La Convention citoyenne pour le climat s'accorde sur un référendum sur la Constitution et le crime d'écocide

La Convention citoyenne pour le climat s'accorde sur un référendum sur la Constitution et le crime d'écocide
Planète

VOTE - La Convention citoyenne pour le climat s'achève ce dimanche 21 juin en adoptant 149 de ses 150 mesures. Elle souhaite une consultation des Français sur la révision de la Constitution et le crime d'écocide.

Dernière ligne droite pour les 150 membres de la Convention citoyenne pour le climat, réunis pour la première fois depuis l'épidémie au Conseil économique social et environnemental (CESE), à Paris. Cette septième et ultime session était donc l'occasion pour eux de se revoir en chair et en os, mais pas seulement. Les 150 ont voté pour 149 des 150 propositions formulées et amendées en groupe de travail (se déplacer, se loger, se nourrir, produire et travailler), en assemblée plénière cette fois. Certaines de leurs mesures recouvrant des thématiques transversales telles que la révision de la Constitution avaient déjà fait l'objet d'un vote avant la session finale et approuvées par l'ensemble du groupe. 

Crime d'écocide et révision de la Constitution

Et maintenant que ces 149 mesures ont été validées, ce dernier jour a été consacré aux discussions sur le référendum. Les 150 ont décidé lesquelles de leurs propositions pourraient être soumises à référendum, si l'exécutif venait à en décider ainsi. En cette fin de matinée, les membres de la Convention ont décidé à 63 % de soumettre à la consultation des Français la possibilité de légiférer sur le crime d'écocide. Samedi, ils avaient voté à 76 % pour que la modification du préambule de la Constitution et à 85 % pour que celle de l'article 1er de la Constitution fassent l'objet d'un référendum. Cette révision vise à introduire les notions de protection de l'environnement, de la biodiversité et "la lutte contre le dérèglement climatique" dans la Constitution.

En revanche, la Convention a rejeté l'idée d'utiliser le référendum pour d'autres mesures spécifiques. "Constitution, écocide, OK pour un référendum. Pour le reste, que le pouvoir prenne ses responsabilités," a lancé un des participants repéré par l'AFP.

Lire aussi

Tirés au sort l'été dernier pour représenter la société française, les 150 ont de fait présenté des profils variés, avec des âges et bords politiques divers, des sensibilités différentes à la transition écologique et des connaissances variables. Mais ils se sont montrés étonnamment d'accord sur tout, ou presque. 149 des 150 mesures discutées et formulées par chacun des groupes ont donc été approuvées vendredi 19 et samedi 20 juin, dans le calme. La seule qui a été rejetée a suscité un vif débat, malgré sa large opposition (65 % de votes contre). La proposition visait à réduire le temps de travail hebdomadaire de 35h à 28h, avec un salaire inchangé.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent