Environnement : un voilier ramasseur de déchets pour lutter contre la pollution des océans

Planète

Toute L'info sur

LE WE 20H

PLANÈTE - Face à la prolifération du plastique dans les mers et océans, des solutions anti-pollutions marines sont en phase d'expérimentation. Retour sur l'une d'entre elles lancée par l'association The Sea Cleaners.

La pollution des mers est un enjeu qui mobilise toutes les équipes de chercheurs. Parmi les solutions trouvées les plus abouties : les navires qui vont aspirer les détritus flottants, les trier mais aussi les stocker. 

Yvan Bourgnon, navigateur français, a vu au fil de ses traversées la pollution grandissante des mers et des océans. Lors de son enfance, il fait un tour du monde avec ses parents qu'il réalisera de nouveau trente ans plus tard. Mais l'expérience est bien différente pour le navigateur qui constate - et dénonce - la prolifération des OFNIS (Objets flottants non identifiés), qui entravent la navigation et, surtout, menacent les écosystèmes. Yvan Bourgnon décide alors de fonder en 2015 l'association The Sea Cleaners et se lance dans la construction d'un grand catamaran de 70 mètres de long et constitué de quatre coques : le Manta. Son objectif ? Piéger les plastiques flottant à la surface des mers et des océans.

Un projet attendu pour 2023

Un prototype de voilier hybride qui, grâce au courant et à l'installation de tapis roulants, va faire monter les déchets plastiques à bord. Deux grues puissantes permettront également de retirer de l'eau les déchets les plus imposants. Le catamaran comprendra un centre de tri qui permettra de séparer les morceaux recyclables des morceaux trop abîmés pour être recyclés. Une fois ces déchets triés, ils seront compactés sous la forme de cubes qui seront stockés dans le voilier. Les déchets non recyclables permettront, par le biais d'un incinérateur présent sur le catamaran, de générer du carburant. Sa capacité de stockage, de 250 tonnes, équivaut à celle de huit camions poids lourds.

Le projet Manta est d'ailleurs annoncé comme étant autonome en énergie (panneaux solaires, voiles et éoliennes). L'association espère la mise en service du voilier - et donc des premières missions de collecte - pour l'année 2023. Une première étape pour Yvan Bourgnon qui souhaiterait en faire construire de nombreux autres. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter