Incendies en Amazonie : sur LCI, Nicolas Vanier renouvelle son appel à un référundum mondial sur l'environnement

Planète

Toute L'info sur

La forêt amazonienne touchée par des incendies ravageurs

ALERTE - Invité de la matinale de LCI, le réalisateur Nicolas Vanier s'est indigné de la situation catastrophique en Amazonie et appelé à une "révolution" plutôt qu'à des mesures modestes. L'explorateur a renouvelé son appel à un référendum mondial sur l'environnement.

L'Amazonie dévorée par les flammes : une situation "dramatique", a jugé Nicolas Vanier, invité de la matinale de LCI ce samedi 24 août. "C'est l'illustration des phénomènes d'emballement qui sont en train de se mettre en place dans un certain nombre de régions du Monde", a poursuivi l'auteur, réalisateur et explorateur, prenant pour exemple la fonte accélérée du permafrost dans le Grand Nord.

Voilà des années que Nicolas Vanier alerte sur la nécessité pour les citoyens de prendre leurs responsabilité sur le plan environnemental. Des années aussi "que les scientifiques amoureux de la nature viennent sur les plateaux et que rien ne bouge", s'est-il désolé. S'il s'est rapidement pris de passion pour la région du Grand Nord, cela ne l'empêche pas de connaitre la forêt amazonienne et les enjeux de sa protection. "Le président brésilien y est sans doute pour quelque chose mais ceux qui y sont pour quelque chose, c'est nous", a estimé Nicolas Vanier, en pointant du doigt la surconsommation de viande, de meubles au bois sans traçabilité, de papier notamment, "avec les conséquences que l'on connait sur la forêt". C'est près de "1 000 arbres qui disparaissent par minute en Amazonie", a précisé l'explorateur.  

Notre-Dame de Paris et Notre-Drame de l'Amazonie

L'auteur a également dressé une comparaison entre l'Amazonie et la cathédrale Notre-Dame de Paris, qui a brûlé le 15 avril dernier sous le regard ébahi du monde entier. "J'étais un peu choqué pour tout vous dire quand on voit Notre Dame et les centaines de millions qui sont promis dans les heures qui suivent". Puis a poursuivi : "Si la tour Eiffel tombe, ce sera un drame mais pas tant que ça parce qu’on peut la reconstruire (...) une espèce qui disparaît, il y en a 20 par jour, c’est pour toujours". Il n'est pas le seul à avoir établi ce genre de parallèle et mis le sujet de l'Amazonie sur la table, après l'incendie de la cathédrale. Le 22 mai dernier, l'archéologue Stéphen Rostain avait publié une tribune dans Le Monde, intitulée "Notre Drame de l'Amazonie". 

Pour conclusion, Nicolas Vanier a relancé l'idée d'organiser un "référendum mondial sur l'environnement", proposition qu'il formule depuis plusieurs années. "On a une responsabilité énorme."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter