"Megafire" en Australie : Sydney suffoque, l'équivalent de la Belgique parti en fumée

"Megafire" en Australie : Sydney suffoque, l'équivalent de la Belgique parti en fumée

CATASTROPHE - Les autorités sont de plus en plus impuissantes face à la violence des incendies qui ravagent l'Australie et qui s'approchent de Sydney, asphyxiant la ville. Ce samedi, encore, les pompiers luttent contre des foyers incontrôlables.

C'est l’équivalent de toute la superficie de la Belgique qui est partie en flammes. Et la moitié de sa population qui s'asphyxie. En Australie, alors que la température atteint des valeurs historiques, la situation est toujours aussi chaotique ce samedi 21 décembre. Fumées de brasiers sur Sydney, vents qui tournent et pluies qui se font attendre…. Les autorités et les médecins s'inquiètent alors que dix personnes, dont deux pompiers, ont péri à ce jour dans le pays.

Toute l'info sur

L'Australie dévorée par les flammes

Lire aussi

Des conditions "dangereuses" et "instables"

"N'importe quel feu actif peut rapidement devenir très dangereux." Le constat est posé. Fataliste, Gladys Berejiklian, la Première ministre de la région de Sydney, la Nouvelle-Galles du Sud, a estimé que les conditions étaient devenues "catastrophiques", avec des brasiers incontrôlables au nord, au sud et à l'ouest de la plus grande ville du pays. 

Avec près de trois mille pompiers mobilisés, la journée a été "affreuse", comme l’a constaté samedi après-midi le commissaire aux incendies de la Nouvelle-Galles du Sud, Shane Fitzsimmons. Pessimiste face à un vent qui devrait changer, annonciateur de "conditions dangereuses, difficiles et instables", le responsable estime que seule la météo pourra les sauver. "Nous ne viendrons pas à bout de ces feux tant que nous n'aurons pas de véritables pluies."

Seulement, pour le moment, la tendance est plutôt à la hausse des températures, qui pourraient monter jusqu'à 47°C dans certaines parties de l'Etat. Une très mauvaise nouvelle pour le pays des kangourous. S'il est habitué aux incendies de brousse tous les ans, ces incendies monstres dénotent de par leur précocité et leur violence. Depuis septembre, au moins trois millions d'hectares – l’équivalent de la Belgique – sont partis en fumée.

Lire aussi

Des conséquences pour la santé encore inconnues

Résultat : toute la côte orientale étouffe. Au-delà de la vague de chaleur venue de l'ouest et qui a allumé des centaines d'incendies sur son chemin, les 5,2 millions d'habitants de Sydney suffoquent, asphyxiés par la fumée des incendies qui brûlent à seulement une centaine de kilomètres de là.

En vidéo

Incendies en Australie : les feux enveloppent les villes d'un nuage toxique

Plusieurs personnalités médicales partagent donc leur inquiétude. Et estiment être témoins d’un état d'"urgence en matière de santé publique". Une expression alarmiste, mais qui permet, notamment à Kim Loo, membre de l'ONG Docteurs pour l'environnement, d’alerter l'ensemble des habitants de la région qui sont confrontés à "des émanations prolongées de fumées". "Comme nous n'avons jamais connu cela auparavant, nous ignorons ce qu'il en adviendra", s’est-il inquiété auprès de l’AFP. Les hôpitaux sont débordés par des patients se plaignant de problèmes respiratoires ou d'épuisement devant les températures caniculaires. Des réactions sur le court-terme, avant des conséquences plus dramatiques ? Il faudra "des mois, voire des années" pour le savoir.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Le port du masque reste obligatoire dans les transports "pour tout l'été au moins"

Valérie Pécresse sur TF1 : "Je suis candidate pour restaurer la fierté française"

Covid-19 : l'Italie va imposer un pass sanitaire dès le 6 août dans de nombreux lieux fermés

Covid-19 : les contaminations au plus haut depuis mai dans l'Hexagone

Covid-19 : en Inde, l'épidémie de "champignon noir" bat tous les records

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.