Plus de 1000 employés de Google appellent l'entreprise à agir en faveur du climat

Planète

MOBILISATION - Derrière ses apparentes bonnes volontés, Google n'est pas un si bon élève en matière d'écologie. Dans une lettre ouverte adressée à leur entreprise lundi 4 novembre, plus de 1000 salariés réclament des actions concrètes en faveur de l'environnement, et notamment la cessation de ses dons aux négateurs du changement climatique.

Ensemble, ils espèrent faire bouger les lignes. Plus de 1000 salariés de Google ont signé une lettre ouverte, lundi 4 novembre, pour réclamer à leur entreprise de s'engager dans un "plan climatique global". Le document, adressé au directeur financier du groupe, Ruth Porat, réclame notamment la résiliation de contrats avec le secteur des combustibles fossiles et la cessation de ses dons aux négateurs du changement climatique.

"Google est une entreprise mondiale comptant des milliards d'utilisateurs à travers le monde, dont beaucoup subissent déjà les conséquences du désastre climatique. [...] En tant qu'employés de Google, nous nous engageons à donner la priorité à nos utilisateurs, et Google doit faire de même", déclarent dans leur lettre ceux qui se nomment eux-mêmes les "Google Workers for Action on Climate".

Derrière des efforts apparents, des financements qui posent question

Selon son rapport environnemental 2018, Google est "neutre en carbone" depuis 2007 - en ce qui concerne son fonctionnement interne - et a pu acheter assez d'énergie renouvelable en 2017 pour couvrir 100% de ses activités. Mais selon de récentes révélations du Guardian, l'entreprise a dans le même temps fait d'importants dons à plus d'une douzaine d'organisations qui s'opposent aux mesures en faveur du climat. "Ces contributions comprennent des fonds pour le Competitive Enterprise Institute, qui a contribué à convaincre l'administration Trump de se retirer de l'accord de Paris sur le climat", note le quotidien britannique. Dans une publication datant du 17 septembre, les "Google Workers for Action on Climate", affirment également qu'"en 2018, le groupe a financé 111 membres du congrès qui ont voté contre la législation contre le climat au moins 90% du temps". 

Google fournirait aussi, d'après les informations du Financial Times, des services à l'industrie pétrolière et gazière. Elle fournirait entre autre ses technologies d'intelligence artificielle à certaines compagnies afin de faciliter la recherche de pétrole, et d'optimiser la production.

Lire aussi

Cette mobilisation publique des employés de Google n'est pas une première chez les géants du web. En mai, puis en septembre dernier, des salariés d'Amazon avaient publié une lettre ouverte demandant à leur entreprise d'être exemplaire sur le sujet du changement climatique. Ils avaient également défilé, le 20 septembre, lors de la grève mondiale pour le climat, aux côtés des employés de Google et de Microsoft.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter