Le Brésil rejette la demande de Total de forer dans l'embouchure de l'Amazone

Le Brésil rejette la demande de Total de forer dans l'embouchure de l'Amazone

Planète
DirectLCI
PLANÈTE - Le Brésil a refusé ce vendredi 7 décembre au groupe pétrolier Total l'autorisation d'effectuer des forages dans cinq secteurs de l'embouchure de l'Amazone. Le parquet - aux côtés des organisations internationales - a invoqué des "problèmes techniques".

"Aujourd’hui est une date historique pour toutes celles et ceux qui se mobilisent pour sauver le Récif de l’Amazone, un écosystème unique au monde", s'est réjoui Greenpeace. L'ONG environnementale a applaudi une victoire remportée face "à la cupidité des compagnies pétrolières" et plus spécifiquement Total. Car la compagnie pétrolière française s'est vu refuser ses demandes de forage près du Récil de l'Amazone ce vendredi.


"La licence environnementale pour l'Activité de forage maritime dans les blocs FZA-M-57, 86, 88, 125 et 127 de Foz de mazonas a été refusée ce vendredi en raison d'un ensemble de problèmes techniques identifiés au cours du processus visant à l'obtention de la licence", a annoncé dans un communiqué l'agence de régulation environnementale brésilienne Ibama.


Total s'était associé en 2013 avec le britannique BP et le brésilien Petrobras pour acquérir des blocs d'exploration dans l'embouchure de l'Amazone et attendait d'obtenir le feu vert des autorités brésiliennes pour lancer les travaux d'exploration. Mais en avril dernier, le parquet du Brésil et plusieurs organisations de défense de l'environnement avaient demandé le refus de cette licence.

Ibama déclare dans son communiqué avoir détecté d'"importantes incertitudes" dans le plan présenté par Total pour d'éventuelles situations d'urgence. L'agence brésilienne évoque "la possibilité d'une fuite de pétrole qui pourrait affecter les récifs coraliens présents dans la région et par extension la biodiversité marine".

En vidéo

Yamal, le mégaprojet gazier de Total en Sibérie arctique

Plus de deux millions de personnes avaient signé une pétition pour s'opposer à ce projet de forage. Greenpeace avait également mené "des recherches qui ont permis de découvrir des nouvelles espèces potentielles et de démontrer que le Récif de l’Amazone était beaucoup plus étendu que ce qu’on l’imaginait auparavant."

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter