"Notre maison est toujours en feu", avertit Greta Thunberg à l'ouverture du Forum de Davos

"Notre maison est toujours en feu", avertit Greta Thunberg à l'ouverture du Forum de Davos
Planète

CLIMAT - Au premier jour du Forum économique mondial à Davos, Greta Thunberg a été invitée à prendre la parole à deux reprises. "Notre maison est toujours en feu", a tancé la jeune militante suédoise, un rappel à son discours prononcé il y a un an.

"Il y a un an, je suis venue à Davos et je vous ai dit que notre maison était en feu", a rappelé Greta Thunberg aux dirigeants économiques mondiaux présents ce jour d'ouverture du Forum de Davos. Avant d'avertir : "Notre maison est toujours en feu". 

"Nous ne voulons pas que ces choses soient faites d'ici 2050, 2030 ou même 2021, nous voulons que cela se fasse maintenant", a martelé la militante et fondatrice du mouvement Fridays for Future, tout en demandant des actes forts et concrets de la part des "participants de toutes les entreprises, banques, institutions et gouvernements" : "arrêtez immédiatement tous les investissements dans l'extraction de combustibles fossiles (...) mettez fin à toutes les subventions aux combustibles fossiles". 

"Vous pensez que c'est trop déprimant et que les gens abandonneront. Mais les gens n'abandonneront pas. Vous êtes ceux qui abandonnent", a reproché Greta Thunberg aux dirigeants présents dans la salle. 

"Rien n'a été fait", avait rappelé plus tôt l'activiste

Pour le climat, "à peu près rien n'a été fait". C'est le rappel cinglant qu'avait formulé l'activiste suédoise plus tôt dans la matinée, comme une gifle à l'intention des participants du Forum de Davos. Celle-ci était alors invitée à échanger avec d'autres militantes de sa génération, telle qu'Autumn Peltier, 17 ans, ou Naomi Walder, 13 ans. "Le climat et l'environnement sont un sujet d'actualité aujourd'hui, (...) les gens sont généralement conscients" des enjeux actuels, s'était tout de même félicitée la jeune Suédoise, admettant être écoutée avec attention lors de ses prises de parole.

"Le changement climatique en est seulement à son commencement", avait asséné la militante, rappelant par exemple que "les émissions de CO2 n'ont pas diminué" à l'échelle mondiale. "Sans traiter cette crise comme une crise réelle, nous ne pouvons pas la résoudre", a-t-elle poursuivi.

La nouvelle édition du Forum économique mondial, réunion entre les élites politiques et financières mondiales, se tient chaque année dans la station de ski suisse de Davos, et l'urgence climatique doit figurer au cœur des discussions. Et l'enjeu est de taille car les acteurs économiques, banques, assureurs et fonds de pension, contribuent largement au réchauffement climatique en finançant toujours les énergies fossiles. Selon l'ONG Greenpeace, dix banques participant régulièrement au Forum ont entre 2015 et 2018 subventionné le secteur des énergies fossiles à hauteur de 1.000 milliards de dollars. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent