Une pénurie d'eau "extrêmement élevée" touche près d'un quart de la population mondiale

Planète

URGENCE - Près d'un quart de la population mondiale, vivant dans 17 pays, est en situation de pénurie hydrique grave, proche du "jour zéro" lors duquel plus aucune eau ne sortira du robinet, selon un rapport rendu public mardi 6 août.

Les réservoirs de Chennai, la sixième plus grande ville de l’Inde, sont presque à sec. L'année dernière, les habitants du Cap, en Afrique du Sud, ont évité de peu le "jour zéro" lors duquel l’eau ne sort plus des robinets. Et l'année précédente, Rome rationnait l'eau afin de préserver les ressources rares.

Près d’un quart de la population mondiale, vivant dans 17 pays est confrontée à une situation de pénurie d’eau "extrêmement élevée", selon un rapport de l'institut World resources (WRI) publié mardi 6 août.

"La pénurie en eau est la plus grande crise, celle dont personne ne parle", estime ainsi Andrew Steer, PDG de l'institut. Le rapport indique que les prélèvements hydraulique dans le monde ont plus que doublé depuis les années 1960 en raison d'une demande croissante qui ne montre aucun signe de ralentissement. 

Les pays les plus concernés se situent au Moyen-Orient et en Afrique du Nord avec en tête d’affiche le Qatar, Israël, le Liban ou encore l'Iran. Des pays qui pourraient être impactés économiquement par la rareté de l’eau, selon la Banque mondiale, qui anticipe une perte de l'ordre de 6 à 14% du PIB de la région d’ici 2050.

Par ailleurs, l'Inde "souffre de la pire crise de l'eau de son histoire et des millions de vies et de moyens de subsistance sont menacés", s'alarme ainsi l'Institut national pour la transformation de l'Inde (NITI Aayog). La population du pays, particulièrement nombreuse, demande énormément de ressources. Les eaux en surfaces mais également les eaux souterraines seraient gravement surexploitées.

Lire aussi

Selon un tableau provenant également de l’institut, la France est 59e dans le classement des pays les plus touchés par une pénurie hydraulique. Le pays se situe dans la catégorie à risque "moyen-élevé". Mais le rapport souligne que même si certains Etats semblent moins concernés que d'autres, il peut exister des zones de pénurie extrême en leur sein.

En prenant des mesures dès maintenant (...) nous pouvons résoudre les problèmes liés à l'eau- Institut World resources

Selon l'institut, "comme pour tout défi, les perspectives de la pénurie d'eau dépendent de la direction" stratégique opérée par chaque Etat.  Elle souligne que certains pays ont commencé à sécuriser leurs ressources hydrauliques grâce à une gestion appropriée.

Ainsi, l'Arabie saoudite facture l'eau pour inciter à la conservation. La Namibie, l’un des pays les plus arides du monde, transforme les eaux usées en eau potable depuis 50 ans. Et l’Australie a presque réduit de moitié l’utilisation de son eau domestique pour éviter le fameux "jour zéro".

"Les données sont claires : il existe des tendances indéniablement inquiétantes dans le domaine de l’eau. Mais en prenant des mesures dès maintenant et en investissant dans une meilleure gestion, nous pouvons résoudre les problèmes liés à l’eau pour le bien des personnes, des économies et de la planète", conclut le rapport.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter