Huile de palme "responsable": le Nutella, pas si mauvais élève que ça, selon WWF

Huile de palme "responsable": le Nutella, pas si mauvais élève que ça, selon WWF
Planète

DÉFORESTATION - À la veille de l’ouverture du Forum économique mondial de Davos, l’ONG WWF publie ce lundi 20 janvier une évaluation des efforts fournis par 173 entreprises en matière d’approvisionnement en huile de palme responsable. L’entreprise Ferrero, productrice du Nutella, se hisse à la tête du classement.

"Les entreprises doivent aujourd’hui redoubler d’efforts pour garantir une huile de palme responsable et être en mesure d’atteindre les objectifs 'zéro déforestation' que la plupart d’entre elles se sont fixés pour 2020." Voilà ce que conclut WWF de son cinquième rapport publié lundi 20 janvier et évaluant les pratiques de 173 entreprises mondiales. Celles-ci "ne parviennent pas à soutenir la production durable d’huile de palme et à lutter contre la déforestation tropicale", regrette l’ONG de défense de l'environnement.

À partir d’un faisceau de critères, tels que la traçabilité de l’huile -du moulin jusqu’à son importation- ou la mise en place d’une politique en matière de lutte contre la déforestation, WWF a établi un classement de ces 173 marques, en fonction de leur responsabilité en matière d'huile de palme durable. Celle-ci bénéficie ainsi de la certification RSPO (Round Table for Sustainable Palm Oil) qui induit un engagement de transparence, le respect des lois en vigueur, ou encore le développement responsable de nouvelles plantations de végétaux.

Lire aussi

Le fait est qu’aucune de ces marques n’a obtenu la note maximale de 22. Seules 15 entreprises relèvent le niveau avec une notation globale supérieure ou égale à 17. À l’inverse, 30 marques sont jugées en retard et 41 n'ont pas répondu au vaste questionnaire de WWF. C’est Ferrero, producteur du Nutella, qui se hisse en tête du classement, avec un score de 21,5 sur 22, suivi des entreprises allemandes Edeka et Kaufland puis de L’Oréal et d’Ikea. 

Ferrero et sa politique zéro déforestation

Le groupe agro-alimentaire s'est ainsi distingué par les efforts fournis et a entrepris de redorer une image nettement écorchée par la polémique autour du Nutella en déployant une série d’initiatives plus respectueuses de l'environnement. La célèbre pâte à tartiner, composée à 20% d'huile de palme, est un produit controversé en raison de sa contribution à la déforestation. Lors de son passage au ministère de l'Ecologie en 2015, Ségolène Royal avait même proposé son boycott avant de faire machine arrière. La certification RSPO, elle, est régulièrement remise en cause, ne permettant pas de garantir réellement la protection des forêts, selon Jérôme Frignet, responsable Forêts chez Greenpeace France à L'Obs

Aujourd'hui, la marque assure viser l’ambition d’une traçabilité du Nutella à 100% d’ici la fin de l'année et affiche un objectif de zéro déforestation. "Nous pilotons un système de vérification par satellite (…) pour nous assurer que nos fournisseurs respectent nos engagements en matière de non-déforestation", avance l’entreprise qui explique que "cette technologie combinant radar de haute résolution et imagerie optique permet de réaliser une vérification précise des plantations qui (nous) approvisionnent et des forêts qui les entourent". 

En vidéo

Huile de palme : qu'est ce qui fait polémique ?

Malgré tout, WWF note dans son communiqué que, "compte tenu des défis auxquels notre planète est confrontée aujourd'hui, couplés à l'effet dévastateur que l'huile de palme non durable a eu, les entreprises doivent faire plus que simplement réduire leur propre risque de chaîne d'approvisionnement". L'ONG souhaite avant tout l'interdiction de l'huile de palme non responsable au niveau européen mais ne demande pas son boycott, qui n'est "pas nécessairement la solution".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent