Non, il ne sera pas interdit de faire réparer une chaudière au fioul en panne à partir de 2022

Le gouvernement souhaite réduire au maximum le chauffage au fioul.
Planète

À LA LOUPE – Si l'installation de chaudières à fioul dans des logements neufs ou leur remplacement sera interdit d'ici deux ans, la ministre Barbara Pompili a contredit l'assertion de Marine Le Pen selon laquelle les particuliers seraient interdits de faire réparer leur matériel en cas de panne.

Par l'intermédiaire de son compte Twitter, Marine Le Pen a pris la parole mercredi soir pour dénoncer "l’interdiction d’installation et de réparation des chaudières à fioul". Il s'agit, selon la députée du Rassemblement national, d'une "hérésie" et d'un "coup dur pour le portefeuille de beaucoup de Français".

Dans son message, elle a partagé à ses abonnés un reportage télévisé sur le sujet, dans lequel il est en effet expliqué que "si un client tombe en panne après cette date, il faudra changer de matériel", ne laissant pas de porte ouverte à une réparation. Ce que la ministre de la Transition écologique n'a pas tardé à démentir. 

La réparation sera possible

Barbara Pompili, qui a repris début juillet le fauteuil jusque-là occupé par Élisabeth Borne, a apporté des précisions. "Ne relayons pas de fausses informations", a lancé la ministre :"En 2022 il sera interdit d’installer de nouvelles chaudières à fioul, pas de réparer des modèles déjà installés. Et pour aider à passer à des chauffages écologiques et économiques, l’Etat prend en charge jusqu’à 80% du coût d’installation."

Si un particulier fait face à une panne passé 2022, il ne sera donc pas tenu de procéder à un remplacement de sa chaudière au fioul par un autre moyen de chauffage. Si la réparation restait donc possible, il ne serait plus autorisé de procéder à l'installation de ces chaudières dans des logements nouvellement construits, ni de remplacer une chaudière par un modèle de cette nature. 

Lire aussi

Sollicité par LCI, le ministère de la Transition écologique appuie le message de sa ministre. Et précise les annonces gouvernementales, pas forcément bien comprises ou présentées. L'entourage de Barbara Pompili souligne que "si un brûleur est cassé, il est tout à fait possible de le réparer". En revanche, il ne sera pas question de renouveler une chaudière au fioul "en fin de vie" par une autre similaire.

Le gouvernement vante par ailleurs les mérites de la pompe à chaleur, dont les performances environnementales s'avèrent bien meilleures. Pour faire face au surcoût à l'achat, des dispositifs d'aide conséquents sont mis en place, et peuvent, comme l'a mis en avant la ministre, en atteindre. Une aide dégressive en fonction des revenus, mais qui a été pensée pour rester attractive même pour les ménages les plus aisés. Au sein du ministère, on espère ainsi parvenir à convaincre un maximum de Français, y compris les propriétaires de résidences secondaires qui seraient équipés d'une chaudière au fioul.

Toute l'info sur

À la loupe

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse alaloupe@tf1.fr.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent