Pollution des sols : dans le Lot, l'usine de méthanisation qui inquiète

lot bioquercy methanisation
Planète

ENVIRONNEMENT - La méthanisation, en plein développement en France, permet de transformer les déchets organique en biogaz, tout en produisant du digestat, qui sert de fertilisant aux cultures. Mais la technique n'est pas sans risque, comme le montrent les inquiétudes autour d'un gros site installé dans le Lot en 2018.

La méthanisation, sur le papier, c'est du gagnant-gagnant : valorisation des déchets organiques, production locale d'énergie et de fertilisant renouvelables, compléments de revenus pour les agriculteurs... Mais cette technique qui connaît un développement sans précédent en France doit être maîtrisée pour ne pas polluer l'environnement. Illustration dans le Lot, où l'installation d'un gros méthaniseur industriel a provoqué de nombreuses critiques chez les riverains et les scientifiques.

La méthanisation, c'est quoi ?

La méthanisation est une technique qui consiste à valoriser les déchets organiques, en les transformant en partie en méthane. Cette technique est basée sur un processus biologique qui survient en l'absence d'oxygène, contrairement au compostage, qui est une technique de valorisation à l'air libre.

La méthanisation permet donc, à travers la dégradation de de déchets organiques, de produire deux choses : du biogaz, composé d'environ 50% à 70% de méthane (CH4) et 20% à 50% de gaz carbonique (CO2), ainsi que du "digestat", un produit humide, riche en matière organique, qui sert de fertilisant pour les sols, après éventuellement une phase de compostage.

Le cycle de la méthanisation et toutes les utilisations possibles de ses produits sont illustrés dans ce visuel du ministère de l'Environnement.

De quoi est accusé le site de méthanisation dans le Lot ?

Avec 646 unités au 30 juin 2018, contre environ 400 fin 2017, la filière méthanisation est en forte progression en France depuis quelques années, et commence à rattraper les nombreux pays européens qui utilisent cette technique depuis plus longtemps. Parmi ces sites de méthanisation ouverts en 2018 se trouve celui de Bioquercy à Gramat, une commune du Lot. Ce méthaniseur traite jusqu'à 57.000 tonnes de déchets par an, rapporte Le Monde, ce qui le fait entrer dans la catégorie des poids lourds.

Le département compte par ailleurs un autre méthaniseur semi industriel qui traite 15.000 tonnes de déchets par an, tandis que quatre autres de taille semblable sont en projet, précisait l'ancien ingénieur Jean-Louis Lasserre, dans une tribune publiée dans dans Reporterre en juillet. Ce dernier critique les techniques mises en oeuvre dans le site de Bioquercy, qui menacent selon lui l'eau et la faune locale. Il affirme que le digestat utilisé comme fertilisant après le processus de méthanisation se présente sous une forme brute et liquide, qui est "la forme la moins élaborée, la moins coûteuse et la plus impactante pour les sols très peu épais sur les calcaires du causse".

Ce digestat est "partiellement 'hygiénisé', c'est-à-dire qu'il n'est pas dénué de tout germe pathogène agressif (kystes de parasites, Bacillus cereus et clostridies), de virus émergent, ni de résidu d'antibiotiques", poursuit-il, ajoutant que le digestat "est très sensible au ruissellement". Avec Liliane Réveillac, Jean-Louis Lasserre évoque dans Le Monde une "catastrophe écologique pour les sols karstiques très fissurés de notre région", causée par ce digestat qui "s'infiltre facilement et va polluer les eaux souterraines et contaminer nos captages d'eau potable, déjà régulièrement souillés par les effluents de l'agriculture intensive."

Qui a tué les abeilles et les vers de terre ?

Pour Jean-Louis Lasserre, la seule solution viable pour les sols calcaires très fissurés de cette région du Lot serait l'épandage sous forme de compost. Avec Liliane Réveillac, il sont membres du Collectif scientifique national sur la méthanisation (CSNM), récemment formé en opposition au projet. Le collectif a été reçu lundi 28 janvier au ministère de la Transition écologique, indique Le Monde, qui avait déjà publié en avril une tribune de plusieurs préhistoriens et paléontologues qui alertaient sur les conséquences des épandages de digestat sur les sites archéologiques de la zone.

Dans cette querelle qui a désormais largement dépassé les frontières du Lot, chacun avance ses arguments. Les opposants signalent des extinctions massives d'abeilles chez un apiculteur voisin, et une hécatombe parmi les vers de terre vivant sur une parcelle fertilisée avec le digestat de Bioquercy. Le CSNM affirme également avoir fait analyser le digestat par un laboratoire, mettant en évidence "la présence de plusieurs métaux lourds en grande quantité et aussi des siloxanes, dont le D4,(reprotoxique, considéré comme perturbateur endocrinien)". 

Bioquercy a rétorqué en publiant sur son site internet des relevés d'analyses de son digestat ne mesurant aucune trace de siloxanes et des métaux lourds en quantité "conforme" à la réglementation (plomb, chrome, mercure, cuivre, nickel, zinc). Dans Le Monde, le directeur de l'activité biogaz chez Fonroche (le premier constructeur de méthaniseurs, co-propriétaire du site de Bioquercy) affirme par ailleurs connaître "un apiculteur qui épand du digestat et [qui] n'a strictement aucun souci".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter