LA FIN D'UN MONDE (6/6) - "Les électorats n'ont plus la croissance comme imaginaire"

Planète

Toute L'info sur

LA FIN D'UN MONDE - Notre planète face au péril environnemental

ENTRETIEN - Philosophe, directeur du conseil scientifique de la Fondation pour la nature et l'homme (ex-Fondation Nicolas-Hulot), Dominique Bourg revient pour LCI sur les origines de notre modèle de développement destructeur et entrevoit la manière d'en sortir à temps.

Professeur de philosophie à l'Université de Lausanne et auteur du "Dictionnaire de la pensée écologique", Dominique Bourg est également le directeur du conseil scientifique de la Fondation pour la nature et l'homme (ex-Fondation Nicolas-Hulot). Proche de l'ex-ministre de l'Écologie, Dominique Bourg lui avait conseillé de quitter le gouvernement dès janvier et s'est dit satisfait de sa démission survenue fin août.

Dès 2010, cet opposant au "mythe de la croissance" prévenait : "Arrêtons la farce du développement durable". Dans cet entretien accordé à LCI, il explique pourquoi notre modèle de développement fondé sur l'extraction des ressources naturelles a pour issue la fin de la croissance, et pourquoi il est nécessaire de s'y préparer collectivement.

Lire aussi

LCI : Vous avez dit avoir cru un moment au "en même temps" de Macron appliqué à l’écologie. Vous avez dit qu’il était nécessaire d’entamer "un changement de fond qui prendrait en compte les enjeux écologiques sans ruiner ou déstabiliser notre pays". Pensez-vous qu’il est encore possible préserver tous les intérêts en même temps ?

 

Je pense qu’il n’y a pas de réponse simple à cette question. Pour s’engager sur une civilisation décarbonée, dans laquelle les flux de matières - qui sous-tendent l’activité économique - se réduisent drastiquement, les premiers pas exigent un financement massif. Il faut par exemple changer les infrastructures. Cette première phase débouche donc sur de l’emploi, et sur une croissance du PIB mais pour un temps limité. Dans ce premier temps, on fournit au système sa drogue et on continue à faire avancer la machine.

 

À quoi ressemblerait concrètement cette transition ?

 

Pour réduire de 45% en dix ans les émissions de gaz à effet de serre, comme le préconise le Giec pour rester en deçà d’un réchauffement de 1,5°C, on sait comment faire. Pour cela, Jean Jouzel et Pierre Larrouturou ont proposé le Plan finance-climat, qui entraînera en premier lieu de l’emploi et du PIB. Il faut ensuite mettre en place une stratégie d’économie circulaire. C’est ce que nous avions proposé au ministère de l’Écologie en janvier avec la Fondation Hulot et d’autres organisations. Cette stratégie incluait par exemple un système de TVA circulaire, dans lequel la TVA est abaissée pour les produits qui génèrent le moins d’externalités négatives. Ce plan ne détruit pas la machine économique. Il l’oriente vers un fonctionnement nouveau. Une fois que vous avez atteint cette première marche, les suivantes se dessinent. Mais il n’y a aucun doute sur la suite : ce qui nous attend au bout du compte, c’est une réduction des flux de matières et des flux d’énergie.

Recyclage et énergies renouvelables : la partie la plus simple de la solution

 Comment expliquez-vous à des non-spécialistes la nécessité de diminuer drastiquement la consommation d’énergie ?

 

Produire toujours plus implique d’augmenter les flux de matière et les flux d’énergie, donc les émissions de CO2. Ces émissions de gaz à effet de serre ont augmenté de nouveau l’année dernière, de 2% dans le monde et de 3,6% en France. Et depuis 2000, en raison de l’émergence d’une classe moyenne dans les pays émergents, les flux de matières dans le monde croissent encore plus vite que le PIB.

 

Que dites-vous à ceux qui voient dans les énergies renouvelables ou le recyclage des solutions pour produire plus tout en réchauffant moins la planète ?

 

Il faut qu’ils m’expliquent comment ils comptent construire, sans pétrole ou sans charbon, suffisamment de panneaux solaires, d’éoliennes, de barrages, ou toute autre forme d’installation produisant de l’électricité. Jusqu’à maintenant nous avons empilé les sources d’énergie. Produire des installations de production électrique avec quasi exclusivement de l’électricité (et un peu de gaz naturel), ce n’est pas la même chose que les produire en s’adossant à un pétrole abondant. Nous allons au-devant d’un sérieux problème. Un monde qui consomme autant d’énergie que le nôtre court à sa perte. Le recyclage bute contre le même problème : avec un taux de croissance supérieur à 1%, les matières recyclées après des années d’utilisation ne représentent qu’une petite partie des besoins nouveaux, parce qu’entre-temps la consommation et la production ont augmenté. Par exemple, tout le fer et l’acier recyclé au XXe siècle ne représente que 5% de la ressource consommée. Le taux de croissance de l’utilisation des métaux est de 3,8% par an ces dernières décennies. Or, avec un taux de croissance de 3% par an, la consommation double en 19 ans. Ce que les gens n’ont pas compris, c’est que la première exigence d’une économie circulaire est de réduire ce qui entre dans la machine économique, donc la production et la consommation.

En vidéo

VIDÉO - Recyclage du plastique : l'Hexagone mauvaise élève

Avant, notre problème, c’était que les grands problèmes globaux n’étaient pas accessibles à nos sens. C’est fini.- Dominique Bourg

Comment convaincre des électeurs de voter pour une société où ils abandonnent une partie de leur confort matériel ?

 

Comme je l’expliquais, la première phase n’est pas si difficile à vendre, car elle nécessite des investissements qui créent de la croissance. Pour la deuxième phase, c’est plus compliqué, mais les gens comprennent déjà qu’on n’est plus dans les 30 Glorieuses. Le progrès technique et économique engendre plus d’angoisse que de bien-être, et tout le monde s’en aperçoit.

 

Il y a quelques années, vous faisiez pourtant le constat que les gens s’en fichaient. Ce n’est plus le cas ?

 

Je ne pense pas. Regardez les manifestations du 8 septembre : 100.000 à 150.000 personnes ont manifesté pour la défense de l’environnement. C’est énorme. Avant on arrivait à peine à quelques milliers. Les sociologues nous disent par ailleurs que ce ne sont pas les écolos habituels, mais des gens lambda, qui n’ont pas l’habitude de manifester.

Lire aussi

 

Qu’est ce qui a changé pour que le grand public s’y intéresse ?

 

Avant, notre problème, c’était que les grands problèmes globaux n’étaient pas accessibles à nos sens. C’est fini. Maintenant, la météo nous dit que la canicule, ce n’est plus seulement en France, mais dans tout l’hémisphère nord. Plusieurs personnes m’ont dit que la dernière canicule les avait paniqués. C’est la même chose pour les précipitations, qui deviennent complètement folles aux États-Unis, au Japon, et même à Lausanne. On a eu peur, et ça veut dire quelque chose. Tout devient sensible aux yeux des gens.

Nous sortons d’un mode de pensée vieux de plusieurs siècles, qui commande à l’homme de s’arracher en permanence à la nature, considérée comme une masse inerte.- Dominique Bourg

Si tout le monde est conscient du problème, quel est l’intérêt des rapports du Giec ?

 

L’intérêt du dernier rapport du Giec n’est pas de montrer comment on peut limiter le réchauffement à 1,5°C, car je pense qu’on n’y arrivera pas. Mais ce rapport permettra de dire aux gouvernants : "Vous saviez", et de les poursuivre en justice. Il y a de nombreuses procédures judiciaires en cours dans le monde. Maintenant que les gens commencent à voir concrètement les effets du réchauffement, tout change. L’étape suivante, c’est l’affaiblissement de nos capacités alimentaires, et les risques sanitaires liés à la chaleur. Le thème de l’effondrement se répand comme une traînée de poudre en France. L’imaginaire des gens est en train de changer, par l’effet des projets effrayants des Gafa, des rapports du Giec, de la démission d’Hulot ou des événements climatiques actuels.

Voir aussi

 

Si les mentalités changent, n’est-ce pas aussi grâce aux initiatives de certains, comme l’astrophysicien Aurélien Barrau et sa stratégie assumée d’"envahissement de l’espace médiatique" ? 

 

Sa stratégie est très efficace, il est excellent. À l’aide de son aura de scientifique, il a réussi à faire quelque chose.

 

L’enjeu pour les écologistes désormais n’est-il pas de parler directement à l’opinion au lieu de continuer à conseiller le pouvoir ?

 

Personnellement, j’ai joué mon rôle de conseiller du pouvoir, j’ai fait de nombreuses propositions. Comme on peut le constater, le résultat est assez faible. Stratégiquement, nous sommes dans une période clé, donc il faut batailler d’une autre manière.

En vidéo

VIDÉO - Écologie : les YouTubeurs appellent à agir

 Pensez-vous que tous les intellectuels doivent sensibiliser l’opinion pour que celle-ci fasse pression sur le pouvoir ?

 

Il faut qu’il y ait une synergie. Cette action politique n’a de sens que si la communauté scientifique continue à faire son boulot, que si des activistes continuent des actions juridiques, que si des zadistes montrent que la conscience doit parfois conduire à bloquer des projets débiles.

 

Comment expliquer la lenteur de la prise de conscience écologique ?

 

Nous sortons d’un mode de pensée vieux de plusieurs siècles, qui commande à l’homme de s’arracher en permanence à la nature, considérée comme une masse inerte. C’est le paradigme de la modernité, que veulent perpétuer les transhumanistes. Cette pensée est mise à mal par les connaissances les plus récentes qui nous font repenser l’économie en fonction du vivant. L’intérêt envers le bien-être animal participe aussi de ce mouvement de reprise de conscience de la relation entre notre communauté et le reste du vivant. C’est ce que Jacques Ellul et Bernard Charbonneau ont appelé, peut-être trop tôt, la "force révolutionnaire du sentiment de la nature". C’est un mouvement lent, puissant, auquel l’action politique va finir par se connecter.

Les gens comprennent désormais que la consommation ne va plus les rendre heureux. Le décrochage s’est déjà opéré.- Dominique Bourg

 Ne pensez-vous pas que les humains désireront toujours avoir plus ?

 

Ce désir d’abondance n’est pas universel, et il est récent. Il date de l’avènement de la pensée moderne et a plusieurs racines. Prenons les guerres de religion : on s’est aperçu qu’en raison de ces guerres, il ne pouvait pas y avoir de finalité commune dans une société et que la seule finalité possible devenait l’accumulation de biens matériels. Tout ce qu’on appelle la "philosophie du contrat" est basé là-dessus, et c’est ce qui a permis l’essor du capitalisme. Pour moi, le capitalisme est issu d’un changement du sens de la richesse. Avant, être riche c’était posséder autrui. Puis, ce fut posséder des objets. Dans un superbe article, André Gorz rappelait la difficulté qu’ont eue les premiers capitaines d’industrie du XVIe siècle à faire travailler plus les paysans. Ces derniers n’allaient jamais dans une maison de riche, ils ne recevaient pas de publicité. Il y avait une norme sur le suffisant, nos besoins fondamentaux. Ce que voulaient ces gens, ce n’était pas gagner plus, c’était travailler moins. Le désir d’accumulation n’est donc pas une nécessité anthropologique. Pendant des millénaires, la sagesse consistait à se contenir matériellement afin de s’épanouir dans le domaine moral et spirituel.

 

Mais si ce désir n’est pas immuable, il reste malgré tout profondément ancré, non ?

 

Aujourd’hui, les gens voient très bien que la croissance du PIB ne débouche plus sur du bonheur, comme c’était le cas pendant les 30 Glorieuses. D’où l’essor des mouvements de "déconsommation". Ce n’est pas encore très développé, mais je pense qu’ils comprennent désormais que la consommation ne va plus les rendre heureux. Le décrochage s’est déjà opéré.

En vidéo

VIDÉO - L'économie mondiale aurait atteint son pic de croissance

Pourtant, le taux de croissance reste encore l’alpha et l’oméga de l’action politique.

 

Oui. Le référentiel des 30 Glorieuses est toujours présent, et c’est effrayant. Les responsables politiques ont 40 ans de retard.

 

Mais ils se font élire en s’engageant à rétablir la croissance.

 

Plus vraiment. Ceux qui se font élire aujourd’hui sont des gens haineux, qui veulent mettre en l’air tout le système : Trump, Salvini, Le Pen, Bolsonaro… En Bavière, la CSU alliée à Merkel risque de perdre 15 points aux prochaines élections, alors qu’il y a 3% de chômage [la CSU a finalement perdu 10 points]. Le gouvernement social-démocrate de République Tchèque a perdu les élections à cause de la question migratoire, alors qu’il n’y a quasiment aucun migrant là-bas. Cette vague folle montre selon moi que les électorats n’ont plus la croissance comme imaginaire.

Les grandes dégradations ont déjà démarré- Dominique Bourg

Comment parler à ces électeurs ?

 

Les gens votent parce qu’ils ont peur des immigrés. Il faudrait leur dire que s’ils perpétuent cette société consumériste, ils ne feront pas face à 1 million d’immigrés, mais à la guerre et des centaines de millions d’immigrés. Allons sur leur terrain et disons-leur que s’ils étaient cohérents avec eux-mêmes, ils commenceraient par rendre la société plus écologique avant de construire des barrières.

 

On vous croirait presque optimiste.

 

Je ne sais pas s’il faut parler d’optimisme ou de pessimisme, mais on a toutes les raisons de croire que l’effondrement se rapproche. Les grandes dégradations ont déjà démarré, et l’actualité internationale montre qu’on se situe déjà dans une période de destruction de l’héritage démocratique. Les décennies à venir seront très difficiles et toutes ces difficultés vont s’accumuler sur des populations qui ont été habituées à des modes de vies plus agréables. Ça ne sera pas simple. Mais l’humanité ne peut durer que si elle se réforme, et ce changement de civilisation doit nous amener à conserver le meilleur de la civilisation passée.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter