Plusieurs oiseaux mazoutés retrouvés sur une plage du Finistère : que s'est-il passé ?

Un Guillemot de Troil recouvert de mazout suite à la marée noire occasionnée par le naufrage du pétrolier maltais Erica, le 12 décembre 1999 au large des côtes bretonnes.
Planète

PÉTROLE - Plusieurs oiseaux mazoutés ont été retrouvés sur la plage reliant les communes de Plougasnou à Saint-Jean-du-Doigt (Finistère), ce week-end. Si les autorités, qui ont mené des investigations, n'ont pas trouvé la source de cette pollution, il pourrait s'agir, selon l'adjoint au maire de Plougasnou, d'un dégazage au large.

La macabre découverte a été faite par plusieurs promeneurs ce week-end. Le long de la plage reliant les communes de Plougasnou à Saint-Jean-du-Doigt, dans le Nord-Finistère, une dizaine d'oiseaux présentant des traces de mazout sur les pattes ou le plumage ont été repérés. Trois étaient morts.

"Il y avait aussi des boulettes visqueuses sur la plage", indiquent d'autre part des badauds au journal Ouest France. Alertées, les autorités ont rapidement mis en place des moyens d'investigation pour connaître l'origine de cette pollution.

La source de pollution non identifiée

Après que l'un des promeneurs ait pris l'initiative de contacter la gendarmerie, samedi en fin de journée, celle-ci a délégué la direction des opérations d'investigation au centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (Cross) de Corsen, rattaché à la préfecture maritime de l'Atlantique. Dans un communiqué, celle-ci  affirme avoir immédiatement mobilisé des patrouilles terrestres composées de pompiers et de membres de la gendarmerie nationale, ainsi qu'une vedette de la SNSM (Société Nationale de Sauvetage en Mer). Mais, complexifiées par la nuit tombante ainsi que la marée haute, les recherches n'ont révélé aucune pollution, ni en mer, ni sur le littoral. 

Même vain résultat dimanche, où un avion de surveillance maritime Falcon 50 de la marine nationale avait été dépêché en plus d'une patrouille terrestre et de la vedette SNSM. Les recherches du Cedre (le Centre de Documentation de Recherche et d'Expérimentation sur les pollutions accidentelles des eaux), qui s'est en parallèle chargé d'analyser les photos prises sur zone, n'ont rien donné non plus.

Les dépouilles de trois autres oiseaux ont néanmoins été retrouvées par la brigade de gendarmerie de Roscoff sur la plage de Saint-Jean-du-Doigt, ce qui porte à six le nombre de volatiles morts. Ils feront l'objet de prélèvements.

Lire aussi

Un dégazage au large sans doute en cause

"D'après le compte rendu du capitaine des pompiers, il s'agit sans doute d'un dégazage au large", rapporte à LCI Jean-Louis Rivière, adjoint au maire de Plougasnou. "Les oiseaux retrouvés sont en effet essentiellement des guillemots, des oiseaux du large, et aucune trace d'hydrocarbures n'a vraiment été trouvée sur la plage. Rien d'alarmant, hélas, puisque cela arrive régulièrement." 

En vidéo

Détergents : une pollution des mers invisible

Également contacté par LCI, le centre de soins LPO de l'Île-Grande, dans les Côtes-d'Armor, confirme ce phénomène : "Dès qu'il y a des tempêtes, il y a des oiseaux mazoutés. Les bateaux profitent que les vagues soient grosses pour dégazer, car cela disloque les nappes derrière eux. Ils sont alors plus difficiles à repérer par la surveillance qui est faite par avion", explique la structure. "Depuis quelques semaines, on a déjà lavé une bonne vingtaine d'oiseaux provenant de toute la côte bretonne." 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter