Flacons, emballages... avec le coronavirus, le plastique revient en force

Flacons, emballages... avec le coronavirus, le plastique revient en force
Planète

PARADOXE ÉCOLOGIQUE - Alors qu'il allait être banni en 2021, le plastique non recyclable revient dans notre vie quotidienne. Les mesures sanitaires mises en place pour endiguer l'épidémie de coronavirus ont fait considérablement augmenter sa production.

Le plastique est de retour dans nos vies. A contre-courant de la bataille pour la transition écologique, les emballages resurgissent dans notre quotidien, et cela quelques mois après la disparition des pailles en plastique de nos verres et nos gobelets. La raison ? Les mesures d'hygiène liées à la pandémie de coronavirus. Les Français redoublent de prudence quant à l'emballage des produits achetés et consommés. Dans les supermarchés, les ventes des légumes et fruits "en vrac" ont chuté pour certains produits. Alors les commerçants privilégient la présence des emballages dans les étals, pour s'habituer aux nouvelles habitudes des consommateurs.

Et si les files d'attentes sont apparues devant les supermarchés, pour limiter le nombre de personnes à l'intérieur, nombreux sont ceux qui ne font plus leurs achats directement dans les rayons pour ne pas prendre de risques de contamination. Si le nombre d'emballages a augmenté, c'est surtout en raison de la hausse considérable de commandes auprès des "drive" et des livraisons, dont le circuit nécessite pour les produits frais, et cela même en temps normal, un emballage. Olivier Laigre, directeur commercial de Paccor spécialisée dans la produits des emballages rigides, explique qu'il y a eu une hausse de +160% des demandes dans les drive.

Lire aussi

Et il n'y a pas que pour les courses qu'il a fallu accroître la production de plastique. Pour répondre à la forte demande de gel hydroalcoolique, les sociétés de fabrication ont tenté d'adopter une approche plus écologique, dont certaines avec des emballages 100% recyclables. D'autres ont produit des masques, des blouses et des seringues pour le personnel hospitalier, mobilisé sans relâche depuis le début de la pandémie qui a tué au moins 27.425 morts en France depuis le 1er mars.

Toute l'info sur

Le 20h

Bonne nouvelle, toutefois : le nombre de livraisons de plats à domicile a chuté, entraînant la baisse du nombre d'emballages utilisés.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent