Jour du dépassement européen : des disparités de taille entre pays riches et pauvres au sein de l'UE

Planète
DirectLCI
COUPERET - Le jour du dépassement européen marque le moment ou l'UE a consommé plus que ce que ne pouvait produire la terre en terme de ressources naturelles. Un constat marqué par des disparités entre les pays européens.

Le vendredi 10 mai l'Union européenne a consommé toutes les ressources naturelles que la terre peut produire en un an. C'est le "jour du dépassement européen", cela veut dire que si toute l'humanité consommait autant de ressources que les citoyens de l'Union Européenne elle devrait avoir besoin de l'équivalent de 2,8 planète Terre pour subvenir à ses besoins, explique le WWF dans un rapport publié le 9 mai


L'UE ne représente que 7% de la population globale, mais elle utilise à elle seule 20% de la biocapacité de la terre. Le jour du dépassement prends également en compte le moment à partir duquel les océans et les forêts ont atteint le maximum de ce qu'ils ne peuvent absorber en terme de gaz à effet de serre. "Le jour du dépassement européen a dramatiquement avancé dans l’année ces dernières décennies, passant du 13 octobre en 1961 au 10 mai cette année," détaille le rapport. 

Une empreinte plus importante pour les plus riches

Cet indicateur, réalisé par l'ONG Global Foot Print, qui a été contestée par le passé, est calculé à partir de l'empreinte carbone provenant des combustibles fossiles, de la consommation de nourriture et de bois. Mais aussi les espaces occupés par les infrastructures et ceux consacrés au pâturage, les terres cultivées, les zones de pêche… et il compare l’empreinte par résident européen (demande humaine) à la biocapacité globale par personne (offre naturelle), comme le rappelle Libération. En résumé, il compare l'équivalent de ce que la terre produit pour une personne par rapport à ce que cette personne consomme sur une année. 

Face à ce constat tous les pays européens ne sont pas égaux et certains arrivent plus rapidement à l'échéance fatidique. La moyenne de l'UE s'établit donc au 10 mai, mais à l'image du Luxembourg, dont le jour du dépassement arrive dès le 16 février, les pays les plus riches sont parmi les moins biens notés. Le Grand-Duché culmine en tête du classement notamment à cause des subventions accordées pour les carburants, l'essence y est très peu chère et les habitants des pays voisins viennent y faire leurs pleins. Petit en taille, le pays a de ce fait une très importante empreinte carbone.

Le 15 mai pour la France

Dans le haut de ce classement peu reluisant, l'Estonie (26 mars) et la Lettonie (4 avril) exploitent, elles, grandement leurs forêts, et se retrouvent rapidement à avoir consommé leurs ressources. Idem ou presque pour la Suède (3 avril), où, malgré des politiques "vertes" volontaristes, s'ajoute également un mode de vie pour le moins énergivore. 

La France se situe pour sa part à peu près dans la moyenne européenne puisqu'elle aura atteint son jour de dépassement le 15 mai (tout comme l'Italie et la Pologne). Mais l'Hexagone a gagné une dizaine de jours sur sa date couperet entre 2018 et 2019. Un gain qui s'explique cependant en partie par une réduction de la part des surfaces cultivables après d'importantes inondations de cultures en 2016. 


Quant aux "bons élèves" figurant en fin de classement, on trouve les pays les moins riches de l'UE, avec la Hongrie (14 juin), la Bulgarie (22 juin) et la Roumanie (le 22 juillet). À noter que bien qu'étant la "moins pire" avec 192 jours avant d'atteindre son "jour du dépassement", la Roumanie reste tout de même devant la moyenne mondiale qui, en 2018, était intervenue le 1er août.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter