Le Luxembourg devient le premier pays à interdire le glyphosate : où en sont ses voisins européens ?

Le Luxembourg devient le premier pays à interdire le glyphosate : où en sont ses voisins européens ?
Planète

Toute L'info sur

Le scandale du glyphosate

AVANT-GARDE - Le Luxembourg a fait savoir ce jeudi dans un communiqué qu'il allait totalement interdire l'utilisation du glyphosate dans son pays dès la fin 2020. Il sera alors le premier pays de l'UE à ne plus tolérer cet herbicide controversé. LCI fait le point sur la situation de ses voisins.

Le Luxembourg est en passe de devenir le premier pays de l’Union européenne à bannir le glyphosate. L’herbicide sera interdit dès la fin de l’année 2020, conformément à l’accord du gouvernement datant de 2018, a annoncé ce jeudi le ministère de l’Agriculture local. Avant cela, plusieurs étapes marqueront sa disparition. Son autorisation de mise sur le marché sera d’abord retirée le 1er février et les stocks devront être écoulés d’ici le 30 juin. Un délai de grâce pour l’utilisation de ces produits courra ensuite jusqu’au 31 décembre 2020. C'est "un pas décisif dans une démarche durable répondant aux ambitions d'une utilisation des produits phytopharmaceutiques moderne et respectueuse de l'environnement", a estimé dans un communiqué le ministre luxembourgeois de l'Agriculture, Romain Schneider.

En réalité, affirme le gouvernement, près de 60% des exploitations agricoles du pays ont déjà renoncé au glyphosate. Cela a notamment été facilité par un système d'indemnisations à destination du millier d'exploitations agricoles actives. Par cette décision, le Grand-Duché dit espérer "produire un effet de levier important dans l'ensemble de l'Union européenne". En attendant, LCI fait le point sur l’utilisation du glyphosate chez les voisins du Luxembourg, alors que la licence d'utilisation de l'herbicide controversé dans l’UE court jusqu'au 15 décembre 2022.

France : vers une sortie de tous les usages en 2023

En France, l'herbicide est déjà interdit pour les non professionnels depuis début 2019 et banni depuis 2017 pour les espaces verts publics. Le 9 décembre dernier, l'Agence française de sécurité sanitaire (Anses) a annoncé le retrait de 36 produits à base de glyphosate, soit la moitié de ceux disponibles sur le marché. "Par décision de l'Anses, 36 de ces produits vont être retirés du marché et ne pourront plus être utilisés à compter de fin 2020, en raison de l'insuffisance ou de l'absence de données scientifiques permettant d'écarter tout risque génotoxique", faisait-elle savoir dans un communiqué. En 2018, ces produits représentaient "près des trois quarts des tonnages de produits à base de glyphosate vendus en France". Le gouvernement a prévu "de sortir de l'essentiel des usages au 1er janvier 2021, et de tous les usages au 1er janvier 2023". Ce calendrier a cependant été jugé difficile à tenir par un récent rapport parlementaire. 

Lire aussi

Autriche : un rétropédalage en règle

En Autriche, l'herbicide était supposé être interdit en ce début d'année 2020  à la suite d’une initiative de l’opposition. Mais le gouvernement a fait machine arrière en décembre 2019, invoquant une faute de procédure. La proposition de loi aurait dû en effet être soumise aux instances européennes, ce qui n’a pas été le cas. D’autre part, aucune réflexion n’avait été engagée sur la mise en œuvre de la mesure suite à son vote au Parlement en juillet 2019. Le monde agricole jugeait irréaliste l’entrée en vigueur en janvier 2020 et avait qualifié la décision du Parlement de "populiste".

Malte : le glyphosate interdit dans les espaces publics

Malte, plus gros consommateur de pesticides dans l’Union européenne avec avec 7,5 kg par hectare contre une moyenne européenne de 0,98, selon les données d’Eurostat, le service des statistiques de l’UE, avait lui aussi annoncé sa volonté de bannir le glyphosate en 2017. Mais comme l’Autriche, il est revenu sur sa décision en affirmant que cela entrait en contradiction avec les règles du marché européen. Son utilisation a cependant été bannie dans les espaces publics en juillet 2019.

Lire aussi

Italie : de nombreux produits retirés du marché

En Italie, l'usage du glyphosate est lui aussi limité. Depuis 2016, il est interdit dans les zones fréquentées par la population comme les parcs, les terrains de sport, ou encore les aires de jeux pour enfants. La même année, le ministère de la Santé a retiré les autorisations de commercialisation de 68 produits phytosanitaires contenant cet herbicide, dont le Roundup, en association avec l'adjuvant POE-Tallowamine.

Lire aussi

Pays-Bas : le glyphosate interdit sur l'asphalte

Dans la même dynamique, les Pays-Bas ont également décidé de réduire l'utilisation du glyphosate dans leur pays en 2016. Il est depuis lors interdit de l'utiliser sur les revêtements et l'asphalte. Cette mesure a entraîné une réduction du taux de l'herbicide dans les eaux de surface et eaux souterraines. En 2017, lors du vote pour le renouvellement, ou non, de la licence d'utilisation du glyphosate au sein de l'Union européenne, le pays s'est prononcé pour aux côtés de l'Allemagne, de l'Irlande, de Suède et du Royaume Uni notamment.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent