Une "île" de déchets plastiques retrouvée au large de la Corse en mer Méditerranée ?

Planète

POLLUTION - Une accumulation de déchets plastiques flottant entre l'île d'Elbe et la Corse aurait été découverte mardi 21 mai. Problème, la préfecture maritime de Méditerranée, qui a effectué un survol de la zone, déclare n'avoir rien vu de tel.

Un "île de plastique" aurait-elle été découverte au large de la Corse? On connaissait l’existence d'un "septième continent" de plastique, on sait moins en revanche que la Méditerranée a elle aussi son lot d'"îles" de plastique. Selon des informations de France Bleu Haute-Corse, un agglutinement de déchets plastiques de plusieurs dizaines de kilomètres aurait d'ailleurs été découvert cette semaine en pleine mer, entre l'île de Beauté et sa voisine italienne d'Elbe.

Mais la préfecture maritime de Méditerranée, contactée par LCI ce mercredi 22 mai en fin de journée, déclare ne pas avoir trouvé de trace d'une telle "île" sur la zone indiquée, à savoir "entre le nord-est de la Corse, jusqu'à la frontière italienne". Un avion a été dépêché sur la zone mardi après-midi et il n'a "rien vu", ajoute encore la préfecture. 

Voir aussi

L'"île de plastique" en Méditerranée serait-elle alors une aberration ? Pas vraiment. Si aucune tâche de plastique de l'ampleur d'une "île" n'a été repérée ce mercredi, le phénomène est bel et bien réel. "C'est une zone dans laquelle ce genre de phénomène est récurrent", précise la préfecture maritime. Les courants marins, forts dans la zone, agrègent régulièrement des déchets plastiques en formant des amas plus ou moins denses et plus ou moins vastes, les plus grands atteignant parfois des dizaines de kilomètres de long.

Dangereux pour la faune marine

François Galgani, responsable de l'Institut français de recherche pour l'exploitation de la mer (Ifremer) à Bastia, explique : "Ce phénomène, on l'observe dans des zones à l'échelle océanique de façon permanente", c'est pourquoi on parle de "continent plastique", mais en Méditerranée "les courants sont plus forts, et les zones de convergence de plastiques sont de plus petites tailles et ne durent généralement que quelques jours voire quelques mois".

Aussi bonne soit la nouvelle de l’absence d'île de plastique dans cette partie de la Méditerranée, elle ne doit pas faire oublier le problème pour autant. Des tâches de plastiques en Méditerranée sont observées plusieurs fois dans l'année. "C'est assez commun", souligne François Galgani, qui cite ainsi d'autres zones touchées par ces nappes , comme au large de la Corse et de la Sardaigne, ou près de l'île de Rhodes en Grèce. "Ces déchets posent des problèmes en terme de faune marine, notamment pour les tortues de mer qui peuvent confondre les plastiques avec des méduses et les ingérer". "80 % des tortues de Méditerranée ont d'ailleurs été retrouvées avec des déchets dans l'estomac."

Voir aussi

Des phénomènes "catastrophiques"

Pour lutter contre la prolifération des déchets plastiques, l'Union européenne a approuvé en début de semaine une directive interdisant toute une série de produits plastiques à usage unique (cotons-tiges, assiettes, couverts, pailles, bâtonnets pour ballons, touillettes...). Cette mesure, qui doit entrer en vigueur en 2021, devrait permettre de réduire les déchets marins : selon une étude de la Commission européenne, 43% de ces derniers sont composés de plastiques à usage unique. 

Difficile pour autant de traiter correctement ces concentrations de déchets plastiques. À la préfecture maritime de Méditerranée, on se désole "on n'a que très peu de moyens d'action sur ces phénomènes catastrophiques", les matériaux n'étant pas recyclables et leur récupération très compliquée (chère, et difficile d'accès pour les bateaux notamment). La seule solution à cette problématique se situant "en amont, par de la prévention et une prise de conscience". 

Lire et commenter