"Jour du dépassement" : l’humanité vit à crédit sur les ressources de la Terre à compter de ce lundi

"Jour du dépassement" : l’humanité vit à crédit sur les ressources de la Terre à compter de ce lundi
Planète

DETTE ÉCOLOGIQUE - Chaque année, l'humanité utilise plus de ressources naturelles que la planète ne le lui permet. Le jour du dépassement, date symbolique de cette consommation "à crédit", tombe cette fois-ci le 29 juillet. C'est la date la plus précoce jamais enregistrée.

Nous vivons désormais à crédit. A compter de ce lundi 29 juillet, l’humanité a utilisé plus de ressources naturelles que notre planète ne peut en renouveler toute l'année. Si le “Jour du dépassement mondial” revient chaque année dans les médias, c'est aussi parce qu'il revient chaque année un peu plus tôt : l'année dernière, le jour du dépassement était le 1er août. Cette date symbolique permet d'alerter sur la situation écologique dramatique actuelle, grâce à l’action de Global Footprint Network, et de ses partenaires comme WWF, qui calculent l’empreinte écologique de chaque pays. 

Nous consommons "1,75 planète terre" par an

Nous utilisons plus de ressources que la nature ne peut régénérer, à cause de la surpêche et la surexploitation des forêts notamment. Mais aussi parce que notre émission de dioxyde de carbone dans l'atmosphère est plus importante que ce que les écosystèmes - les arbres et océans - peuvent absorber. Actuellement, nous consommons l’équivalent de 1,75 planète Terre par an. “Un déficit que nous continuons de creuser d’année en année, en empruntant des ressources naturelles à la Terre, aux autres pays et aux générations futures”, selon WWF.

Une date qui varie selon les pays

Chaque année, l’humanité se voit obligée de vivre “à crédit” un peu plus tôt dans l’année. Nous avons ainsi perdu 2 jours supplémentaires depuis 2018… mais surtout quasiment 5 mois depuis les années 1970. Le calcul de cette date n’est qu’une moyenne, qui dépend du mode de vie dans les différents pays du globe. Alimentation, déplacement, logements, énergie biocapacité, tous les pays ne sont pas égaux. La France notamment, est dans le rouge depuis le 4 mai 2018. Si la population mondiale vivait comme les Français, nous aurions besoin de 2.9 planètes Terre. 

En effet depuis 2015, année de la COP21, la situation a recommencé à se dégrader pour le cas français. Depuis 1961, l'Hexagone aurait accumulé l’équivalent de 33 années de dette écologique. Et pour cause : le pays demande 1,8 fois plus à la nature que ce que son territoire peut lui offrir. Pour WWF, c'est le " signe que la transition écologique n’est pas assez ambitieuse et qu’il est urgent de mettre en place une stratégie de désendettement écologique." 

Revoir la façon dont sont pensées les villes, développer et privilégier les énergies vertes, lutter contre le gaspillage alimentaire et la surconsommation de viande, limiter l’expansion démographique : les solutions ne manquent pas. Pour Pascal Canfin, directeur général WWF France : "C’est une question de volonté politique".

Lire aussi

Si la planète a besoin que des mesures soient prises sur le plan politique international, il est aussi essentiel d’agir à notre échelle et de revoir nos modes de production et consommation. Deux tiers de l’empreinte écologique des Français sont dus à leur alimentation, leurs déplacements et la consommation d’énergie de leur logement. Pour prendre conscience de sa propre empreinte écologique, Global Footprint Network vous aide à calculer votre "jour de dépassement personnel".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter