La chasse à la glu pour les grives et les merles interdite cette année

Emmanuel Macron a décidé de suspendre la chasse à la glu, interdite par l'Europe. Une activité qui subsistait avec environ 7 000 chasseurs dans cinq départements du Sud-Est du pays.
Planète

ENVIRONNEMENT - Certaines espèces ne pourront être chassées à la glu cette année. Le président de la République a décidé d'interdire cette pratique controversée sur laquelle écologistes et chasseurs s'opposent.

Emmanuel Macron a décidé d'interdire cette année la chasse à la glu pour les grives et les merles, a annoncé jeudi 27 août l'Elysée, dans l'attente d'une réponse de la Cour de justice de l'Union européenne sur cette méthode de chasse controversée. 42.000 individus de ces deux espèces étaient autorisés à la chasse jusqu'à présent.

Le chef de l'Etat avait pris cette décision la veille, après avoir reçu le président de la Fédération nationale des chasseurs Willy Schraen, en présence de la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili, a précisé la présidence.

Cette méthode de chasse, qui consiste à piéger les oiseaux sur les branches en enduisant ces dernières de glu, est au cœur du débat public sur la défense du bien-être animal depuis plusieurs années. Contre l'avis des lobbys de la chasse, qui défendent un savoir-faire traditionnel, les élus et militants écologistes réclament son interdiction depuis plusieurs années.

Lire aussi

La France menacée par la cour de justice européenne

Après différentes tentatives d'interdictions au cours du quinquennat Hollande, la présidence Macron avait vu baisser les quotas autorisés pour les chasses traditionnelles, dont la chasse à la glu. Contestés par les associations de défense des chasseurs, ces quotas ont été relevés par endroit, notamment pour les oies cendrées, en 2019. Un retournement où les défenseurs des oiseaux, au premier rang desquels on trouve la LPO, peuvent compter sur la Commission européenne.

En juillet 2019, Bruxelles avait fustigé "la pression de l'agriculture et de la chasse" qui adoucissait les ambitions françaises en matière de préservation de la biodiversité. "La France autorise des pratiques de chasse non sélectives, comme la chasse à la glu et au filet, qui ne sont pas conformes aux exigences" de la directive "Oiseaux" sur la conservation des oiseaux sauvages et de leurs habitats, regrettait encore l'institution supranationale.

Un an plus tard, alors que la justice administrative française se tournait vers la cour européenne (qui avait condamné Malte en 2018 pour les mêmes pratiques), le gouvernement réaffirmait son voeu de faire baisser les quotas d'oiseaux chassés à la glu, entraînant une levée de boucliers de la part des organisations de défense de la chasse. Le 2 juillet, la Commission européenne avait une nouvelle fois demandé à la France de mettre fin "à la chasse illégale et de réexaminer ses méthodes de capture d'oiseaux", pointant du doigt notamment la chasse à la glu, pour les grives, et aux filets, pour les alouettes.

Du côté des intéressés, c'est l'incompréhension qui domine. "Depuis mon grand-père, mon père, on a nous a toujours appris à faire ça. c'est une tradition qui est beaucoup aimée dans le sud-est, dans la région PACA. je ne vois pas pourquoi ils nous suppriment notre plaisir", souligne Luc Baroni, chasseur du côté de Brignoles, dans le 13H de TF1, comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessus. "L'oiseau ne meurt pas. On le nettoie bien, et il repart de suite. Vous le relâchez et il s'envole, donc ce n'est pas meurtrier", renchérit son acolyte Lucien Fragomele.

Même son de cloche à la Maison de la chasse et de la nature du Var, où les 30.000 membres sont en colère. Pour eux, au-delà de la chasse à la glu, c'est l'ensemble de la filière qui est menacée. "On attaque la glu parce qu'on est vraiment minoritaire. Puis ensuite on ciblera une autre catégorie et petit à petit, par petits bouts, ce qu'on veut démolir c'est complètement la chasse", conclut Marc Meissel, le président de la Fédération régional des chasseurs.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent