Le typhon Hagibis qui a touché le Japon a-t-il battu des records d'intensité ?

Planète

Toute L'info sur

À la loupe

À LA LOUPE – D'une violence rare, le typhon Hagibis a fait au moins 56 victimes au Japon. L'agence météorologique nippone parle d'une intensité record depuis 1958. Cet épisode climatique extrême a-t-il battu des records ?

Présenté comme le "pire typhon depuis 60 ans", Hagibis a touché le Japon le 12 octobre avec une grande violence. Le bilan provisoire fait état de 56 victimes, un chiffre très élevé dans un pays si développé, qui plus est parfaitement habitué à ces épisodes climatiques très intenses. Alors que certains spécialistes estiment que le Japon n'a pas connu de typhon aussi fort depuis 1958, peut-on parler d'un événement hors normes à l'échelle de l'archipel et du Pacifique ?

Une puissance extrême

Sans aucun doute, Hagibis marque par sa puissance. Franck Roux, enseignant chercheur et membre du laboratoire d’aérologie de Toulouse, explique à LCI que le typhon "fait clairement partie des plus violents de la saison", et qu'il "mérite son classement en catégorie 5", la plus élevée. Comment mesure-t-on l'intensité ? "Puisque la vitesse des vents varie en permanence, on va observer des moyennes sur 10 minutes ou sur une minute, ce qui donne respectivement 195 et 260km/h pour celui-ci." Le chercheur ajoute que l'on s'intéresse également à la pression enregistrée. Plus elle baisse, plus l'intensité est forte, résume-t-il. "Ici, nous étions à au plus bas à 915 hectopascals !" Soit environ 100 hectopascals de moins que les valeurs classiques observées à la surface de la Terre.

Lire aussi

Dans l'histoire, ce typhon fera-t-il date ? Franck Roux juge "tout à fait possible" qu'il s'agisse du plus puissant enregistré au Japon depuis six décennies. "C'est l'agence de météorologie japonaise qui le dit ? On peut leur faire confiance, ce sont des gens sérieux." Pour connaître les niveaux de puissance enregistrés à travers les années, il conseille d'aller sur Wikipedia, "où sont condensées beaucoup de données très fiables". En explorant les précédents "monstres" qui ont soufflé sur le Japon, on observe que les derniers épisodes similaires datent de la fin des années 1950, avec notamment le typhon Ida, considéré comme l'un des plus violents jamais observés et qui s'était formé en septembre 1958. 

Plusieurs échelles dans le pire

Déjà très violent et meurtrier, Hagibis aurait pu causer plus de dégâts encore. "Ce que craignaient les autorités japonaises, c'était qu'il arrive sur le pays à son intensité maximale", note Franck Roux, "mais heureusement, le typhon a un peu faibli avant de toucher les côtes". S'il fait d'ores et déjà partie des évènements climatiques les plus extrêmes, on trouve dans l'histoire récente des typhons d'une intensité supérieure. "Dans le Pacifique, on se souvient de Haiyan en 2013", rappelle l'enseignant chercheur, "il n'avait à l'époque pas touché le Japon, mais frappé durement les Philippines." On peut également mentionner l'ouragan Dorian, lui aussi plus puissant que Hagibis, et qui a infligé de lourds dégâts aux Bahamas il y quelques semaines, fin août.

Faut-il craindre une recrudescence des typhons au Japon et au-delà ? "Pas forcément plus", estime Franck Roux, "mais potentiellement plus intense, c'est en tout cas la tendance qui semble se dessiner". Et que l'on impute fréquemment au changement climatique. Le spécialiste note que dans cette zone du globe, les populations sont confrontées régulièrement à ces vents très violents, et que si le typhon qui a frappé le Japon était très puissant, il est intervenu à une période où ces événements sont les plus fréquents. Pour l'enseignant chercheur, "on peut clairement se demander si organiser une Coupe du monde de rugby à la même époque était une idée judicieuse…"

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse alaloupe@tf1.fr.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter