Empreinte carbone : peut-on vraiment "compenser" son vol, comme le proposent les aéroports de Paris ?

Empreinte carbone : peut-on vraiment "compenser" son vol, comme le proposent les aéroports de Paris ?
Planète

BONNE ACTION ? - Compenser les émissions de gaz effet de serre de son vol, de plus en plus de compagnies aériennes le proposent. Désormais, c'est au tour d'Aéroports de Paris. Le groupe propose désormais des bornes de dons à ses voyageurs désireux de soigner leur empreinte carbone. Mais ce système est-il vraiment viable ? Réponse.

Et si les choses étaient plus simples que l'on pouvait le penser ? Dans un communiqué paru en fin de semaine dernière, Aéroports de Paris (ADP) a annoncé que les passagers des aéroports d'Orly et de Charles-de-Gaulle pouvaient dès à présent compenser leurs émissions carbone en apportant une contribution financière à des projets écologiques et solidaires grâce à des bornes dédiées. Les appareils, installés au sein de plusieurs terminaux, acceptent les dons de 5 à 30 euros grâce au système sans contact de la carte bancaire.

Mais n'est-il pas un peu utopiste de penser effacer d'un coup d'éponge sa dette envers la planète d'un tapotement de carte bancaire ? Malgré les efforts affichés du secteur du transport aérien, celui-ci reste l'un des plus polluants au monde. Selon un document de l'Ademe datant de 2018, un kilomètre parcouru en avion est 45 fois plus polluant qu'un kilomètre parcouru en TGV. En 2018, l'aviation civile a ainsi été désignée responsable de 2,4% de toutes les émissions de gaz à effet de serre de la planète par l’International Council on Clean Transportation (ICCT), l’organisation indépendante à l’origine de la révélation du "dieselgate". Une contribution en progression de 32% en cinq ans.

Vers une neutralité carbone des aéroports de Paris d'ici 2030

Suivant un mouvement global dans le secteur, le groupe ADP s'est engagé il y a peu à atteindre la neutralité carbone d'ici 2030. "Nous souhaitons être un opérateur exemplaire et, sur notre périmètre de responsabilité, nous allons faire tout ce qui est nécessaire pour atteindre cet objectif", affirme à LCI Amélie Lummaux, directrice Développement durable et RSE du groupe. Ce dernier, qui affiche une réduction de ses émissions de CO2 de 61% entre 2009 et 2018, grâce notamment, à l'utilisation de la géothermie et de la biomasse pour son chauffage ou au verdissement de sa flotte de véhicules, compte donc poursuivre ses efforts dans la lutte contre le changement climatique, alors que les aéroports représentent 5% des émissions des gaz à effet de serre mondiales induites par le transport aérien, soit environ 46 millions de tonnes métriques de CO2 émises en 2018.

Inclure les passagers dans la démarche pour une action plus globale

Au-delà de cet objectif, et de ceux des compagnies aériennes, ADP souhaite donc, par le biais de ces bornes de don, proposer aux voyageurs de participer à leurs côtés à la réduction de l'empreinte carbone de l'aviation. "Nous pensons que celle-ci passe par une action collective de l’ensemble des personnes concernées. Ainsi, lorsque le passager fait un don via la borne, il compense en partie les émissions de son vol", développe Amélie Lummaux. Trois projets ont été choisis par le groupe en partenariat avec l'entreprise ClimateSeed - entreprise chargée de mettre en relation les porteurs de projet et les financeurs : la conservation de la forêt amazonienne au Pérou, le développement de biogaz au Sichuan en Chine et l'accessibilité à l'eau potable au Malawi.

Une compensation carbone, vraiment ?

Pour Claudine Foucherot, cheffe de projet Territoires à l'Institut for Climate Economics (I4CE), association fondée par la Caisse des Dépôts et l’Agence Française de Développement, il ne fait aucun doute que les projets retenus ont un réel intérêt environnemental. "Ils ont été certifiés par des standards reconnus, comme 'Verified Caron Standard' ou 'Gold Standard'. Cela apporte la preuve qu'ils permettent vraiment de réduire les émissions carbone. Ce système de compensation est calculé selon des méthodes précises établies par des scientifiques, puis vérifié sur le terrain par des auditeurs indépendants", affirme-t-elle.

En revanche, si faire un don de 30 euros peut effectivement permettre de compenser un vol en court-courrier, cela risque d'être difficile pour un long-courrier. "Cela dépend en fait du prix de la tonne de CO2 établi par le porteur de projet, qui estime que pour mener à bien ce dernier et qu'il soit rentable, il ne peut pas descendre en dessous de X euro la tonne. Si la tonne de CO2 n'est évaluée qu'à quelques centimes, il est alors tout à fait faisable de compenser un Paris-New York avec 30 euros, mais cela pose des questions sur la valeur du projet", souligne-t-elle. "Un projet de reforestation va coûter beaucoup plus cher qu’un projet de changement de pratique dans le secteur agricole par exemple."

Lire aussi

Nous ne pourrons pas compenser indéfiniment nos émissions carbone- Claudine Foucherot, cheffe de projet Territoires à l'I4CE

Selon la cheffe de projet de l'I4CE, le plus problématique est surtout le fait que ce genre de démarche puisse nous amener, nous, passagers, à nous décharger de toute culpabilité en prenant l'avion. "Nous ne pourrons pas compenser indéfiniment nos émissions carbone et ainsi atteindre la neutralité. Les puits de carbone sont tout de même assez limités", fait-elle remarquer. "La compensation carbone, c’est ce qu’on fait en dernier recours, quand on a fait tout ce qu’il fallait pour réduire au maximum son empreinte." Eviter de prendre l'avion, lorsque cela est possible, reste donc encore la meilleure solution.

Si financer des projets labellisés n'en reste pas moins une action louable, agir au quotidien représente également une bonne alternative, moins coûteuse. Favoriser la marche ou les transports en commun et consommer moins de viande, par exemple, sont des actions relativement faciles à mettre en oeuvre pour réduire son empreinte carbone. Plusieurs sites internet, comme Good Planet ou Geres, permettent de l'estimer pour ensuite agir en conséquence.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent