écologiste, qui a remporté plusieurs grandes villes aux élections municipales, a également regretté la réception d'une délégation de chasseurs par Matignon ce vendredi, alors que la France est exhortée de mettre fin à la chasse à la glu, utilisée pour capturer des oiseaux. Enfin, il a également fustigé le retour, même sous de "strictes conditions", des "pesticides tueurs d'abeilles".

CONFINEMENT SANS EFFET

La chute sans précédent des émissions de gaz à effet de serre observée pendant les confinements ne servira à "rien" pour ralentir le réchauffement climatique, selon une étude parue dans Nature Climate Change. Les chercheurs ont en effet calculé la façon dont 10 gaz à effet de serre différents avaient été affectés dans 120 pays entre février et juin. Le CO2 ou les oxydes d'azote ont par exemple diminué entre 10 et 30%. Mais ces "changements majeurs de comportements" sont temporaires. Et même si les restrictions de voyages, en particulier aériens, et la distanciation physique se poursuivent jusqu'à fin 2021, cela permettrait seulement d'économiser 0,01°C de réchauffement d'ici 2030, estiment les chercheurs.


Pour les auteurs, cela montre les "limites des changements comportementaux". Piers Forster, co-auteur de l'étude et directeur du Centre international pour le climat Priestley à l'université britannique de Leeds conclut : "Sans un changement structurel, nous n'y arriverons pas."

VENEZUELA

Des nappes de pétrole touchent depuis dimanche la mangrove et les plages d'une réserve naturelle marine du Venezuela, riche en faune et en flore. Véritable "nurserie", où pondent de nombreux animaux sauvages, la mangrove est envahie par des hydcrocarbures aux origines encore inconnues.


Pétrole ou mazout, les associations environnementales l'ignorent, le PDVSA, la compagnie pétrolière publique, ne jouant pas la transparence en la matière, pas plus que le ministère du Pétrole, ne donnant pas suite aux questions qui leur était posées.


Pour la députée d'opposition Maria Gabriela Hernandez, l'écoulement provient de la raffinerie d'El Palito, à une soixantaine de kilomètres du parc national de Morrocoy, en raison du "manque d'entretien" de l'usine, un problème récurrent dans l'infrastructure pétrolière vénézuélienne. Sans confirmer ni démentir cette hypothèse, le ministre de l'Ecosocialisme a reconnu la présence d'hydrocarbures dans le secteur et dépêché des équipes de nettoyage sur place.

MAÏS

Après la betterave sucrière, le maïs ? Les représentants de la filière aimeraient à leur tour bénéficier de la dérogation pour utiliser des pesticides à base de néonicotinoïdes. Face aux mouches, ses représentants expliquent être "dans une impasse totale", des "ravageurs" dont la "recrudescence aurait des conséquences dramatiques" sur la filière. Arguant que les alternatives aux insecticides "ne sont pas satisfaisantes", ils réclament donc que "la voie dérogatoire pour l'accès aux solutions efficaces" soit également "ouverte pour la culture du maïs".

MAREE NOIRE A VENIR ?

Au large de l’île Maurice, un cargo échoué fait craindre une catastrophe environnementale

INSECTICIDES

Des semences de betterave enrobées d'insecticide pour pérenniser la filière sucrière française. C'est le plan que compte mettre en place, dès 2021, le gouvernement, dans le cadre d'un plan plus large permettant de déroger à l'interdiction de certains néonicotinoïdes, jusqu'en 2023.


Une décision prise pour lutter contre l'invasion de pucerons qui véhiculent une forme de jaunisse dont les représentants agricoles ont calculé qu'elle diminuerait de "600.000 à 800.000 tonnes" la quantité de sucre à l'automne prochain


Si le gouvernement a demandé des "conditions strictes" et que la FNSEA et les Jeunes agriculteurs se sont engagés à ce que "toutes les précautions soient prises", ce n'est pas suffisant aux yeux des associations écologistes. "On recule", déplore François Veillerette de Générations futures, tandis que l'Union national des apiculteurs fustige "un retour en arrière", puisque le retour des néonicotinoïdes charrie avec lui de lourds risques pour les insectes pollinisateurs.


Greenpeace parle de son côté de "premier échec" pour la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili, tandis que le ministère de l'Agriculture a justifié cette action pour préserver le secteur et annoncé que cinq millions d'euros seraient consacrés, dès 2021, à la recherche d'"alternatives véritablement efficaces" aux néonicotinoïdes et à l'indemnisation des agriculteurs touchés.

MONT-BLANC


Tous les jours, ce glacier perd du volume, inexorablement...

Mont-Blanc : un fragment de glacier menace de se détacher, 70 personnes évacuées

ILOTS DE CHALEUR

Comment faire en sorte que les villes s'éloignent de l'îlot de chaleur qu'elles deviennent quand les températures grimpent ? Interrogés par l'AFP de nombreux experts ont proposé des solutions. 


Les causes de cette concentration de chaleur sont connues : l'artificialisation des sols, la bétonisation sont des facteurs de conservation et de restitution de la chaleur, augmentant de quelques degrés la température normalement observée.


Trois solutions existent pour combattre cette concentration. La végétation, les points d'eau et les matériaux, à travailler de façon combinée. La végétalisation permet de créer de l'ombre, et de rafraichir l'atmosphère en restituant l'eau puisée dans le sol. 


Mais à elle seule, elle n'y suffit pas : face aux réseaux sous-terrains qui sont multipliés et au bitume omniprésent, planter des arbres en masse relève de la gageure. Il conviendrait alors d'installer des plantes grimpantes pour favoriser la création d'une "canopée" pour végétaliser "sans casser le sol" ou en "posant en surface", assure une start-up à l'origine de cette idée. 


Mais là encore, ce serait insuffisant : pour rafraîchir la température de la ville, la chercheuse de Météo France Aude Lemonsu suggère de travailler, outre à la création d'espaces verts et de points d'eau, d'opter pour des matériaux de construction plus clairs afin de réfléchir la chaleur, plus poreux pour absorber l'eau dans l'atmosphère.


"Un arbre est comme un petit climatiseur, si vous l'installez sur une place, l'effet sur la température va être faible, et dilué, parce qu'il est à l'air libre", poursuit Julien Cravéro.


Il convient également de veiller aux arbres à planter : éviter par exemple les marronniers, gros consommateurs d'eau, qui pourraient être en danger ces prochaines années devant la multiplication des sécheresses. 


Enfin, la question de la climatisation est également à relever. Idéale en terme de confort, elle a le défaut de rejeter de la chaleur à l'extérieur des immeubles qui l'utilisent. Mais difficile de s'en passer quand l'air devient à ce point suffocant, y compris dans les espaces de travail.

ENVIRONNEMENT ET COVID

L'agriculture intensive favorise les risques de pandémie, annonce ne étude publiée mercredi 5 août dans la revue Nature. En effet, l'agriculture intensive a pour effet de rapprocher les humains des animaux sauvages, porteurs de maladies, comme l'illustre la pandémie de covid-19, qui a contaminé près de 18 millions de personnes.


L'équipe autrice de l'étude, du University College de Londres (UCL), a passé en revue 6.800 écosystèmes sur toute la planète pour arriver à cette conclusion. Elle a découvert que "les animaux qui persistent dans les environnements dominés par l'Homme (chauve-souris, rongeurs, oiseaux) sont ceux qui sont le plus susceptibles d'être porteurs de maladies infectieuses qui peuvent rendre les gens malades", présente le chercheur Rory Gibb.


Des résultats qui les amènent à plaider pour un changement dans la façon dont l'humanité exploite les terres, un tiers d'entre elles et 3/4 de l'eau douce étant utilisés pour l'agriculture.

CIRCULATION

La préfecture de Paris a annoncé que la circulation serait différenciée à partir du jeudi 6 août, en raison d'un épisode de pollution à l'ozone, favorisé par les pic de chaleur qui s'annonce à partir du même jour. Pour cette raison, au sein du territoire à l'intérieur de l'A86, "seuls les véhicules munis d'une vignette Crit'Air de classe 0, 1 et 2 pourront circuler", de 5h30 à 20h. 


Les vitesses seront réduites, de 130 à 110 sur l'autoroute, de 110 km à 90 sur les 4 voies et à 70 km/h. Des contrôles auront lieu, même si la préfecture assure qu'ils seront soumis à un certain discernement, au regard des retours ou départs en vacances, et alors que Bison futé prévoit un week-end noir, par endroit.


Pour encourager à prendre les transports en commun, la région a mis en place un tarif unique de 3,80 euros en illimité.

CHARBON


La capacité mondiale de production d'électricité par les centrales à charbon a reculé au premier semestre 2020, une première depuis que cet indice est mesuré, a annoncé mardi 4 août le site britannique Carbon Brief.

la première fois enregistrée, du fait de la pandémie et du renforcement des restrictions, selon une analyse du site britannique Carbon Brief.


Si de nouvelles centrales ont été mises en service pour un total de 18,3 gigawatts de capacité de production, la fermeture de sites a représenté 21,2 GW de pertes en la matière. La capacité mondiale perd ainsi 2,9 GW, à 2047 GW.


Ce recul est tout à fait significatif, dans la mesure où, depuis 2000 et jusqu'au 31 décembre 2019, cette production augmentait tous les six mois en moyenne de 25 GW. Le rapport sur lequel s'appuie le site d'analyse du changement climatique indique par ailleurs que cette baisse trouve son origine non seulement dans la pandémie, qui a vu décroître les besoins en électricité, mais aussi au renforcement des réglementations en matière de pollution.


Reste que cette amélioration pourrait être de courte durée. En effet, 189,8 GW de capacité de production sont encore en construction, et 331,9 sont à l'état de projet. 

TERRASSES CHAUFFEES

Barbara Pompili a confirmé, dans une interview au Courrier Picard, que l'interdiction des terrasses chauffées ne serait effective qu'à partir de l'hiver 2021. Derrière ce délai, la volonté de laisser le temps à l'industrie de la restauration de se remettre des conséquences économiques de la crise sanitaire et du confinement en leur permettant de servir en terrasse malgré les températures hivernales. "J’entends évidemment les difficultés des cafetiers et restaurateurs et c’est pourquoi cette mesure ne s’appliquera pas cet hiver mais l’année prochaine", a ainsi déclaré la ministre.

HAUSSE DES OCEANS

Selon un article publié par la revue Nature, jeudi 30 juillet, au rythme actuel auquel se réchauffe la planète, avec les conséquences pour la fonte des glaces et la hausse du niveau des océans, c'est entre 0,5 et 0,7% de la surface terrestre mondiale (davantage, donc, que la surface de la France), qui serait exposée aux inondations, d'ici 2100, dans le cas où aucune mesure de lutte contre l'érosion ou en faveur de la protection du territoire ne serait prise.


Un territoire qui abrite entre 2,5 et 4,1% de la population et menacerait entre 12 et 20% des richesses produites chaque année.

INCENDIE

Les flammes qui embrasaient Saint-Marcel-lès-Annonay ont été circonscrites, a-t-on appris dans la soirée.

Ardèche : 60 hectares de forêt détruits par un incendie

INCENDIE

Un incendie s'est déclaré en tout début d'après-midi, à Saint-Marcel-lès-Annonay, au nord de l'Ardèche. Selon nos informations, 65 hectares ont été parcourus par les flammes, mobilisant pas moins de 300 sapeurs pompiers, d'Ardèche et des départements voisins. Quatre Canadair ont été réquisitionnés, mais n'ont pu agir en raison de conditions météo défavorables. 


40 personnes ont été évacuées dans une salle polyvalente, à titre préventif. A l'heure où nous écrivons, le feu était toujours en cours, mais les autorités avaient bon espoir de circonscrire le feu, qui ne semble pas d'origine criminelle mais météorologique, le département, dans la soirée ou la nuit. 

AMAZONIE

Le nombre d'incendies touchant l'Amazonie brésilienne a augmenté de 28% au moins de juillet par rapport aux données précédentes de 2019, a révélé l'INPE, l'institut spatial national du Brésil. 6803 incendies ont ainsi été recensés cette année, contre 5318 en juillet 2019. 


Les chiffres de 2019 étaient pourtant particulièrement, puisqu'ils avaient conduit, au même moment, la communauté politique internationale, à faire pression sur un Jair Bolsonaro particulièrement réticent et au sommet de son climato-négationnisme, afin de préserver ce "poumon vert" de la planète, menacé par ces incendies de défrichage, censés débarrasser certaines terres de leurs arbres pour y favoriser l'exploitation minière, l'élevage et la culture des champs.


Le 30 juillet, ce sont plus de 1000 incendies qui ont ainsi été recensés par l'INPE, "un record depuis 15 ans", qui "montre que la stratégie du gouvernement de mener des opérations de divertissement médiatique ne fonctionne pas sur le terrain", a réagi Greenpeace Brésil.


En l'occurrence, le président d'extrême droite a mobilisé l'armée contre les incendies. Un geste qui reste insuffisant pour les associations écologistes, qui veulent une action contre les causes réelles des incendies.

ISAIAS MENACE LA FLORIDE


L'ouragan Isaias continuait samedi à  s'abattre sur l'archipel des Bahamas, où il devrait se renforcer avant de toucher en fin de journée la Floride, Etat américain qui compte déjà parmi les  plus affectés par la recrudescence de la pandémie de Covid-19 aux Etats-Unis. Isaias est passé dans la nuit de jeudi à vendredi du statut de tempête tropicale à celui d'ouragan de catégorie 1 (sur 5), avec des vents soufflant  jusqu'à 130 km/h, selon le Centre national des ouragans (NHC). Dans son dernier bulletin publié samedi à 8h (heure de Paris), le NHC a décrit le phénomène comme une tempête expansive, qui se déplace vers le nord-ouest à la  vitesse de 14 mph (22,5 km/h) et fouette pour le moment les Bahamas et l'archipel des Turques-et-Caïques.

TÉMOIGNAGE


Selon un rapport publié cette semaine, 212 défenseurs de l'environnement on été tués à travers le monde en 2019, dont 43 rien qu'aux Philippines, un pays devenu extrêmement dangereux. Nous avons décidé d'interviewer Leon Dulce, un Philippin travaillant pour une ONG environnementale, pour qu'il nous raconte son quotidien.

212 défenseurs de l'environnement tués en 2019 : "La peur nous accompagne partout où nous allons"

PREMIÈRES RÉUNIONS SUR LES TRAVAUX DE LA CONVENTION CITOYENNE 


Des représentants de la Convention citoyenne sur le climat doivent rencontrer ce mercredi plusieurs membres du gouvernement pour préparer un projet de loi à l'automne. Ils s'entretiendront avec la ministre de l'Ecologie Barbara Pompili, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, la ministre du Travail Elisabeth Borne ainsi que des représentants d'organisations patronales et syndicales, avant d'échanger avec les représentants des collectivités territoriales en présence de Jacqueline Gourault, ministre de la Cohésion des territoires, puis des parlementaires en présence de Marc Fesneau, ministre délégué chargé des relations avec le Parlement.


"Nous sommes là pour défendre nos mesures, les suivre, mais pas pour co-rédiger un projet de loi", a expliqué à l'AFP Grégoire Fraty, au nom de l'association "les 150", qui regroupe 130 des 150 citoyens ayant pris part aux travaux de la Convention citoyenne. "Ce que nous portons, ce sont nos 149 propositions, c'est ça que nous défendons et rien d'autre", a-t-il ajouté, excluant de "valider ou d'invalider des mesures" prises par le gouvernement.

RÉDUCTION DES PESTICIDES


Une enveloppe de 30 millions d'euros a été débloquée et est "opérationnelle" pour aider les agriculteurs à s'équiper en matériels destinés à réduire l'usage de produits phytosanitaires et les nuisances pour les riverains, rapporte mercredi FranceAgriMer. Ce programme a "pour objectif d'aider les investissements permettant de réduire ou de substituer l'usage de produits phytosanitaires en vue de préserver l'environnement", souligne l'organisme dans un communiqué.

2019, UNE ANNÉE PARTICULIÈREMENT MEURTRIÈRE


Au moins 212 défenseurs de l'environnement luttant contre des projets miniers, agro-industriels ou la déforestation ont été tués en 2019, un nouveau record, selon le bilan annuel de Global Witness publié mercredi. La moitié de ces meurtres de leaders autochtones, de rangers chargés de protéger la nature ou de militants ordinaires, se sont produits dans seulement deux pays : la Colombie (64 victimes) et les Philippines (43), précise l'ONG britannique, qui dénonce l'impunité face à ces crimes.

PERPIGNAN-RUNGIS

Arrêté il y a un an avec l'aval du gouvernement, le Perpignan-Rungis, qui permettait de transporter les fruits et légumes depuis l'Espagne jusqu'au célèbre marché de gros, va-t-il être relancé ?. Une décision liée au coût d'exploitation de cette ligne, dénoncé par la SNCF, mais qui avait eu le désavantage de mettre sur la route 80 camions chaque jour. Face à cette situation "peu compréhensible", qui suscitait la mobilisation régulière de syndicalistes cheminots, Jean Castex a donc assuré le projet de relance du soutien de l'Etat avec, espère-t-il, "dans les prochains mois, des avancées significatives", tout en souhaitant "ne pas donner de fausses espérances".

FRET FERROVIAIRE

Jean Castex a annoncé plusieurs mesures pour diminuer le nombre de poids lourds sur les routes d'ici 2021, ce qui permettrait d'éviter d'émettre 425.000 tonnes de CO2, soit la consommation d'une ville de la taille et de l'activité d'Epinal (30.000 habitants).


Comment ? En stimulant le fret ferroviaire : "Nous avons la ferme intention de rouvrir et développer des autoroutes ferroviaires : Sète-Calais, Bayonne-Cherbourg. La célèbre ligne Perpignan-Rungis fera l'objet de travaux et d'études pour la faire redémarrer." Pour ce faire, une mesure d'incitation : 63 millions d'euros seront investis pour la gratuité des péages ferroviaires en 2020, avant que celui-ci ne devienne "semi-gratuit" par la suite.

LYON

La métropole lyonnaise accélère en vue de l'élargissement de sa zone à faible émission, où les véhicules les plus polluants (poids-lourds et véhicules utilitaires de transport de marchandises vignettes Crit'Air 4 et 5) seront interdits de circuler. Bruno Bernard, patron EELV de la collectivité territoriale, a indiqué que le calendrier serait dévoilé à l'automne.


Préexistante depuis le début de l'année 2020, cette disposition interdit l'accès de la quasi totalité de Lyon et des communes de Villeurbanne, Bron, Vénissieux et Caluire-et-Cuire aux poids lourds. Elle sera élargie au 1er janvier 2021 aux véhicules Crit'Air 3, mais Bruno Bernard souhaiterait l'étendre "aux véhicules particuliers".

ANNONCES

Qu'est-il sorti du cinquième conseil de défense écologique, le premier de la nouvelle ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili ? 


L'ex-membre d'EELV a annoncé que le gouvernement allait introduire, par décret, la performance énergétique parmi les critères de la "décence" d'un logement, et ce dès le 1er janvier. Cela passera concrètement par l'obligation faite aux propriétaires de logement consommant plus de 500 kW/h au m²/an de faire des travaux, sous peine d'interdiction de location ou de perception de loyer. Dans la même ordre d'idée, les logements neufs ne pourront plus, dès 2002, être équipés de chaudières au fuel et au charbon. 


Autre mesure, symbolique s'il en est, à appliquer au printemps 2021, l'interdiction des chauffages extérieurs sur l'espace public et les terrasses et l'obligation de ferme les portes pour les bâtiments chauffés ou climatisés ouverts au public. 


Par ailleurs, la France va finaliser deux projets, la création de "deux parcs naturels régionaux, au Mont Ventoux et dans la baie de Somme-Picardie maritime", ainsi "qu'une réserve naturelle nationale, la forêt de Robertsau, en Alsace".


Enfin, réponse à une autre demande formulée par la Convention citoyenne, les créations de centres commerciaux, qui favorisent l'artificialisation des sols, seront soumises à des moratoires.

CONSEIL DE DEFENSE

Les premières mesures proposées par la Convention citoyenne pour le climat devraient trouver leur première traduction, dont certaines pourront faire l'objet de décrets.  Elles auront principalement trait à "la lutte contre l'artificialisation des sols et la création de nouvelles aires protégées", a annonce l'Elysée dimanche 26 juillet.


Les tenants du 30 km/h dans les agglomérations, qui peut faire l'objet d'un décret, devront faire preuve d'un peu de patience, l'exécutif souhaitant que ces mesures soient concertées avec les collectivités. 

FORETS TROPICALES


Dans un tweet ce lundi matin, Emmanuel Macron se félicite de l'adoption d'une Charte qui crée l’Alliance pour la préservation des forêts tropicales. 

TRIBUNE

Dans une tribune publiée sur Ouest France, le Premier ministre s'est ouvert de ses visées écologistes. Et a défini "clairement" l'écologie comme une "priorité", citant notamment les "périls que sont le réchauffement climatique, la pollution de l'air et des mers, la disparition de certaines espèces". Jean Castex s'enorgueillit même que la France soit "à la pointe du combat mondial pour préserver la planète".


Appelant à ce que "chacun" se sente "responsable et impliqué dans cette grande affaire", Jean Castex appelle à "une écologie de proximité, de quartier et de terrain", "une écologie du dialogue et de l'apaisement", s'adressant aussi bien aux urbains qui doivent compter sur "de solides infrastructures" pour circuler à vélo comme en transports en commun, qu'aux "automobilistes" d'une France "périurbaine voire rurale" "trop souvent stigmatisés", pour qui "la voiture est encore une nécessité".


Enfin, le haut fonctionnaire continue de se prononcer en faveur d'une "écologie de la croissance", par opposition aux "tenants de l'écologie punitive et décroissante", à qui il attribue, en début de tribune, le retard de l'engagement de l'appareil d'Etat sur cette question.


Convaincu que la croissance peut être écologique, il promet aussi que l'action de la Convention citoyenne pour le climat "sera prolongée par des mesures concrètes et ambitieuses".

REMANIEMENT

Médiatique secrétaire d'Etat auprès du ministère de la Transition écologique, Brune Poirson quitte son poste, tout comme ses collègues Jean-Baptiste Djebbari et Emmanuelle Wargon, promus ministres délégués. A leur place, non plus trois mais une secrétaire d'Etat : Bérangère Abba, en charge de la Biodiversité.

RÉCHAUFFEMENT


Dans les Ecrins, encore un signe du réchauffement climatique. 

Réchauffement climatique : le glacier blanc des Écrins recule d'année en année

OURAGAN


Dans la journée de samedi Hanna a atteint le Texas (Etats-Unis), déjà sous pression à cause de la pandémie de coronavirus. Il s'agit du premier ouragan de l'année 2020 sur la côte Atlantique. 


Selon les météorologues, "Hanna devrait produire de fortes pluies dans certaines parties du sud du Texas et du nord-est du Mexique. Ces pluies entraîneront des crues soudaines qui représentent un danger mortel". 

Pour l'instant les dégâts sont très limités et aucune victime n'est à dénombrer. 


Le Président américain Donald Trump a affirmé suivre avec attention le phénomène météorologique. Il s'est aussi adressé aux Texans : "écoutez les services d'urgence (...) pour protéger vos familles et vos biens". 

SÉCHERESSE


De plus en plus de restrictions d'eau. 53 départements concernés. Regardez notre reportage. 

Sécheresse : de plus en plus de restrictions d'eau dans 53 départements

L'ARCTIQUE SE RÉCHAUFFE DEUX FOIS PLUS VITE QUE LE RESTE DU MONDE

 

Le pic de chaleur de samedi, qui devrait durer jusqu'à lundi, est très au-dessus des normales saisonnières: les températures habituelles en juillet, mois le plus chaud dans l'Arctique, sont  de l'ordre de 5 à 8 degrés au Svalbard.


Selon les scientifiques, l'Arctique se réchauffe deux fois plus vite que l'ensemble de la planète. L'été 2020 dans la région est marqué par des épisodes quasi caniculaires dans la partie russe de l'Arctique: des températures 5°C  au-dessus de la normale depuis janvier en Sibérie et un pic à 38°C début  juillet au-delà du cercle arctique.

RECORD DE CHALEUR DANS L'ARCTIQUE NORVÉGIEN


Le Svalbard, archipel norvégien dans  l'Arctique, a enregistré samedi des températures au-delà des 20 degrés, les plus chaudes jamais enregistrées depuis plus de quarante ans et quasi égales au  record absolu, selon l'institut météorologique norvégien.Le groupe d'îles, parfois plus connu sous le nom de Spitzberg, est situé à  un millier de kilomètres du Pôle nord.


Avec une pointe à 21,2 degrés samedi après-midi, l'archipel a connu son deuxième jour le plus chaud depuis le début des relevés météorologiques. Le seul précédent connu est le 16 juillet 1979, lorsque le mercure avait atteint  21,3 degrés, a précisé à l'AFP le météorologue de permanence à l'institut,  Kristen Gislefoss.

SÉCHERESSE : 53 DÉPARTEMENTS EN ALERTE


Voici la carte des départements sujets à des restrictions de prélèvement d'eau en raison de l'alerte sécheresse selon le site propluvia. En jaune, les zones de réduction de prélèvement à des fins agricoles, en orange, l'alerte renforcée, et en rouge, la situation de crise qui impose l'arrêt des prélèvement non prioritaires.

DRAME

Fluker, une baleine amputée de sa queue à cause de l'homme, à "l'agonie" en Méditerranée

AMAZONIE


Les feux de forêt enregistrés depuis le début de l'année au Pantanal, situé au sud de l'Amazonie brésilienne, ont presque triplé par rapport à 2019, selon les données satellitaires de l'INPE disponibles jeudi. Une hausse qui s'élève à 192 % en comparaison de la même période l'an dernier.


Les satellites de l'Institut national des recherches spatiales ont repéré 3.506 foyers du 1er janvier au 22 juillet, un record pour cette période de l'année depuis que les statistiques ont commencé à être établies en 1998. 

RELANCE CHINOISE


Le charbon n'a pas sa place dans la relance économique post-Covid, a plaidé jeudi Antonio Guterres dans un message adressé à la Chine, où les centrales à charbon semblent connaître une nouvelle jeunesse. 


"Il n'y a pas de charbon propre et le charbon n'a pas sa place dans des plans de relance rationnels", a lancé le secrétaire général de l'ONU, dans un discours lu à distance devant la prestigieuse université Tsinghua à Pékin. "Nous devons cesser de gaspiller de l'argent avec les subventions aux énergies fossiles et au financement du charbon", a-t-il martelé.

FUITE PÉTROLIÈRE


Après la fuite d'un agent chimique la nuit dernière au sein de l'usine Lavéra du groupe Kem One, une nappe acide de plusieurs hectares s'est formée ce jeudi en Mer Méditerranée, au large de Martigues. Kem One indique qu'un "épandage accidentel de cette fuite vers le réseau d’égout pluvial s'est produit", entraînant ainsi un "rejet liquide vers l'anse d'Auguette". Le produit chimique très corrosif s'est ensuite transformé en solution acide marron au contact de l'eau de mer. 


Dix sapeurs-pompiers et quarante marins-pompiers de Marseille ont été dépêchés sur le site de Lavéra, l'une des plus grosses structures industrielles en Europe. 

VILLE VERTE


La maire de Paris a promis ce jeudi que son mandat sera celui de la "végétalisation", confirmant la création de plusieurs "forêts urbaines" dans la capitale. A quoi faut-il s'attendre ?

A quoi ressembleront les "forêts urbaines" annoncées par Anne Hidalgo à Paris ?

MIX ÉNERGÉTIQUE


La France devra choisir quelle direction emprunter sur le plan énergétique après 2035, entre maintien "d'une bonne part de nucléaire" et passage à 100 % de renouvelable, a estimé jeudi la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili, sur France Inter. 


"Nous avons pris un engagement, c'est de baisser la part du nucléaire à 50 % d'ici 2035 et ensuite (il faudra faire un) choix après 2035, soit on continue d'avoir une bonne part de nucléaire, soit on baisse le nucléaire pour arriver à 100 % renouvelable en 2050", a indiqué la ministre. Interrogée sur ses positions antinucléaires, Barbara Pompili a souligné qu'elle n'avait "pas changé d'opinion sur le sujet" et a vivement critiqué l'EPR de Flammanville, le qualifiant de "gabegie".

EXTINCTION


Des chercheurs se sont penchés sur la plus grande menace qui pèse sur les ours blancs : la disparition progressive de la banquise. Sans elle, l'espèce est menacée d'extinction d'ici à la fin du siècle.

APPLE


Apple s'est engagé à être neutre en carbone d'ici 2030 sur l'ensemble de ses activités, y compris pour sa chaîne d'approvisionnement. Déjà neutre en carbone pour ses activités commerciales, le groupe affirme dans un communiqué que cette décision signifie que tous ses appareils vendus n'auront à cette échéance plus aucun impact sur le climat.


Dans le cadre d'une mise à jour de sa politique environnementale, Apple explique qu'il prévoit de réduire les émissions de 75 % d'ici 2030 tout en développant des "solutions innovantes d'élimination du carbone" pour les 25 % restants de son empreinte totale.

CONVENTION CLIMAT


14 citoyens de la Convention pour le climat ont été reçus ce lundi à Matignon par Jean Castex. Un Premier ministre qui s'est montré "fidèle à sa réputation de vouloir rentrer vite dans l’exécution, c’est plutôt un bon signal", a estimé Cyril Dion, l'un des garants de la Convention, à l'issue de la réunion. Les 146 des 149 mesures proposées par la Convention qui ont été retenues par Emmanuel Macron doivent maintenant se traduire par décret, par la loi, ou bien soumises à l'avis du peuple par référendum, comme c'est le cas de la révision de la Constitution. 

EXTINCTION


Si rien n'est fait, le réchauffement climatique pourrait signer d'ici la fin du siècle la quasi extinction des ours polaires, incapables de se nourrir en l'absence de banquise, selon une étude publiée dans Nature Climate Change.


Si les émissions de gaz à effet de serre continuent au même rythme qu'aujourd'hui, "la chute de la reproduction et de la survie va mettre en danger la persistance de presque toutes les sous-populations d'ici 2100", selon les chercheurs, qui notent que même dans un scénario plus favorable, l'extinction de cette espèce emblématique de l'Arctique ne serait que repoussée.

PLAN VERT


"Faire de l'économie française la plus décarbonée d'Europe". Lors de sa déclaration de politique générale, Jean Castex a égrainé une batterie de mesures d'un plan de relance "accélérateur puissant de la  transition écologique". Voici les principales annonces.

Plan vélo, rénovation thermique, moratoire sur les centres commerciaux... Jean Castex promet 20 milliards d'euros pour l'environnement

RÉACTIONS


S'agissant de la rénovation thermique des bâtiments, la Fondation Abbé Pierre a réagi sur Twitter, indiquant rester "attentive à la mise en œuvre effective de cette annonce alors qu’aujourd’hui 12 millions de personnes souffrent de #PrécaritéEnergétique dans notre pays". 

RÉACTIONS


Clément Sénéchal, porte parole de Greenpeace France, a réagi dans un communiqué aux annonces de Jean Castex portant sur la transition écologique : "Après l’intervention floue d’Emmanuel Macron hier, le nouveau Premier ministre a tenté de donner plus de précisions aujourd’hui sur cette “relance verte” indéfiniment ressassée. Piochant de nouvelles promesses parmi les 149 propositions de la Convention pour le climat, comme la régulation de la publicité sur les produits les plus polluants, il a en réalité renvoyé l’adoption sans filtre de l’ensemble des mesures à plus tard, en ouvrant une nouvelle période de concertations. Une manière de multiplier les entractes au lieu de passer aux actes."

Infos précédentes

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent