Obsolescence programmée : un rapport démontre la baisse conséquente de la durée de vie des lave-linge

Planète

CONSOMMATION – De dix ans en 2010, la durée de vie moyenne des lave-linge est passée à sept ans en 2018, ce qui coûterait jusqu'à 15 euros de plus par an au consommateur, dévoile un rapport.

Voilà un rapport sur lequel les sénateurs, qui débattront ce mardi du projet de loi relatif à la lutte contre le gaspillage, feraient bien de jeter un œil. Il est le fruit de la collaboration entre l’association HOP (Halte à l’obsolescence programmée) et l’entreprise Murfy, spécialisée dans la réparation d’électroménager. Et se base sur une étude ayant recensé les données de réparations de plus de 3000 lave-linge, ainsi que les réponses de 900 consommateurs directement concernés. Sa conclusion est sans appel : de 2010 à 2018, la durée de vie moyenne de ces appareils, présents dans 97% des ménages français, est passée de dix à sept ans.

L’obsolescence représente un coût insupportable pour le consommateur comme pour l’environnement.- L'association HOP

"L’obsolescence représente un coût insupportable pour le consommateur comme pour l’environnement. Les fabricants doivent donc améliorer la réparabilité et la durée de vie des lave-linge, dès leur conception", préconise ainsi le rapport (à lire dans son intégralité en cliquant ici), qui pointe au passage "l’inaccessibilité, la conception et le prix exorbitant de certaines pièces essentielles au bon fonctionnement de l’appareil et même des pièces d’usure". Ce constat fixe par ailleurs le prix de cette dégradation : jusqu’à 15 euros de plus par an pour le consommateur.

LG et Samsung dans le viseur

Deux marques sont plus particulièrement concernées, et sont citées dans le rapport comme les mauvais élèves : LG et Samsung, pour qui se pose concrètement "la question de l’intentionnalité de l’irréparabilité", c’est-à-dire la volonté de ces entreprises de rendre leurs appareils impossibles à réparer. En outre, les pièces dites "d’usure", telle les "cartes électroniques" coûtent cher, et leurs prix peuvent varier du simple au double en passant d’une marque à une autre, alors que "dans 50% des cas, il est possible de faire réparer son gros électroménager sans la moindre pièce détachée", assure l’entreprise Murfy.

Voir aussi

La loi anti-gaspillage tombe donc à point nommé pour les rédacteurs du rapport, qui suggèrent à travers lui aux parlementaires d’imposer "des normes obligatoires et l’installation d’un compteur de cycles pour les lave-linge, innovation utile, à l’image des compteurs kilométriques de nos voitures" et de rendre "clairement illégales les techniques qui visent à entraver la réparation des appareils, dans le cadre du délit d’obsolescence programmée". L’idée étant à la fois de "faire œuvre utile pour les consommateurs, les réparateurs... mais aussi et surtout pour la planète".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter